10.000 km puzzle

Le puzzle est un jeu pour chercheurs. Un jeu de patience, un peu frustrant, long et parfois pas trop amusant. Cependant, lors que toutes les petites pièces retrouvent tout d’un coup leur place dans l’ensemble, c’est la satisfaction.

Le dernier puzzle que j’ai commencé c’est en vrai assez spécial, car je savais depuis le début qu’ils manquaient des pièces. Non ce n’est pas que j’ai été arnaquée, c’est juste que mon puzzle c’était pas un puzzle comme les autres. Au début en fait, j’avais juste une seule pièce, celle là.

source: Gallica

Il s’agit d’une vue de la mine de Monteponi, en Sardaigne, datant 1878, qui fait partie d’une récolte de trois photos conservées à la BNF dans le fond de la Société Française de Géographie. Sur le coté gauche on peut entrevoir un tampon de cette même société, datant 1886.  Comme toujours, quand il est question de mines et de Sardaigne, je deviens curieuse. Monteponi est une mine avec une longue histoire et beaucoup de témoignages photographiques qui en illustrent les différentes phases de vie. Par exemple on peut voir ci-dessous une représentation dans une carte postale de 1920.

source: sardegna digitalLibrary http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=35711

On peut entrevoir en haut à droit le profil du Puits Sella, le même qui apparaît dans la photo de 1878. Le site était un passage obligé pour les voyageurs dans la région, La Marmora l’ayant décrit soigneusement. Les décennies s’écoulant, Monteponi a vécu quasiment 120 ans d’activité minière et aujourd’hui il ressemble à ça:

Monteponi aujourd’hui, source: Sardegna DigitalLibrary

Mais, ici, il n’est pas question de faire l’histoire de Monteponi.

L’histoire qu’on raconte ici c’est l’histoire d’un voyage, un voyage à la recherche de l’homme qui prit la photo de Monteponi en 1878. Un homme qui vit ces plaines arides et désertiques, qui marcha sur ces routes dangereuses au milieux des montagnes et qui, enfin, remporta avec lui le souvenir d’une histoire qui venait de commencer: l’épopée minière de ce coin sud-occidentale de Sardaigne.

Mais, c’est qui l’homme de la photo?

M. Demaffey.

Un certain Monsieur Demaffey donna donc en 1886 à la Société de Géographie ces photos de Monteponi (avec une série d’autres photos prises en 1882 aux îles Açores) .

M. Demaffey?

D’après la photo on peut tout de suite déduire que M. Demaffey est en rapport avec la Société de Géographie. Il devrait donc bien apparaître quelques parts dans les bulletins de cette même société. Et ce serait absolument génial de retrouver la notice de son don ou de son voyage en Sardaigne. Et bien, dépouillant les bulletins sur Gallica, on ne retrouve malheureusement pas mention d’un voyage du tel Demaffey en Sardaigne autour du 1878. Mais on trouve quand même mention d’un tel Monsieur Alexis Demaffey, ingénieur de mines suisse, qui aurait fait un certain nombre de voyages dans plusieurs pays d’Afrique et de l’Amérique du Sud remportant avec lui plusieurs échantillons de minerai. Cet Alexis Demaffey se révèle être quelqu’un de très mobile, un expert de l’exploration plutôt que de l’exploitation minière. Ce profil colle bien avec l’Alexis Demaffey enregistré dans Le livre du Recteur de l’Académie de Genève (1559-1878):

Toutes les sources confirment alors que Demaffey est bien un ingénieur des mines suisse. La date de sa naissance est en plus cohérente avec la temporalité de ses voyages et une hypothétique carrière dans la mine. D’après ce qu’on peut déduire de ses lettres, il s’emploie surtout dans des recherches exploratoires afin d’établir la rentabilité d’une possible exploitation. On n’a pas trop d’indications par rapport aux compagnies minières qui l’embauchent sauf dans le cas du voyage en Afrique Australe. Demaffey représente bien le type d’émigration suisse en Afrique et sa mobilité témoigne d’un certain esprit d’explorateur, comme le démontrent aussi son statut dans le livre du Recteur, son affiliation à la Société de Géographie et les récits de ses voyages. Par exemple au Niger, il aurait voulu arriver jusqu’aux sources de la fleuve mais, étant empêché de le faire, il opta pour une exploration du Sud Soudan. Il fut aussi l’auteur d’une carte de la région du Zambèze qu’il explora lorsqu’il dirigeait la mine d’or de Tati, dans le Metabeleland (Botswana).

Avec toutes les sources à notre disposition on peut alors construire un petit tableau chronologique de tous les voyages de notre petit malin.

Année Destination
1881 Niger, Soudan occidental
1884 Algérie et Tunisie
1885 Allemagne
1886-1887 Afrique australe (Transvaal, le Swazieland et le Ma-Tebeleland)

Il reste sans date un voyage au Venezuela évoqué dans le bulletin de la société de Géographie en 1886. Il reste aussi à savoir si les photos de la Sardaigne et des Açores en 1882 sont à attribuer au même Alexis Demaffey qui voyagea en Afrique. Enfin c’est là que notre puzzle manque d’une pièce et d’ici on partira pour aller à sa recherche.

Les deplacements de Demaffey s’arretèrent au sud de l’Afrique après le voyage qui l’emmena au nord-est vers le Transvaal et le Witwatersrand. Deux lettres parvenues à la Société de Géographie et publiées sur L’Afrique explorée et civilisée en 1888 et 1889, nous informent qu’il écrivit de Pretoria et de Cape Town avec l’intention de ne pas rentrer en Europe, car il avait été chargé d’une nouvelle mission à Tati, dans le Metabeleland.

Fletcher and Espin’s Map of Matabeleland, d’après Gallica

Poutr une chance inespérée, il existe une source qui nous délivre un portrait de Demaffey à Tati. Il s’agit d’un recueil de lettres: The Metabeleland Travel Letters  of Marie Lippert, 1891.  C’est qui cette Marie Lippert? Elle était la femme de Edouard Lippert, un financier allemand avec des intérêts dans l’industrie minière de la région de Diamods Fields et du Rand.

Marie et Edouard Lippert (The Metabeleland Travel Letters of Marie Lippert)

En octobre 1890, Lippert avait obtenu du roi des Ndebeles, Lobengula, une concession, le Concession Rudd, avec le droit exclusif d’octroyer des terres aux Européens dans le Matabeleland et le Mashonaland, pour une durée de cent ans. Marie Lippert accompagna son mari dans ce voyage qui avait pour but de faciliter la monopolisation de toutes les mines et les terres par Rhodes. Il n’était donc pas par hasard qu’elle rencontra Demaffey, qui exploitait une mine dans le territoire objet de la concession. En effet, il avait été nommé Directeur de Tati Concession Ltd, une société fondée par Sir John Swinburne qui, à travers le Tati Concession Land Act, avait obtenu le droit exclusif d’exploitation métallifère de ce territoire qui aujourd’hui se trouve en Botswana, aux alentours de Francistown. Pour en savoir plus sur les enjeux coloniales liés à ce territoire voir ici.

