Frigorifico Bories – ou comment décongeler l’Histoire.

Ce billet suit le visionnage du documentaire « Zona Franca », de Georgi Lazarevski, sorti en salle en février 2017, mais déjà présent à l’affiche de plusieurs Festivals de cinéma dès 2016.

Dans son film, qui a pour protagoniste la Patagonie Chilienne, Georgi Lazarevski essaye de reproduire une image qui rend justice à la complexité de ce territoire et de ces habitants. Tout brièvement, en suivant les chemins de trois personnages (un chercheur d’or, un chauffeur de camion et une gardienne de sécurité), Lazarevski nous plonge dans une quotidienneté affectée par plusieurs problèmes: la marginalité, la crise, le travail, les espoirs du développement, l’isolement, le rapport avec le passé et sa propre identité, l’exploitation des ressources naturelles, la pollution, la pression de la nouvelle vague du tourisme et les contradictions d’une région partagée entre hôtels de luxe et routes en terre battue.

Bien que plusieurs articles aient déjà commenté différents aspects de ce documentaire, il me semble assez intéressant de revenir sur un des éléments de cette « description tragique« : la parabole du Frigorifico Bories.  A propos de cet hôtel de luxe je voudrais écrire quelques mots, en partant des images délivrées par le documentaire pour passer ensuite à une petite recherche mobilisant une réflexion d’archéologie industrielle.

Frigorifico Bories

L’hôtel de luxe qui apparaît dans « Zona Franca » s’appelle « The Singular Patagonia » et il se trouve sur la côte ouest du Chili, dans la municipalité de Puerto Natales, en région de Magallanes y Antartica Chilena.

Cet hôtel appartient à une chaîne de luxe et il a été ouvert en 2016 après des travaux qui visaient à rénover les bâtiments historiques du Frigorifico Bories, anciennement usine d’exploitation frigorifique.

L’histoire du Frigorifico Bories est strictement liée à l’exploitation des ressources environnementales du Chili par les premiers colons européens sous la forme de l’industrie de l’élevage des moutons. Le Frigorifique, dans ce cadre, avait la fonction de préparer et stocker les viandes et la laine de mouton avant leur départ en bateau pour la commercialisation. Le propriétaire de cette usine était la Sociedad explotadora de la Tierra del Fuego (SETF), fondée en 1893, qui commença la construction du frigorifique en 1905 et termina en 1914.  La structure originale, en style victorien, compta en 1920 une chaîne complète de production, de l’abattoir au frigorifique, avec aussi une branche pour le traitement de la laine.  Le complexe industriel fut actif dès 1910 jusqu’à la dissolution de la société en 1973. A cette époque la société avait changé nom en Ganadera Tierra del Fuego S.A.

Selon la fiche de classification du Frigorifico sur le site du « Consejo de Monumentos Nacionales (CMN) », la propriété du bâtiment fut réacquise en 1998 par les descendants des anciens actionnaires de la SETF à travers une nouvelle société appelée Golden Dream. Golden Dream invita alors des professionnels à élaborer un projet de rénovation. Une fois le projet préliminaire établi, une nouvelle société fut crée, la Puerto Bories S. A., partagée entre Golden Dream, les frères MacLean et Patricio Pablovic (les descendants des anciens actionnaires de SETF) et la famille Sahli Lecaros (propriétaire de la marque « The Singular » et actionnaire majoritaire de cette nouvelle société). Entre temps, le Frigorifico a été inscrit dans la liste des Monuments Nationaux de Chili.

Plan du Frigorifico d’après http://www.monumentos.cl/catalogo/625/w3-article-26733.html

Le Frigorifico et son territoire

Comme toutes les activités (plus ou moins) industrielles établies sur un territoire marginal, le frigorifique fut salué à la fois comme élément de développement et comme le signe d’une exploitation coloniale. Il devint, en somme, un pole de gravitation du territoire et un unicum.  Le monopole du marché de l’élevage avait éliminé à la base la possibilité d’une distribution de cette « énergie de gravitation » et l’offre quantitative et qualitative du travail (le nombre de poste et les salaires) le rendait unique aux yeux des habitants. Le pouvoir du Frigorifico s’étalait donc du niveau local, avec le contrôle des travailleurs et du territoire – parfois avec des moyens extrêmement violents – au niveau plus régional, avec par exemple l’influence sur le développement des infrastructures routières et maritimes, fonctionnelles au transport des marchandises.

