Je date donc je suis

Je suis parfois une Gallicanaute. Parfois sur le lieu du travail, j’avoue, « mais je cherche des sources! ». Et parfois je cherche vraiment des sources, sauf que comme tous les navigants je suis attirée par l’exploration. La recherche de l’inconnu, de l’ile au délà de la brume, de la rue au prochain carrefour. Des explorations qui m’emmènent souvent loin de mon sujet, vers des landes inconnues, peuplées d’étranges publications du XVIIIe siècle ou d’avion de la Grande Guerre. Mais enfin, d’autres fois encore, le métier m’emporte et je ne peux pas faire à moins de continuer à élaborer mes chemins de connaissance. Comme ce soir. Lors que, en mode « gallicanaute », traçant ma route parmi des images et des cartes, je tombe sur cette photo.

Elle représente l’extrême sud de la plage de Portixeddu à la hauteur du village de Buggerru, dans la Sardaigne du sud ouest. Dès le milieu du XIXe siècle, ce village fut l’objet d’un développement extraordinaire de l’industrie minière avec le site de Malfidano et plusieurs autres petits chantiers. A partir de cette époque toute la région était dans un état d’excitation économique: l’affaire de la mine attirait des capitaux étrangers, des hommes d’affaires et des grandes compagnies intéressées à une des plus grandes richesses de cette terre: la calamine. Belges, anglais, français, allemands se rendirent en Sardaigne pour s’accaparer une concession d’exploitation de ce précieux minerai, la galène argentifère, qui permettait de produire plomb et argent.

Cette photo m’a tout de suite attirée. Elle immortalise un lieu avec lequel j’entretiens un lien très fort, pour mes origines mais pour ma recherche aussi. D’autre part je m’aperçois tout de suite qu’elle n’est pas datée. Ce manque provoque ma curiosité et le déclenchement d’une véritable quête, suivant le désir de donner à cette image une place à l’intérieur de l’univers de mes connaissances.

Et alors, tout d’abord, j’essaye de voir si le nom du donateur (Edmond Baudry) peut me donner des indices. Malheureusement, la seule piste crédible, concernant le fils du tel Stanislas Baudry patron de la Société des transport omnibus à traction hippomobile, n’aboutit pas à de résultats convaincants….

Peut-etre alors d’autres photographies pourraient être utiles à établir une date par comparaison. Je possède quelques photos de Buggerru, retrouvées aux Archives en Sardaigne.

La première chose qui saute aux yeux est la présence d’un bâtiment qui n’apparaît pas dans la photo de Gallica. Il s’agit de la Laverie Lamarmora. Dans les sources, on l’appelle plutôt laverie Buggerru et c’est ainsi qu’on l’appellera dans ce billet, pour éviter toute confusion avec la laverie Lamarmora de Nebida, un village aux alentours de Buggerru, ici bas dans une photographie récente.

A Buggerru il existe quand même une autre laverie, la laverie Malfidano, qui fut bâtie entre 1888 et 1894 par la Société Anonyme de Mines de Malfidano, crée à Paris pour acheter cette exploitation en 1867. Cette laverie, qui se trouve à peu de distance de la laverie Buggerru, coûta à la compagnie, en compte de premier établissement, 814.105,83 francs.

La laverie Lamarmora est l’élément qui permettra d’établir l’écart chronologique dans lequel la photo a été probablement prise. Faute de document d’archives, on s’appuie sur la recherche de notices dans la presse spécialisée. Dans « L’Écho des mines et de la métallurgie » du 1er juillet 1894, on peut alors lire

[…] nous livrons actuellement à la Société pour le lavage des minerais en Sardaigne. Vous vous souvenez que, par un contrat en date de septembre 1877, […], prend fin le 31 décembre 1894. Nous n’avons pas l’intention de le renouveler. Il nous paraît plus conforme à nos intérêts d’utiliser nous-mêmes les minerais dont il s’agit en leur faisant subir la préparation mécanique nécessaire à leur enrichissement, soit dans notre propre laverie, soit dans celle que la Société de lavage a créée sur notre domaine, à Buggerru, et qui doit devenir notre propriété à l’expiration du traité.

Donc SA Malfidano avait stipulé dès 1877 un contrat avec la « Société pour le lavage de minerai en Sardaigne », expirant à la fin du 1894. Cette société avait construit une laverie sur le terrain en concession à SA Malfidano et l’article spécifie « sur notre domaine, à Buggerru ». Cela peut être la preuve que la laverie Buggerru est effectivement la laverie qu’aujourd’hui on connait comme Lamarmora, car elle était désignée avec le nom de la localité (comme celle  de Malfidano aussi). SA Malfidano avait l’intention de la racheter, ce qui en effet fut le cas.