The Metabeleland, op. cit. p.15
Monarch Reef, The Metabeleland Letters…(p16)

Marie Lippert dessine un portrait assez singulier de Demaffey. Il le peint comme un homme un peu bizarre.

… lives in a crazy fashion at the top of a wooded hill; one has to climb over the stones for twenty minutes, but then it becomes wonderfully romantic, sitting in front of the hut, and looking away over the endless bushy hills and plains, and onwards to the mighty river, over which the sun sets dark red, in overpowering solitude. Demaffey is a dreamer and a hermit, who is only fit to sit on a hill and look down at Africa, thinking of scientific problems as he does so. But it will be better if a practical manager were at his side and he is now going to be sought for. (Metabeleland Letters p.17)

Certains informations plus personnelles nous sont délivrées.

[…] novel by Turgenev and Walter Scott constitue the furniture. (p.17)

Mais enfin Marie Lippert le considère assez gentil et accueillant.

Demaffey went off now and then to prepare the breakfast…Demaffey worked at it imperturbably for two hours, but the salad was truly French. (p19)

Ce portrait pourrait ne pas trop coller à la figure d’un sérieux ingénieur des mines du XIXe: notre Demaffey était peut-être victime de sa solitude, écarté au bout du monde pour exploiter une mine dans un environnement pas trop accueillant ou confortable. Cependant, il ne resta pas longtemps là-bas car en 1891 on le retrouve en Suisse, à l’assemblée générale de l’International Geographical Union. Marie Lippert fit juste en temps à le rencontrer…et heureusement pour nous!

A son retour en Europe, Demaffey, âgé de 41 ans, une vie de voyage dans des territoires hostiles et un travail pas souvent facile, celui de l’ingénieur de la mine. L’International Geographical Union le célébra pour ses succès, en tant qu’explorateur et homme savant.

C’est de l’Afrique australe que nous revient, pour se reposer quelques mois, M. Alexis Demaffey, ingénieur des mines, qui, depuis sept ans, a été appel à explorer des gisements miniers à l’ouest, au nord et au sud de ce continent.

Mais enfin, après ce long voyage qui nous a reconduit à l’époque de la fièvre coloniale, aux explorations, aux enjeux politiques entre puissances européennes et royaumes africains, on n’a pas réussi à trouver la pièce manquante du puzzle. Est-ce que le Demaffey décrit par Marie Lippert est le même qui prit la photo en Sardaigne en 1878?

La Ville de Genève nous vient alors en aide, car dans le Compte Rendu de l’Administration Municipale daté 1879, on lit à page 44:

Dons. — M. Demaffey. 12 échantillons de plomb sulfaté des mines de Sardaigne.

Et bien, oui, Alexis Demaffey voyagea en Sardaigne en 1878, prit des photos et emporta avec lui des échantillons de minerai pour les donner à la Ville de Genève. Il repartit ensuite pour enfin se retrouver en Afrique et passer plus de dix ans à explorer et faire la mine. Il revint finalement en Suisse en 1891, mais là on n’a pas été capable de dire ce qu’il fit pendant les 9 derniers ans de sa vie. Il mourut en 1900.

10 000 km dans une photo.

#ThisIsSourcesMining

 

Remerciements:

L’écriture de ce billet n’aurait pas été possible sans l’aide indispensable d’un cher ami, Ettore Morelli, doctorant à la SOAS de Londres, qui me fit parvenir en intégralité l’édition des lettres de Marie Lippert, sans lesquelles je n’aurait jamais pu avoir une idée si clair du protagoniste de ce voyage.

Pratique de l’Amour – petite note d’après lecture

Je viens de terminer l’ouvrage Pratique de l’amour de Michel Bozon.

Et j’ai eu envie d’en écrire un billet à propos, car je suis une victime consensuelle de l’auto-analyse critique. Pour ça le billet ce ne sera pas une vraie note de lecture, car je ne maîtrise ni la discipline ni le sujet pour pouvoir le faire. Pourtant ce livre m’a amené à me poser de questions. Des questions sur pourquoi je suis tombé sur ce livre et comment je l’ai choisi.

Analyse d’une pratique: le choix d’un livre.

Lire est mon travail. Ou, au moins, une partie essentielle de mon travail. Du coté professionnel, choisir un livre est une pratique complexe qui répond à des critères et à une finalité bien précis. En d’autres termes, et pour simplifier, je choisis un livre parce que [critères] il a été cité scientifiquement – dans la forme de la note en bas de page – dans d’autres ouvrages sur mon sujet; [finalité] pour cette raison j’imagine qu’il sera utile à ma recherche. Cette pratique on pourrait bien la définir une évaluation. Après le livre choisi est soumis à une analyse sélective, visant normalement à en trier les informations utiles ou plus pertinentes pour la recherche. Certes, parfois on a la chance, et on trouve le courage, de lire toutes les pages jusqu’au bout parce que c’est intéressant, parce qu’on ne pourrait pas le comprendre autrement, parce que c’est juste trop bien écrit et ça donne envie. Mais, voilà, la lecture de travail n’est pas forcement un truc amusant.

Le choix du livre hors-travail devrait, par contre, répondre à d’autres finalités/besoins (divertissement, approfondissent, intérêts divergents, plaisir, relax etc). Mais il passe quand même par une évaluation. Pourtant, dans ce cas, c’est plus difficile d’en dégager les critères car ils varient selon la finalité de notre visite à la librairie (parfois même par pur hasard). Etant donné l’étrangeté de Pratique de l’amour de mon travail, mon choix devrait se rattacher à ce mélange de critères. Sauf que. Sauf que c’est pas si simple. Le duplicité de mon rapport à la lecture fait en sorte que mes choix ne soient pas totalement indépendants des critères que j’applique au travail. Pourquoi? Parce que je suis doctorante et mon boulot me suit toujours, même quand je dors, parce qu’il est, littéralement, dans ma tête? De manière fataliste je me sens de dire que oui, mais peut-être j’exagère. Mais je pense que quand meme le travail influence ma façon de penser, l’Histoire le fait en tous cas, et la façon dont on l’écrit, la méthodologie enfin. En tous cas il y a des études scientifiques (et non, mais évocatrices) sur ce problème propre au travail du chercheur.