Ce pouvoir (plus ou moins visible) pourrait être assumé dans le cadre d’une relation hégémonique avec le territoire et les hommes. En effet, les mouvements politiques et sociales de la région reconnaissent eux-aussi, dans les luttes contre les conditions du travail dans ces exploitations, de véritables étapes de fondation. A un moment donné donc, la Patagonie Chilienne ne pouvait plus vivre indépendamment de cette entreprise.

L’aspect purement matériel et architectural du Frigorifico ne fait qu’ajouter un autre élément à cet imaginaire.  Les bâtiments de l’entreprise, avec leur présence imposante par couleurs et structure dans le paysage (et complètement étrangère pour style architectural), ont acquis une place non négligeable dans l’identité visuelle du territoire. Ils représentent, encore une fois, un élément unicum. En effet il n’existe rien de pareil dans le reste de la région, sauf les demeures des grands fazenderos qui, de plus, contribuent à renforcer cette vision coloniale et hégémonique avec leur apport symbolique et leur histoire.

La fermeture du Frigorifico en 1973 a donc provoqué non seulement un choc économique et social, mais elle a eu aussi une retombée psychologique: la population de la région a perdu un point de repère de son propre territoire identitaire. Les bâtiments abandonnés ont alors remplacé l’usine en tant que lieu de production et ce processus de substitution a été transféré aussi dans l’imaginaire collectif. Comme l’on peut observer dans plusieurs cas de littérature, les bâtiments industriels abandonnés sont investis par des vagues de « revalorisation identitaire »: les valeurs de l’ « épopée industrielle/ouvrière » se cristallisent et rentrent dans une narration pseudo-historique qui vise à remplir le vide psychologique post-industriel. Mythification, idéalisation, édulcoration apparaissent clairement dans les récits d’histoire et mémoire locales. Dans l’imaginaire collectif, les vestiges mêmes des édifices subissent une « congélation » de leur condition « friche industrielle » au point de perdre, parfois, la mémoire de leur « vie avant l’abandon », c’est-à-dire de la dimension historique en tant qu’objet intéressé par la transformation.  C’est ainsi une des raisons pour lesquelles on peut parfois assister à des épisodes de résistance contre la revalorisation du patrimoine. On pourrait dire donc qu’au sein de la population il a bien eu lieu un processus de patrimonialisation, qui ne passe pas forcement par la réhabilitation architecturale et matérielle des bâtiments .

Le Frigorifoco après le Frigorifico

Comme evoqué au début de ce billet, aujourd’hui le Frigorifico a été transformé en hôtel par la chaîne « The Singular ». Dans « Zona Franca », Lazarevski accompagne un de ces personnages à la découverte de l’intérieur de l’hôtel. On observe alors un endroit très luxueux pour les matériaux de décor, pour le style soigné et les œuvres de design qui voudraient rappeler le passé industriel (par exemple des fauteuils réalisées avec des anciens radiateurs). Les murs sont ainsi recouverts par quelques photos historiques du Frigorifico où on observe des scènes de travail, des machines, des ouvriers, les patrons : en somme le Frigorifico avant le Frigorifico. Toutefois, son personnage ne semble pas à l’aise dans ce lieu, il ne se retrouve pas. Il vit comme un effet de distanciation:  par son aspect actuel, par la clientèle à laquelle il s’adresse et par l’offre de travail qu’il propose, le Frigorifico est devenu (apparemment) un élément étranger à l’identité de la région. Cette critique est certainement voulue par Lazarevski, qui nous la suggère à travers le montage, le choix des personnages et l’entrecroisement des histoires. Ce qui est intéressant est de s’interroger sur les motivations de ces choix et analyser les éléments qui poussent Lazarevski à nous délivrer ce message.