Au jour convenu, la Société de Lavage nous a remis les bâtiments de la laverie qu’elle exploitait sur notre domaine à Buggerru, et qui sont devenus notre propriété, à l’expiration du traité. Nous lui avons racheté le matériel, l’outillage et le mobilier qui lui appartenaient au prix de 45.000 fr. Les modifications, réparations et additions que nous dû faire pour améliorer la marche de la laverie, ont nécessité des frais complémentaires qui représentaient, à la date du 31 janvier 1895, une somme de 28.533,03. Le total de la dépense à laquelle a donné lieu la reprise de la laverie de Buggerru par notre société s’élève donc à 73.533,03 fr. (L’Écho des mines et de la métallurgie, 1er septembre 1895)

Il parait donc que la laverie en question soit celle bâtie par la Société pour le lavage de minerai en Sardaigne. Cela nous emmène à conclure que la date limite de notre écart chronologique se situe entre 1877 et 1894. Etant donné que la Société de lavage ne pouvait pas travailler sans laverie, on peut en déduire que, une fois le contrat stipulé avec SA Malfidano, elle entama la construction de la dite laverie. Prenant l’exemple la laverie Malfidano, dont le corps principal fut terminé en deux ans, on peut affirmer que, au maximum, la période de construction se prolongea entre 1877 et 1879. Ce qui enfin nous fait conclure que la photo aurait du être prise avant 1880.

Il reste à savoir quand on pourrait faire commencer cet « avant ». Dans la relation de Léon Gouin, présentée en 1867 à l’Exposition Universelle de Paris, l’ingénieur français affirme que la mine de Malfidano avait été l’objet de travaux en 1852, mais qu’ils avaient été abandonnés et puis repris en 1867.  Donc, en regardant les petits bateaux (bilancelle) ancrés devant le quai…

les rails et les wagonnets….

le chantier avec les piliers en bas à droite…..

….tous ces éléments nous suggèrent la présence d’un chantier en activité. Il n’est donc pas trop hasardeux d’affirmer que la photo pourrait se dater entre 1867 et 1879.

Pour aller plus loin

Léon Gouin,  Notice sur les mines de Sardaigne, pour l’explication de la collection des minerais envoyés à l’Exposition universelle de Paris pour 1867, Cagliari, Impr. Timon, 1867.

Société des mines de Malfidano, par entreprisescoloniales.fr.

Francesca Sanna, Passaggio a sud ovest, Diacronie. Studi di storia contemporanea, 22 (2015).

Buggerru, miniera di Malfidano, sardegnacultura.it.

 

Paysages et résidus de laverie. Mission de Recherche #2

On ne connait pas vraiment notre sujet de recherche jusqu’au moment où on arrive sur le terrain.

wp_20160223_17_22_58_pro
Panorama du Nord et Pas de Calais, Février 2015, Bougival

Tout au long de ma (petite) carrière de recherche, cette affirmation est devenue une de mes plus fortes convictions. Serait-t-il pour naïveté ou pour suggestion des territoires dont je m’occupe, mais je suis convaincue du fait qu’on n’arrive jamais à comprendre ce qu’on étudie si on ne part jamais à la rencontre des lieux, des habitant et des paysage qu’on décrit sur le papier.

wp_20160227_19_11_59_pro
Mosaïque Gare de Lens, Février 2016, Lens

Il m’est arrivé de me rendre compte de ça plusieurs fois pendant mes années de recherche. Il m’est arrivé d’y penser soudainement, surtout en observant le paysage au delà de la fenêtre d’un train ou de l’autobus. Et là, comme sidérée par une épiphanie, penser: « je n’aurais jamais compris ça, si je n’avais pas visité ce lieu ».

wp_20160226_17_14_30_pro
Au delà de la fenêtre, train Douai-Lens, Février 2016

Il m’est arrivé en voyageant en train entre Douai et Lens, en Nord et Pas de Calais. C’était un vendredi soir et le train était bondé des travailleurs. A  côte  de moi deux femmes parlaient. Soudain, derrière d’elles, un terril parut au delà de la fenêtre. A cet instant-là, j’ai juste pensé d’avoir vécu mon séjour comme en l’observant de l’extérieur et que ces gens vivaient les lieux de ma thèse. Retour au présent. Au fait que toute histoire est histoire contemporaine et que, au même temps,  j’aurais dû me débarrasser de mon attitude « chercheuse qui regarde le monde à travers la lente des archives » pour la comprendre. Toute superposition du passé au présent m’a paru à la fois dense de signification et complètement anachronique. Par contre, en observant le paysage, je commençait à reconnaître à quelle mine appartenait les chevalements et à quel site correspondaient les terrils aperçus à l’horizon. A ce moment-là, j’ai compris d’avoir en tête une vision beaucoup plus claire de mon espace de travail.