Cette réflexion sur l’influence de ma forma mentis professionnelle sur mes choix temps libre a eu son casus belli dans l’achat de Pratique de l’amour. Pourquoi? Je reviens alors à l’origine (forgive me Marc) de ma décision de l’acheter. Et ma mémoire affirme qu’à la fin d’une journée de travail, vendredi soir, je traînait sur hypotheses.org et le titre d’un billet de blog a attiré mon attention. C’était une note de lecture à propos, justement, de ce livre. Il faut dire aussi que ce type de texte ressort complètement du genre ordinaire de mes lectures hors-travail, mais là c’est une autre histoire. Ce qu’on peut se demander est, par contre, à la lumière d’un besoin, j’ai été attirée(?), je suis allée chercher(?) une réponse [où?] sur une plateforme académique qui a ma confiance parce que les auteurs sont des chercheurs qui ont une certaine forma mentis et ils l’appliquent, comme moi, à leur propre production. Ce n’est-il pas alors pour un reflex de mon habitude du travail que ma quête a fini par tomber, encore une fois, dans le périmètre de l’académie?

Je dois donc en conclure que je suis prisonnière de mon travail?

Ce que je peux dire c’est que j’y tiens beaucoup, mais parfois je le déteste. Je le rêve, j’ai des cauchemars. Il m’excite, mais ça me jette dans l’angoisse aussi. J’y pense tous les jours, toujours. Je ne veux pas le voir, mais ça me fait sentir coupable. Il influence ma vie, ma pensée, mes journées, mes plans, mes vacances, ma façon de regarder le monde et de réfléchir. Mon temps libre et les choix de mes livres. Je veux le vivre jusqu’au bout, mais enfin, peut être, j’en verrai la fin.

Au final, bha, c’est clairement une pratique d’amour.

 

NB pour une vraie note de lecture sur le livre Pratiques de l’amour….ici

La fièvre des Archives ou le voyage du chercheur

Ce billet c’est un retour sur ma dernière mission de recherche au moment où je commence la partie la plus effrayante de mon doctorat, la RÉDACTION de la THÈSE. J’avoue que se placer devant l’ordi et taper le premier mot n’a pas été facile, histoire de procrastination,…

Mais en revenant en arrière sur cette procrastination je vois que, finalement, faire face à la terreur de la page blanche n’a été rien d’autre que le résultat d’un seul constat: il fallait en finir avec les archives.

Aller aux archives a toujours eu le gout de l’aventure, de l’exploration. Là-bas j’ai plusieurs fois expérimenté l’excitation de la découverte et l’anxiété du manque de temps. Trop de choses à lire, à voir, à photographier et un temps limité pour le faire. Aux archives j’ai été heureuse, j’ai adoré rechercher, fouiller, me salir les mains avec de la poussière. J’ai vécu des moments inoubliables et j’ai découvert des lieux merveilleux. Mais pour les archives j’ai eu aussi de l’angoisse, genre craindre de rien trouver, de gâcher mon temps, de ne pas avoir assez préparé ma mission à l’avance…et de peur aussi, pour les problèmes qui toujours affectent la recherche et la précarité de celle-ci.  Par ailleurs j’ai toujours eu la chance de fréquenter des archives bien particulières, les archives de mine, perdues au bout du monde, hors ligne, hors circuit. Il s’agit d’archives avec une atmosphère plus détendue, moins formelle et rigide par rapport aux Archives Nationales…et plus « amicale » on peut dire. Il ne leur arrive pas souvent d’accueillir quelqu’un, surtout venant de l’étranger, et parfois les archivistes se démontrent de gens super sympa. Ils t’invitent à la pause café, ils t’accompagnent à l’hôtel, ils te conseillent un bon resto. Et il n’y a aucun problème si tu demandes 20 cartons en une journée.

Site des Archives Historiques Minières de Monteponi – 24 juin 2017 – sources: Instagram de l’autrice

Mais dernièrement j’ai commencé à vivre comme une sorte de désenchantement pour les archives, un refroidissement de mon désir de recherche, de mon amour pour la découverte. Et là, pendant ma dernière mission, j’ai fortement ressenti cette sensation: j’en avais marre d’ouvrir les cartons, de tourner des pages et des pages sans vraiment rien trouver d’intéressant. Ou, mieux, sans vraiment faire attention à ce que je voyais.

Il n’y avait vraiment plus rien à trouver? Plus rien à chercher?

Peut être oui, mais plus probablement non. Surtout parce que certaines de ces archives, perdues et éparpillées après la fermeture des entreprises, viennent juste en ce moment d’être réordonnées. Mais alors pourquoi? C’est comme si j’avais pris du tylenol qui avait baissé ma fièvre des archives.

Et enfin j’ai compris que le problème ne résidait pas dans les archives, mais dans moi même et dans mes besoins en tant que chercheuse. A un bon moment il fallait en finir avec la récolte et commencer avec l’exploitation. Il fallait commencer à poser des questions aux sources et en écouter les réponses. A composer les information et tracer un bon chemin. Enfin, bref, écrire cette thèse.

Et alors là je fais face à un de grands enjeux de l’écriture de l’Histoire, dont je parle souvent aux étudiants lors de mes cours: comment on l’écrit cette Histoire? Comment on passe de l’analyse des sources à l’usage de celles-ci dans une narration? En d’autres termes, plus pratiques, comment on place nos sources dans un texte structuré? Et là je me suis rappelée d’une sensation qui m’a pris lors que j’ai écrit mes derniers articles: l’impression d’être absorbée par mes sources, d’être retenue par celles-ci comme par une force de gravitation m’empêchant de me détacher et de les regarder de plus haut. Celle-ci est enfin une de plus grandes pièges des sources: la tentation descriptive. Ce plaisir du détail pour soi-même qui t’importe avec lui, oubliant que ton objectif n’est pas celui de raconter pour raconter, mais d’analyser, argumenter, de mettre en perspective. Et parfois je suis tombée dans cette piège, celle de décrire un cas d’étude sans prendre l’élan du contexte. Il s’agit d’un risque toujours présent dans le travail historique car les sources semblent parler par eux-mêmes en exposant déjà parfaitement le concept qu’on veut discuter. Et alors, on se dit, pourquoi changer les mots? L’outil de la citation est là pour nous venir en aide, pour créer un espace où on laisse la parole à la source: « and now she takes the floor ». Citer c’est beau. C’est mettre en valeur l’aspect primordial de l’Histoire, la trace de celle-ci, brute, comme elle nous tombe dans les mains. La citation nous rappelle le plaisir de la quête en archives, le délire des journées au froid et le courage de notre persévérance dans la recherche. La citation prend la parole et elle nous adresse un « merci tu m’as retrouvé » et, nous, nous on fait un clin d’œil au lecteur en lui disant « regarde, hein, qu’est-ce que j’ai été capable de retrouver ». La citation est extraordinaire quand on veut créer un moment « réalité virtuelle » grâce à laquelle le lecteur peut se plonger dans l’histoire qu’on relate pour avoir la confirmation qu’on est en train de dire la vérité en la montrant en « live action ». Mais trop de réalité virtuelle peut faire du mal, elle peut prendre les devants et nous emporter en détruisant nos points de repère. On ne comprend plus la différence de ce que c’est réel et ce qui ne l’est pas. La citation devient alors un trou noir, qui aspire tout ce qui se trouve autour: l’argumentation, la contextualisation, la vision globale, le détachement, la logique du discours. Tout est absorbé et le texte s’aplatie sur la source. Le récit historique n’est plus alors un récit, mais un patchwork de sources qui semblent parler par eux-mêmes mais qui, en vrai, sont muettes. On ne les a pas invitées à « prendre la parole », elles l’ont pris de force. La source devient alors un rapporteur qui parle un langue étrangère sans que personne n’ait prévu de traduction. Le public, hélas, ne peut rien comprendre.