L’effet aliénation du Frigorifico est amplifié et reflété par deux autres éléments: le tourisme de masse et les centres commerciaux.  Lazarevski propose un récit qui questionne les effets de la nouvelle vague touristique en Patagonie Chilienne. Ces groupes arrivent par bateaux et descendent à terre juste le temps de faire un tour des bâtiments historiques, acheter des souvenirs et repartir pour une nouvelle destination. L’impression qu’on en tire est celle d’une pratique de consommation de masse ou, en d’autres termes, d’un tourisme de pillage, qui exploite sans rien laisser derrière lui. Le pont avec le passé colonial de la Tierra del Fuego est vite fait. Le deuxième point, celui des centres commerciaux, est étroitement lié au tourisme, car c’est là où les visiteurs vont pour faire du shopping duty-free. En effet, ces grands magasins profitent d’une politique de détaxation qui les rend une « Zona Franca ». Le message de Lazarevski est alors bien clair. Le Frigorifico devient donc un des symboles de cette économie de pillage qui s’installe sur le territoire et profite des politiques favorables à la création d’entreprise. Cependant, la richesse produite en Tierra del Fuego est stockée ou utilisée ailleurs.

Il n’y avait déjà plus de terres à découvrir, ni d’or à extraire, ni même de salut à espérer. Cette chimère du Nouveau monde s’éteindrait bientôt, comme s’éteint une lampe sans huile ou l’esprit sans lumière. Zona Franca, Georgi Lazarevski.

Il s’agirait donc (encore?) d’un nouveau  modèle colonial, semble dire Lazarevski, mais dans une forme plus subtile, cachée dans les discours sur le développement et, plus encore, de la récupération du patrimoine. Dans cette perspective, les photos à l’hôtel The Singular seraient un décor. Un décor de détournement.

Un tourisme colonial?

Je voulais que le film évoque ces strates de colonisation, comme autant de rêves portés. Qu’il relie l’histoire au présent, sans discours ni commentaire. Entretien avec Georgi Lazarevski, Le blog documentaire, 21 mars 2016.

La polémique de Lazarevski pourrait alors faire le pont avec les récents mouvements de protestation contre le tourisme de masse, dont celui de Barcelone est le plus aguerrit. Les statistiques du tourisme en Chili confirment que seulement en 2015 le taux des visites internationales a augmenté de 20,4% par rapport à l’année précédente. Si d’un coté cela est salué comme un bon résultat, de l’autre ça interroge sur la capacité de gestion d’une telle augmentation de flux non seulement par les structures touristiques, mais aussi par le territoire lui-même. Le problème du tourisme de masse en Patagonie est encore plus difficile à encadrer, car il s’agit bien d’un tourisme massifié, porteur d’un nombre important de personnes, mais il reste quand même une masse élitaire, pour le coût de ce type de voyage organisé.  Comme souligné non seulement par la presse, mais aussi dans des études scientifiques, la limite d’exploitation du territoire est parfois atteinte et dépassée.

Je porte un regard critique sur une modernité de prédation, sans conscience, sans mémoire. Entretien avec Georgi Lazarevski, Le blog documentaire, 21 mars 2016.

Le thème du « tourisme colonial » vient alors à l’esprit. La parabole du Frigorifico Bories est assez clairement le produit d’une politique d’exploitation historique du territoire et la visé du projet de rénovation semble reproduire le même modèle. Dans le domaine de l’archéologie industrielle, le projet a été accueilli avec enthousiasme  et une analyse focalisée sur les caractères techniques de la conservation et restauration (gestion du projet architectural, approbation par le Conseil National Chilien des Monument Nationaux et résultat final) et sur les attentes de « retombées économiques » sur les territoire.

This visitor flow is undoubtedly an essential tool to sustain the conservation of the industrial complex. Retaining the relationship between this site and its natural context, matching culture and landscape, promises a new future for this element of the heritage of Chilean Patagonia. TICCIH Bulletin n.33 summer 2006.

Toutefois les enjeux autour de ces projets ne peuvent pas être réduits à l’affrontement entre des « bons et exploités » et des « méchants et exploitants ». Comme Lazarevski le montre très bien dans le cas des grèves contre l’augmentation du prix du gaz, la solution envisagée serait celle d’ouvrir de nouveaux puits gaziers utilisant la technique du fracking , fracturation hydraulique, qui pourrait par contre provoquer de mauvaises conséquences pour l’environnement (sur le fracking et ses conséquences le documentaire « Gasland » et les réactions suivantes avaient fait un grand bruit aux Etats-Unis). Donc il n’y a pas de contraste blanc-noir et chercher à réduir le conflit à cette dichotomie se serait une erreur grossière.