Plus récemment, j’étais en Espagne pour participer au XIeme Congrès International de l’Histoire Minière et le dernier jour on est allé visiter le site de la Mine d’Alquife. En marchant dans cet espace industriel, je me suis rendue compte concrètement des dimensions d’un grand site minier comme celui-ci. Bien que je sache, rationnellement, pour mes études, qu’ils peuvent être même plus géants, j’étais étonnée et je suis restée au milieu de l’esplanade de roulage, le regard perdu pour garder cette sensation.

dscn6566
Mine de Alquife, Espagne, Septembre 2016

Plus tard, un fois à l’hôtel, j’ai essayé en vain de nettoyer mes chaussures: elles étaient complètement couvertes de poussière rouge, et mes mains aussi et mes bras. Pour trois jours j’ai essayé de les rendre propres: ça a été impossible. Elles ont gardé une subtile couche rouge qui a été absorbée et on ne peut plus l’enlever. Et alors, pour un moment, j’ai compris la frustration et la gêne des mineurs envers cette poussière impossible à nettoyer et j’ai éprouver sur ma peau ce que j’avais étudié et, peut-être, pas apprécié dans sa dimension vivante. 

 

Les collectionneurs. Mission de Recherche #1

Je reviens ici sur une expérience de recherche que j’ai eu cet été: la recherche d’archive sans l’archive. En bref, en novembre une des archives principales pour ma recherche, le Archivio Storico Minerario di Monteponi a été fermé à cause de problèmes liés à sa gestion.

Cette fermeture a constitué, comme on peut bien imaginer, un obstacle à la poursuite de mon travail: sans sources c’est impossible de faire l’histoire. Donc, j’ai du parcourir un chemin alternatif. Et, comme toujours, c’est à travers les réseaux personnelles que j’ai pu sortir de l’impasse. Les réseaux en question étant composés par les figures mythiques et toujours un peu sinistres des COLLECTIONNEURS.

Je voudrais donc dédier ce billet aux rapports avec les collectionneurs, qui peuvent être à la fois une source (de sources) et un obstacle à la recherche historique.

Tout d’abord, il faut dire que les collectionneurs que j’ai rencontrés sont des personnes avec des intérêts kaléidoscopiques, très jaloux des objets qu’ils ont collecté, mais aussi très fiers de les exposer pour le plaisir de voir des gens s’intéresser à leurs collections. Envers le chercheur qui s’adresse à eux pour accéder à leurs collections, par contre, ils deviennent méfiants.

Le premier contacte est alors crucial pour arriver jusqu’au bout: dans mon cas j’étais favorisée par le fait d’être présentée par une figure d’intermédiaire qui agissait comme garant pour ma part. Ensuite, dès les premiers mots échangés, j’ai compris que je ne pouvait pas demander tout simplement de sortir les documents qui m’intéressaient. Là, en effet, j’ai du faire face à deux types de problèmes: la méfiance et l’oubli.

Les collectionneurs ont eu une attitude plus ou moins méfiante tout au long de notre échange. Malgré un intermédiaire fiable et le partage de la passion pour le même sujet, ils ne m’ont jamais fait totalement confiance. Il ne m’ont jamais permis, par exemple, de me rendre directement à leurs dépôts pour chercher moi même les matériaux. Problème de méfiance ou de jalousie à la fois.

Toutefois, le pire a été qu’ils ne connaissaient pas vraiment la totalité de leurs collections: parfois, ils avaient acheté des cartons qu’ils n’avaient jamais ouvert, parfois ils n’arrivaient pas à comprendre la signification de l’objet ou du document, parfois ils avaient tout simplement oublié de les posséder.  (#frustrationduchercheur)

1509230_10200658468979040_1816681420_nEn plus, le caractère kaléidoscopique  et la manque de hiérarchie dans leurs intérêts ne leur permettaient pas de comprendre à fond ce que je voulait. A une question précise, il donnaient une réponse trop large ou pindarique. Leurs intérêts n’étaient pas les miens et ils n’avaient aucun intérêt à suivre mes logiques.  Enfin, donc, je crois que le problème réside dans le fait qu’ils se sentent perdus dans la quantité des choses qu’ils ont collecté, et ce désir d’avoir est devenu une vraie manie. Donc, peu importe la qualité ou l’importance de l’objet, il faut juste le posséder.

Que faire donc, en tant que chercheur, face à cette situation? Faire preuve de patience. Il faut beaucoup de temps, d’effort et d’assiduité pour aboutir à des résultats. Et surtout, il faut oublier d’être un chercheur face à un dépôts de documents. Il faut mieux se placer dans l’esprit d’un passionné qui partage sa manie avec un autre maniaque.

Finalement, c’est vrai que je n’ai pas  eu seulement des mauvaises expériences. Par exemple, j’ai 1891231_10200867029432921_2060723583_nrepéré une publication très rare et beaucoup de photos très intéressantes. Toutefois, je ne peux pas éviter d’imaginer quelles richesses méconnues et oubliées restent cachées dans leurs caves et armoires.