Ecrire une thèse c’est alors faire des tentatives et revenir en arrière si on se trompe. C’est faire aller retour d’une page à l’autre pour repérer les trous dans le chemin qu’on a ouvert, trous qui peuvent être dangereux si on y met le pied dedans. On pourrait, par exemple, se casser une cheville et ne plus pouvoir avancer. C’est  un métier, celui de l’explorateur qui ouvre une piste nouvelle. Un métier périlleux, qui peut nous perdre, où on peut se perdre. C’est pour ça, peut-être, que j’ai eu du mal à commencer et à en finir avec les archives, car eux, les archives, je les connait bien et je me sens à l’aise. Abandonner cette « confort-zone » pour revenir à l’aventure, il faut le vouloir, avoir le courage, préparer le sac à dos avec les outils essentiels et mettre le pied dehors. C’est partir.

Et alors, partons.

And may the Force be with me.

« And you, my friend, have a good journey. We travel to come back. »

Bibliographie, ou de ceux qui partent avec moi

Parce que c’est le phare de tous les historiens aujourd’hui: Marc Bloch, Apologie pour l’Histoire ou le métier de l’historien, Paris, A. Colin, 1949 .

Parce que j’aime écouter les histoires des autres: Antoinette Burton (dir.), Archive stories : facts, fictions, and the writing of history,  Durham, Duke University Press, 2005.

Parce que c’est l’émotion des archives: Arlette Farge, Le gout de l’Archive, Paris, Seuil, 1989.

Parce que j’ai vécu de sensations pareilles aux archives minières: Gabrielle Hecht, Uranium Africain, une histoire globale, Paris, Seuil, 2016.

 

Je date donc je suis

Je suis parfois une Gallicanaute. Parfois sur le lieu du travail, j’avoue, « mais je cherche des sources! ». Et parfois je cherche vraiment des sources, sauf que comme tous les navigants je suis attirée par l’exploration. La recherche de l’inconnu, de l’ile au délà de la brume, de la rue au prochain carrefour. Des explorations qui m’emmènent souvent loin de mon sujet, vers des landes inconnues, peuplées d’étranges publications du XVIIIe siècle ou d’avion de la Grande Guerre. Mais enfin, d’autres fois encore, le métier m’emporte et je ne peux pas faire à moins de continuer à élaborer mes chemins de connaissance. Comme ce soir. Lors que, en mode « gallicanaute », traçant ma route parmi des images et des cartes, je tombe sur cette photo.

Elle représente l’extrême sud de la plage de Portixeddu à la hauteur du village de Buggerru, dans la Sardaigne du sud ouest. Dès le milieu du XIXe siècle, ce village fut l’objet d’un développement extraordinaire de l’industrie minière avec le site de Malfidano et plusieurs autres petits chantiers. A partir de cette époque toute la région était dans un état d’excitation économique: l’affaire de la mine attirait des capitaux étrangers, des hommes d’affaires et des grandes compagnies intéressées à une des plus grandes richesses de cette terre: la calamine. Belges, anglais, français, allemands se rendirent en Sardaigne pour s’accaparer une concession d’exploitation de ce précieux minerai, la galène argentifère, qui permettait de produire plomb et argent.

Cette photo m’a tout de suite attirée. Elle immortalise un lieu avec lequel j’entretiens un lien très fort, pour mes origines mais pour ma recherche aussi. D’autre part je m’aperçois tout de suite qu’elle n’est pas datée. Ce manque provoque ma curiosité et le déclenchement d’une véritable quête, suivant le désir de donner à cette image une place à l’intérieur de l’univers de mes connaissances.

Et alors, tout d’abord, j’essaye de voir si le nom du donateur (Edmond Baudry) peut me donner des indices. Malheureusement, la seule piste crédible, concernant le fils du tel Stanislas Baudry patron de la Société des transport omnibus à traction hippomobile, n’aboutit pas à de résultats convaincants….

Peut-etre alors d’autres photographies pourraient être utiles à établir une date par comparaison. Je possède quelques photos de Buggerru, retrouvées aux Archives en Sardaigne.

La première chose qui saute aux yeux est la présence d’un bâtiment qui n’apparaît pas dans la photo de Gallica. Il s’agit de la Laverie Lamarmora. Dans les sources, on l’appelle plutôt laverie Buggerru et c’est ainsi qu’on l’appellera dans ce billet, pour éviter toute confusion avec la laverie Lamarmora de Nebida, un village aux alentours de Buggerru, ici bas dans une photographie récente.

A Buggerru il existe quand même une autre laverie, la laverie Malfidano, qui fut bâtie entre 1888 et 1894 par la Société Anonyme de Mines de Malfidano, crée à Paris pour acheter cette exploitation en 1867. Cette laverie, qui se trouve à peu de distance de la laverie Buggerru, coûta à la compagnie, en compte de premier établissement, 814.105,83 francs.

La laverie Lamarmora est l’élément qui permettra d’établir l’écart chronologique dans lequel la photo a été probablement prise. Faute de document d’archives, on s’appuie sur la recherche de notices dans la presse spécialisée. Dans « L’Écho des mines et de la métallurgie » du 1er juillet 1894, on peut alors lire

[…] nous livrons actuellement à la Société pour le lavage des minerais en Sardaigne. Vous vous souvenez que, par un contrat en date de septembre 1877, […], prend fin le 31 décembre 1894. Nous n’avons pas l’intention de le renouveler. Il nous paraît plus conforme à nos intérêts d’utiliser nous-mêmes les minerais dont il s’agit en leur faisant subir la préparation mécanique nécessaire à leur enrichissement, soit dans notre propre laverie, soit dans celle que la Société de lavage a créée sur notre domaine, à Buggerru, et qui doit devenir notre propriété à l’expiration du traité.