Il y a bien une opposition entre deux mondes, dont la grève est symptomatique, c’est une fracture sociale qui ne fait que s’amplifier – bon le voit bien aujourd’hui dans notre société, et dans le monde entier – mais la frontière ne se situe pas entre touristes et locaux. La réalité est (heureusement) plus complexe. Et c’est ça que j’ai essayé de dire dans le film. Entretien avec Georgi Lazarevski, Le blog documentaire, 21 mars 2016.

Considérations finales

N’ayant pas le pouvoir ni la prétention de prévoir le futur de la Patagonie Chilienne, ce qui reste est le questionnement par rapport à un de mes domaines de recherche, celui de l’archéologie industrielle. Ce documentaire a eu sur moi un effet déstabilisant, car il m’a emmené à me poser des questions sur la finalité et les effets des projets de récupération industrielle.

« Zona Franca » montre que la discours subjacent à la récupération du Frigorifico a été extrêmement subtil. Bien que déjà explicite dans le projet présenté au Consejo, celui d’un hôtel de luxe, sa présentation de la part des acteurs a été édulcorée par tout un apparat discursif sur la valorisation/préservation de l’identité du lieu en tant qu’élément du patrimoine matériel et immatériel du territoire. Dans l’hôtel il y a un musée, mais si on essaye de faire un tour complet des bâtiments, les hôtes, se sentant observés, prennent des contre-mesures (comme on voit dans le documentaire). Le désir de préserver la mémoire semble alors un accessoire ou un propos de philanthropie bienveillante. Ils ont sauvé le bâtiments de la disparition et ils le montrent aux clients comme preuve de l’éthique de l’entreprise. Ce discours s’exprime principalement à travers l’insistance et l’ostentation du « respect » pour le caractère matériel des bâtiments.

La recuperación de la sala de maquinas, que se logro mantener tal como era, el uso de los ladrillos que fueron traídos como lastre en los barcos de carga desde Inglaterra, manteniendo así la materialidad original y la conservación del muelle de carga. (Entretien avec Pedro Kovacic, Revista D+A n.28)

Lazarevski est très critique par rapport à cet apparat et il est, lui aussi, très subtil lors que, comme on a déjà évoqué, il filme son personnage visitant ces salles luxueuses pour faire ressentir le sens d’étrangeté et l’hypocrisie derrière les photos attachées sur les murs, transformées en objets de « cabinet de curiosité » pour les riches visiteurs du Frigorifico.

Mes questionnements commencent ici. Je ne voudrais pas critiquer le travail de récupération tout court, ni le choix des architectes qui ont fait, quand même, un travail remarquable. Au niveau « archéologique », le Frigorifico a été traité très respectueusement et les ajouts ont été très soignés pour ne pas briser l’aspect original du bâtiment. Les bâtiments ont peut-être vraiment été sauvés par Golden Dream. Ce que je questionne est, comme le fait Lazareski, le discours de promotion. L’usage de l’élément identitaire et émotionnel pour présenter le projet comme quelque chose d’intégrée dans l’histoire et le paysage des valeurs du territoire…et de la population.

La question à se poser est alors, franchement, pour qui fait-on de la récupération?

La finalité du projet The Singular ne peut pas être décrite dans la mesure d’un développement économique du territoire. La population ne peut pas profiter de la beauté de cet hôtel ni de la libre fréquentation de ces alentours; les retombées n’ont pas été assez importantes (encore?) pour être appréciées non plus. Le Frigorifico ne fait plus partie du patrimoine commun car il a été privatisé (de facto et par les barrières sociales établies indirectement).

Il faudrait alors se demander, plus en général, quels sont les marges d’action de l’archéologie industrielle et de ses projets, car le problème n’est pas celui de bâtir un hôtel de luxe, mais celui de le présenter aussi comme un projet de récupération de la mémoire historique. L’Histoire a été recongelée.

Pour ce qui concerne ma, très modeste, opinion, il faudrait mieux éviter les discours sur un soit-disant sauvetage du patrimoine – immatériel, identitaire, etc – comme objectif de ces projets. D’ailleurs, ils existent quand-même d’autres projets qui arrivent à obtenir ce résultat, mais ils le font partant de bases assez différentes. Reprenant les dernières expériences tirées la discipline historique, je vois dans cette insistance sur la « préservation du terroir » un espèce de cultural turn de l’archéologie industrielle qu’il faudrait questionner et, de temps en temps, critiquer.

Parfois sauver les bâtiments c’est suffisant. Et dans d’autres cas c’est déjà beaucoup.