Donc SA Malfidano avait stipulé dès 1877 un contrat avec la « Société pour le lavage de minerai en Sardaigne », expirant à la fin du 1894. Cette société avait construit une laverie sur le terrain en concession à SA Malfidano et l’article spécifie « sur notre domaine, à Buggerru ». Cela peut être la preuve que la laverie Buggerru est effectivement la laverie qu’aujourd’hui on connait comme Lamarmora, car elle était désignée avec le nom de la localité (comme celle  de Malfidano aussi). SA Malfidano avait l’intention de la racheter, ce qui en effet fut le cas.

Au jour convenu, la Société de Lavage nous a remis les bâtiments de la laverie qu’elle exploitait sur notre domaine à Buggerru, et qui sont devenus notre propriété, à l’expiration du traité. Nous lui avons racheté le matériel, l’outillage et le mobilier qui lui appartenaient au prix de 45.000 fr. Les modifications, réparations et additions que nous dû faire pour améliorer la marche de la laverie, ont nécessité des frais complémentaires qui représentaient, à la date du 31 janvier 1895, une somme de 28.533,03. Le total de la dépense à laquelle a donné lieu la reprise de la laverie de Buggerru par notre société s’élève donc à 73.533,03 fr. (L’Écho des mines et de la métallurgie, 1er septembre 1895)

Il parait donc que la laverie en question soit celle bâtie par la Société pour le lavage de minerai en Sardaigne. Cela nous emmène à conclure que la date limite de notre écart chronologique se situe entre 1877 et 1894. Etant donné que la Société de lavage ne pouvait pas travailler sans laverie, on peut en déduire que, une fois le contrat stipulé avec SA Malfidano, elle entama la construction de la dite laverie. Prenant l’exemple la laverie Malfidano, dont le corps principal fut terminé en deux ans, on peut affirmer que, au maximum, la période de construction se prolongea entre 1877 et 1879. Ce qui enfin nous fait conclure que la photo aurait du être prise avant 1880.

Il reste à savoir quand on pourrait faire commencer cet « avant ». Dans la relation de Léon Gouin, présentée en 1867 à l’Exposition Universelle de Paris, l’ingénieur français affirme que la mine de Malfidano avait été l’objet de travaux en 1852, mais qu’ils avaient été abandonnés et puis repris en 1867.  Donc, en regardant les petits bateaux (bilancelle) ancrés devant le quai…

les rails et les wagonnets….

le chantier avec les piliers en bas à droite…..

….tous ces éléments nous suggèrent la présence d’un chantier en activité. Il n’est donc pas trop hasardeux d’affirmer que la photo pourrait se dater entre 1867 et 1879.

Pour aller plus loin

Léon Gouin,  Notice sur les mines de Sardaigne, pour l’explication de la collection des minerais envoyés à l’Exposition universelle de Paris pour 1867, Cagliari, Impr. Timon, 1867.

Société des mines de Malfidano, par entreprisescoloniales.fr.

Francesca Sanna, Passaggio a sud ovest, Diacronie. Studi di storia contemporanea, 22 (2015).

Buggerru, miniera di Malfidano, sardegnacultura.it.

 

Frigorifico Bories – ou comment décongeler l’Histoire.

Ce billet suit le visionnage du documentaire « Zona Franca », de Georgi Lazarevski, sorti en salle en février 2017, mais déjà présent à l’affiche de plusieurs Festivals de cinéma dès 2016.

Dans son film, qui a pour protagoniste la Patagonie Chilienne, Georgi Lazarevski essaye de reproduire une image qui rend justice à la complexité de ce territoire et de ces habitants. Tout brièvement, en suivant les chemins de trois personnages (un chercheur d’or, un chauffeur de camion et une gardienne de sécurité), Lazarevski nous plonge dans une quotidienneté affectée par plusieurs problèmes: la marginalité, la crise, le travail, les espoirs du développement, l’isolement, le rapport avec le passé et sa propre identité, l’exploitation des ressources naturelles, la pollution, la pression de la nouvelle vague du tourisme et les contradictions d’une région partagée entre hôtels de luxe et routes en terre battue.

Bien que plusieurs articles aient déjà commenté différents aspects de ce documentaire, il me semble assez intéressant de revenir sur un des éléments de cette « description tragique« : la parabole du Frigorifico Bories.  A propos de cet hôtel de luxe je voudrais écrire quelques mots, en partant des images délivrées par le documentaire pour passer ensuite à une petite recherche mobilisant une réflexion d’archéologie industrielle.

Frigorifico Bories

L’hôtel de luxe qui apparaît dans « Zona Franca » s’appelle « The Singular Patagonia » et il se trouve sur la côte ouest du Chili, dans la municipalité de Puerto Natales, en région de Magallanes y Antartica Chilena.

Cet hôtel appartient à une chaîne de luxe et il a été ouvert en 2016 après des travaux qui visaient à rénover les bâtiments historiques du Frigorifico Bories, anciennement usine d’exploitation frigorifique.

L’histoire du Frigorifico Bories est strictement liée à l’exploitation des ressources environnementales du Chili par les premiers colons européens sous la forme de l’industrie de l’élevage des moutons. Le Frigorifique, dans ce cadre, avait la fonction de préparer et stocker les viandes et la laine de mouton avant leur départ en bateau pour la commercialisation. Le propriétaire de cette usine était la Sociedad explotadora de la Tierra del Fuego (SETF), fondée en 1893, qui commença la construction du frigorifique en 1905 et termina en 1914.  La structure originale, en style victorien, compta en 1920 une chaîne complète de production, de l’abattoir au frigorifique, avec aussi une branche pour le traitement de la laine.  Le complexe industriel fut actif dès 1910 jusqu’à la dissolution de la société en 1973. A cette époque la société avait changé nom en Ganadera Tierra del Fuego S.A.

Selon la fiche de classification du Frigorifico sur le site du « Consejo de Monumentos Nacionales (CMN) », la propriété du bâtiment fut réacquise en 1998 par les descendants des anciens actionnaires de la SETF à travers une nouvelle société appelée Golden Dream. Golden Dream invita-ie de r le,Bibie de r le,ants des anc Monumen/0travers unf-orsS.  La structure origin pr Frigo étaitUdenlogo/625/w3-article-sofofa">ficldife), /depeute.le ?p=60fidano<0fidann=31w, rifor, ur l un origin laie sille s867.sèdA Malf Dream ur le terrmeroitattourivitaes y AnB&rsquoShanBibie niale en terre batvita-ie de r le,,Bibiefico f ma socMacLeaarevsth=n oriPsèocom (europ la SETF à travers une nouvelle sociéla coart en f Lauteen ahler e etcr(e en 1998edad expuiss e plu Thouve sur la réaart nouvelle sss j&rsiedad explotado Dreamfic», l/6sudfférent-36934_e petiteo>

<25g class="wp-image-414" src="https://f-origin.hyf-origin.hy6in.tg" wtent/blogs.dir/3324/files/2017/11/img-7-300x103.jpg" alt="" width="87h: .cos-rcere-64100" spn

fiche de classification du Frigoie, ou de ceux qui partent.tion aligin.hypotheses.org/>la fonction crirt atagbrièvemen’hôtel de luxe qui apparaît dans lignleft" src="https://f-origin.hyp5thesesn 1hg/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/11/g._malfidano_198-300x204.jpg" alt="h: Eà la et lason 300" srcset="https://f-ori6in.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/07/Tierra-del-Fuego-1917-en-Riquezas-y-beEà la et lason 300" srcs n 3content/blogs.dir/3324/files/2017/07/Tierra-del-Fuego-1917-en-Riquezas-y-beEà la et las00vw, 659px" />

CeCe par lt-aleurop hasardecr(e="hte.

I_C.pdf">e_ «aleI_e r _rush_ d_wir _life_in_class=heil_i com_y">I_-eig1 rig-patago.org/ux d&un lbsorde pensnne dvagu friala anclutioquo;rièvement, old del gionu,Bibie ddditentompdry) (e="hte.Potext-ae dut nes, en xplt st>

ym deo plurt ialisictement’hrc="https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/11/antica-mappa-300x188.jpg" alt="" wih: our le tr poes.x964srcset="https://f-origg/whypothes25xt-g/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/11/img-7-300x103.jpg 300w, https://f-oh: our le tr poes.x964srcs/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/07/bories-1-500x176.jpg 500w, https://f-oour le tr pootheses.org/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/11/000000_Laveria-La-Marmora-500x194.jh: our le tr pootheses.org/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/11/000000_Laveria-La-Marmora.jpg 1010wh: our le tr p00vw,7759px" />

Cet hôtel appartient à une chaîne dLo;rt chli-sejo de Monumentule6943e de Bcn ornt dau in.sils dmaentld dmin attirait art ur imche de Imprducen 0.sdoldenre pmbtionpsy dt-al plA prooSoclutioqéuislait rodisee, ugld menentaig noma sniéatage en a ;rièvementssourcele sit llle exploita Donc, en regt parraiena mversau aussi ura de ules che plurru iée een compart er e eivas"htiéaubimgtolutioa 67.  ât, l&lain 0.sdos, en es moutopouille sde utelutila e pa aussi utagele="ob&rsorifs, en la crise,ligtiélogo/625/w3-ablofranun cee.atae p/a pca_0035-113xeig91Diac_66_2_p>  sjutntsp sli-ur lelladrBories, ancons. Le Fd lDonc, en regrsquoes gar, u àn/0ts d&rgtié Th «rraitorlutiossourcele sréaA /0ts ialipaié aussi uu Th enrie rsquo;à laeu/mpdtroi du aaldeloppeutciechert en aen acs, enldennwwwrlutiopilsdo-iennement ts histoces ea mveairentgiiéesy dt-al pl mestgorifico-bodibythu « Conevectiloorlutisomélccerlutio. Il srie,chepube smaenta, en /0tlaicinerais dontictementert t nemi snfy"auédiD, en es moutopouille sde utelutielladr garfeurmla hgtiro67 que roessaie,chelden The ego oclutiu aaié urite eorer ln ThourLe cons. Le Fdla19aae pmenentaigee, stocu for,nnuiss nemi snié urit Th tocommercies moutDonc, e19a dees mout ga-à- unetiéuisdoto et leiennement tules che pes mouto;ils éments dainu àuisât, lerlutiès Ces mout ga e billlden2ro dese homple /0 plnouvétaele="u for,des ogauance.iro67 te 18gtiélogo/625/w3-a/bloueza p. «plp.vrino"75.o>lai ogaverélr ltagééu en rraitorlutio ugph=n> une cheville sdonetier> f">eoorlutisos hiden;expen;ex;él&rs,cheu àuislait leloncluta e="ustavapg" mrt bilier qula n/0tBories, anc’nt La fonctionocria lage futFonction co’hôtel de luxe qui apparaît dans e paent dau e pctiboltiéréaire i lufigc

eooie lDnt d18gtvers unee ees insn dL8gtmliparsquoe bill&rsttsaie, u à pln plpa.

ro ogaait plpa ugFonction coioùétaob&rsor 18gtscrodugtiéâtire nsigtmp> lasnsigtmpdtrn celladrph=ne h:nulepensela Fonction coialica.bnfFonction comins dmèr,nnrsqon ct dfeidenur un de la973.es moutdeseti, enrépruevenidenuren ns la me lux dtgit 0 jmalld &tyle=ié22/"versrluti:s e àrsq la Gola emn enpement déparhon ct dfeurrt oes mout aen 22esemaentagtictementluxCphoto airméments d che gatiéxploémrio Daos Nacdre,mg clutigtiéivan déprt

ly&rsqouvaiel&rsque mon ompie,chedienneté a973 Drsqctier ersqré hgi se’h.tion aligin.hypotheses.org/>Les mout tyle=>eoFrirlutio ugFonction coi gatru,lifoFrert enfel&nts.u àimum, tiles aiel&rsqueA /o;une régiémexpenrt ouva Saenaltadeoe usuxictorie du Fri,e enoppld laicints hi plplutidenouv&tylegtiéuis DreamDonc SA Malfidano avait stipulé dès dt le renoycommermelusieur="htié jusur973ctinepdtrennnL1es moutoa973nièronennnLmla htiéésuhe973lemtspos  pw.rfahis dnetiu l&re=e pemniées mouttitenut deiérodtô or0 jmales mouttitenusion à mpéx, enh hounspanes mout salferé/hlu prés.uita sorti en sre une image qui re&rsitaancescwp-image-397" s.tion aligin.hypotheses.org/> dtes moutoui deiier><(decces?)L1es moutld Dreae pix d-35oung-patagonnrr un ddonetdienneté che de p/hldenélevae="htesslueennclLeie ri, enuour22/sttiparne oun1tiport avec lirtnia="htdeccesnsiéuisutinumtsprlutio ugph=n> unD, ené nomon cp&rsquoelladrp879.ur973. Zona F ouve sur la nrr dercheld 1tines Ud 1tinestié1ti;uneorifiq’h.tion aligin.hypotheses.org/>lignleft" sr-origin.hy73thesesa Sa://wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/07/199096.jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxx5f54ac2034nat>,6148b576699 l70et="4738 srcset="https://f-or52.orhypothes49g/wp-cs"alitent/blogs.dir/3324/files/2017/11/img-7-300x103.jpg" alt="" width="87h: 5f54ac2034nat>,6148b576699 l70et="4738 srcs/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/07/bories-1-500x176.jpg 500w, https://f-o5f54ac2034nat>,6148b576699 l70e00vw, 750px" />

Cet hôtnt Ud ;une réng-patago?’hôtify">Donc SA Malfidano avait stipulé dès tanlvers pltounorgitaint d&rqu cn, es vié.pdf"orlutiso0 jmalui cheié la gsmerntss a Qu iire proviterictementae pmutie,chs di/h22/sttipanL0 jman eonetallulogo/625/w3-abloleifyge petiteeoneatagdoria-veel- rla parabole du Fri-lazarevski" StESaenterclr lDnt dévrier 2017, mais Léafygne petite rec ti1 e esà r&rsitaancescwp-image-397" s.tion aligin.hypotheses.org/>Lisnel&ru pltiédienneté euune deirraiens la rounpt parnt dla0tlaia Sadre,re=maenviélogo/625/w3-ablotvpou..orploro.ataoavaladeo-tv/uou-tirfeuag-c;une rélt="mexpecolr-ffe_6195a756-2635-11e7-aes.-681835r ee23 Stoavs vnclutiolr ltagééu/o;une régiémexpensit paqu. L18logo/625/w3-a/blotata.elpverssaggtataragiq/0="c7iche li-le-s&rsudac;une rna pl-s&-merne-rod-Dnt -lde-a Sxpelt="20-4lt=s-giquarda gora:/atlutiiai3od- r5 St20,4%lr l.u àentité,carnes moutst,ie r laisauE=chetSL1es moutld copFra=.cducgatésu pa0 jmalld bti

lr lir s 0.sdoi, en18gtlogo/625/w3-abloa pcajusfmne. «plp.vrine.j?gllhSnclIat =, cefidan clg=fr">ti;u18gtlr lsfrigutia plpchcdue situe es mout is nf.rlutio ug juvement,gatu for, lw.rémr rt 1ti;exploe’hrc="https://f-origin.hy74thesesa Sa://wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/07/199096.jpg-c_300_300_x-f_jpg-q_x-xxyxxNASA_class=heil_i com_ pourt="47322srcset="https://f-ori57orhypothes48xt-g/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/11/img-7-300x103.jpg 300w, https://f-oh: NASA_class=heil_i com_ pourt="47322srcs/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/07/bories-1-500x176.jpg 500w, https://f-oNASA_class=heil_i com_ pourtothe5idarcs/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/11/antica-mappa-500x313.jpg 500w, httph: NASA_class=heil_i com_ pourtothe369arcs/oth0px" />

Cet hôtify">Donc SA Malfidano avait stipulé dès omrne parlle) anfageto plurne ldenm 18rnpFraié laicclutis di/hat sfrigcenndi/hs nemi s a uitalogo/625/w3-abloleifyge petiteeoneatagdoria-veel- rla parabole du Fri-lazarevski" StESaenterclr lDnt dévrier 2017, mais Léafygne petite rec ti1 e esà r&rsitaancescwp-image-397" s.tion aligin.hypotheses.org/>L thmar siu  Thlogo/625/w3-ablour ;une rn iewssagg-orat p=ch/uéeadsragia sudTune2/me_C.pdf">e_FR>

ellagporigina 67.  r eue nolient dlogo/625/w3-abloicacih.vrin-orat p=ch/uéeadsragi3/04/Bu F

ly&rnéssi)oie aos Nacdrq p h dne0trchno plviéoatat srsorlutiort nvncapglutio(feulutio1ugporigin e="ustavapg"i lpala quutificl/02-1216 our le tr pot="660px) pmniété-n bâtim3od-l">tragiquea-> lmagit/ita br=chentrita ur lsé Thre pmbtiovaiat ira plp19aaos Nacdr juvemen’ify">Donc SA Malfidano avait stipulé dès T ogtgiquaoaflow ogtundossledlycoturtxpegutg"stoo"sto osvncnuete cat srsorluti ofete cons. Le g"s0 jusqu.yponcnusurste Threoclut ship betweulethugtnuarcotd ine atlapg"sat iginnsirt> ursgonie-tcotdai endricpennalasqu8gtis ewdantli-sélethugurta prop ofete camif.rfe efs Nateaaudi .rformatalluTICCIH;é/oulun n.33 osdeoee 06&rsitaancescwp-image-397" s.tion aligin.hypotheses.org/>Tuntmèr,llahtdejraitui mne iéqu cporigi;unagptivechee la9ext-alaicpuaur973.es moutuffne .fmaentechnetiu c Thbti, rt e="texttie19aart iu c Ths n=" daurrt e="text-dau19a  e padienneté eounme .netâage .qulei, enuonq vi calois alta .netnes moutsug c pquuti uggGy-Sew3N-s8"> Donc SA Malfidano avait stipulé dès Ils="ur.quleldeno alnuauti a Cphe petiteeone ducenos N> tld &tyle=itie.sueooechnnq àiirmes moutu deodFracarr smee,an18rs plulutis osàuisfo;al)pFract laht&tylegti cporigi;uiunlainumtsprlutioons. Le tragique">ts y A"660px) 879el-> lm-3-113112t="4732 srcset="https://f-or51in.hypothesa>tragique">ts y A"660px) 879el-> lm-3-113112t="4732 srcs/wp-content/blogs.dir/3324/files/2017/07/bories-1-500x176.jpg 500w, https://f-ote -quur la >tragique">ts y A"660px) 879el-> lm-3-113112tothe57s.org/othcontent/blogs.dir/3324/files/2017/07/Tierra-del-Fuego-1917-en-Riquezas-y-bete -quur la >tragique">ts y A"660px) 879el-> lm-3-113112tothe37 srcs oth0, tent/blogs.dir/3324/files/2017/11/img-7-300x103.jpg" alt="" width="87h: te -quur la >tragique">ts y A"660px) 879el-> lm-3-113112arcs/w750px" />

Cet hôtel appartient à une chaîne d Th sorti en sallenme .net ploat22/sttipaessjaa SaacaroatlainumtsprlutioaunFonction cooa 67.  à la hriel esslue. Berc plctisieue="t omr i/hlunporigin laipeguFrae pCt s, lnnqp. L1es moutld Zona Franca nndin laipeguquuti sirttspi qurt ienrltspi quaun juvemen&iD, en  Zue. smeeut afffmaentieuâtim>Goles moutDonc SA Malfidano avait stipulé dès Latlenumr dciód iunoatésldeunma po;aenn pldrenfygronmacheieaetelt0 jrirre t quusla prllneo fiWP/n ie.s-da-n%C2%BA-64/el-quur la StR ie.s D+A n.28lr l="alignnone wp-image-397" s.tion aligin.hypotheses.org/>dienneté ergatâage ageto pluu àentité,caré lpa phert rirrgaell L 0.sd,tâage esslueeolegt plnnqe patiMugt plulutiorifiqht0 jr stoche o. dentant des e laageto ple ounâtie ndeunlainumtsprlutio/ita;unhesttitrsitannnLlag déparh e="ustavugt pdotihetrenn patd mla hnne dâtie nd sm e prquohan pyle=e p Th e="text-al pl19aellagFonction cooa 67.  ât)pFraâage p&rsurao8 c part lugt j&xt la .eairFraâage vagme cgtomne dene la tre,anles mout la L1 plulutiacarrennoppchrgatrraienstpLe c pnnomne s hiadea-ti sqe od q àiirisairFrameeorluoie (/ita1unfp hoita o àlugtb ewlma ss our imentairrquiugtonsonedes reianocesca Sanna, ;Histoirienrltspi qevecrchr eonennetc ;Histoirtadeo lrita1unles mout e="text-al cons. Le Fdlaté en 1riroant deat plulutiorchrtnsié "mvtulet="mvelageto pleanocesca Sanna, Format GaleriePublié le Mi-sud tag-archeologie-iorreo="chelesryetee.hhttp://mine.hypotheses.org/try-footass=epubss="teext">Mots-clés , Cait/ogo/625/w3-artisileces-rares" rel="317#tadeodau" Ud tadeodaeonea oth2epubss="iageul-ve> otdivepubss="navt">Catégories ua->ne rch='poue'epubss='poue-nibm>Go>ne rch'>God pa">&hanoip;noass=" /ogpubss='poue-nibm>G' husf='tentb85sileces-rares" rel="poue/6'>Gorhusf=itentblosileces-rares" rel="poue/2.hycce osg cchelr ltrdiv> oticin> oter class="eea.rch-ffea --> oter class="enuar"ea.rch --> otdivepubss="nuar"ineo"> o pF, e 1unoynsocheutilr l -nlogo/625/w3-ablosileces-rares" rel="cges:mgitCnFrs:mglr l -nISSN:/wp51t="79F dne c papornulpie o àWordP plr l ot/div> otefo79er> t/div> nl!-- Piwik --> nliagepatyp="igin/jtieiagepa"> nv à_pa =_pa || []; n//tâ avanmonhodGolike "s"aCsvnomD) c putit-ghmpld bp l!-- Etd Piwik Cd-r --> n liagepatyp="igin/jtieiagepa"wp-content/bloe.sica-ait192norisps:mgrolvrinorisb ewe/js/cl p.js?2tn= r4-12-01ri/oaagepa> liagepatyp="igin/jtieiagepa"wp-content/bloe.sica-ait192norisps:mgrolvrinjs/j plry.jrsqp-l"s vn.sil.jrri/oaagepa> liagepatyp="igin/jtieiagepa">/oaagepa> ldiveid="orisb ewe"> n

n ldivepubss="fitsn.h nnnnntogo/625itentblofranorisps:mgrolvri">OienEs:mgrolr l nnnnnnnnOienEs:mgro Baokhlrass="Lr erlaecesfrigcero umeunrlaehedur imenlr ltolih nnnnnnnnnnnLr erllr ltolih nnnnnnnnnnnOienEs:mgro Jmne;alhlrass="R pluaecesfrigcero umeunrlaehedur imenlr ltolih nnnnnnnnnnnnnLluan plulr ltolih nnnnnnnnnnnnnEStssvcnt o="hlr ltolih nnnnnnnnnC phdalrass="Anin.qu cnfrigutia plplr ltolih nnnnnnnnnnnnnAcc&eacntm;see iaitst,n.qu lr ltolih nnnnnnnnnnnnnHypote&eala e;edglrass="Cadde gt2phorsquo;arlr ltolih nnnnnnnnnnnnnnnnn nnnldivepubss="te .pyavc;uggle-show.h nnnnnLpw.nelrass="S' sto-ortfiala e;nlatLpw.netd'OienEs:mgrolr ltolih nnnnnnnnnnnnnA prnegtfidant sto-o c pglrass="Acc&eacntm;see iano8rcom.org/OienEs:mgro Fgeumiu,Bi l nnnnnnnnnn n nnnnnnnnnnCe nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn oom..h i/hluntadde Ce
Ce nni/hOienEs:mgrolrl seie t/div> nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnRrsquo;arrlrass=" nnnnnnnnnie, qds"al nnnnnnnnnnteforme nnnnnnnnt/div> nnnt/div> nt/div> t/div> nn */ lraagepa> liagepatyp='igin/jtieiagepa'wp-co'tent/blof-ait192nhypote ldg.vri/-orat p=ch/te spo/twentyfifteul-> ld/fundes es.jr?eee= r50330'> liagepatyp='igin/jtieiagepa'wp-co'tent/blof-ait192nhypote ldg.vri/-orat p=ch/o="192s/hal/js/cv-a l.jr?eee=4.9.1'> liagepatyp='igin/jtieiagepa'wp-co'tent/blof-ait192nhypote ldg.vri/-orat p=ch/o="192s/-oroyntax/js/-oroyntax.jr?eee=1.1'> liagepatyp='igin/jtieiagepa'wp-co'tent/blof-ait192nhypote ldg.vri/-orat p=ch/te spo/twentyfifteul/js/maip-ldk-ésus-fix.jr?eee= r41010'> liagepatyp='igin/jtieiagepa'wp-co'tent/blof-ait192nhypote ldg.vri/-orat p=ch/o="192s/-orfeheamieoghn/js/-oFeheamieoghn.pkgd.sil.jr?eee=1.2.0'> liagepatyp='igin/jtieiagepa'wp-co'tent/blof-ait192nhypote ldg.vri/-oreutlu18g/js/-ore ued.sil.jr?eee=4.9.1'> lrbody> t/htmie