Follias : folies d’un transfert de savoir

Estos lascivos bailes parece que el demonio los ha sacado del infierno.

Rodrigo Caro Días geniales o lúdricos. España 1626.

Dans ce billet je ne propose rien d’original, car je crois que plein d’études ont abordé le thème des influences et des mélanges de savoir en musique. Toutefois, j’ai été dernièrement prise par une folle passion (c’est juste le cas de le dire) par l’histoire des « follias », un type spécifique de création musicale, très à la mode à l’époque de Vivaldi et Corelli, mais dont l’origine remonte au XIVème siècle. Au fil du temps, ce type de musique fait l’objet, selon ce que j’ai pu entrevoir, d’un véritable procès de transmission « trans-spatiale » que j’appellerais, en lexique historique, transfert de savoir.

Détail de "Venere, Cupido, la Follia e il Tempo" Di Agnolo Bronzino 1545 https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=148309
Détail de « Venere, Cupido, la Follia e il Tempo » Di Agnolo Bronzino 1545 https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=148309

Mais elles sont quoi ces « follias »?

Ancienne danse a laquelle on assigne une origine portugaise et dont le nom, dans cette langue et en espagnol, désigne encore une « danse fort gaie ».

Dictionnaire pratique et historique de la musique

Les « follias » sont, comme presque tous les thèmes musicaux baroques, des danses. Elles sont créées, donc, afin de pousser les gens à bouger.

Un deux trois et...
Un deux trois et…

Que ce soit sur un rythme lent ou accéléré, les danses sont conçues pour devenir la base d’une série des « pas ». Les pas exécutés l’un après l’autre dessinent un mouvement fluide que les danseurs doivent respecter ( et donc se rappeler) pour véritablement « danser ». Pourtant la musique à la base doit obligatoirement se reproduire selon une dynamique de régularité.

 

On pourrait donc penser les « follias » comme un produit sériel qui reproduit toujours la même séquence de base, soit explicitement (comme basse continu) soit implicitement (reconnaissable dans la dynamique des variations de tonalité ou rythme). L’essentiel est, quoi qu’il arrive, reproduire toujours la même séquence rythmico-tonale. Elle même se révèle, finalement, le fil rouge pour interroger les follias comme produit d’un transfert de savoir: cette séquence est alors notre source guide.

Thème de la Follia Di Pierre-Étienne Nataf P-e at fr.wikipedia - créé par P-e avec lilypond, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1625689
Thème de la Follia
Di Pierre-Étienne Nataf P-e at fr.wikipedia – créé par P-e avec lilypond, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1625689

En écoutant différents follias, issues d’époques et compositeurs différents, on peut se rendre compte de son effet concret: la création d’une musique reconnaissable, presque un « jingle » (oui, lexique profane), qui s’attache à notre cerveau et dont on a du mal à se libérer. A l’oreille expert ce « jingle » parle plus que toute théorie, car il rappelle tout de suite la séquence base d’une autre musique baroque, la chaconne.

Thème de la Chaconne de la quatrième sonate de Jean-Sébastien Bach - Félix Huet, Étude sur les différentes écoles de violon depuis Corelli jusqu'à Baillot. F. Thouille, 1880, p. 48, Pubblico dominio, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=11616485
Thème de la Chaconne de la quatrième sonate de Jean-Sébastien Bach – Félix Huet, Étude sur les différentes écoles de violon depuis Corelli jusqu’à Baillot. F. Thouille, 1880, p. 48, Pubblico dominio, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=11616485

Et, justement, il se trouve que la chaconne soit, elle aussi, une danse.

La danse "Chaconne" Di Engraving by H. Fletcher - Kellom Tomlinson's The Art of Dancing, 1735. Victoria and Albert Museum, London, England., Pubblico dominio, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17761291
Di Engraving by H. Fletcher – Kellom Tomlinson’s The Art of Dancing, 1735. Victoria and Albert Museum, London, England., Pubblico dominio, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17761291

Et c’est juste ici qu’intervienne notre discours sur le transfert car, effectivement, les historiens de la musique reconnaissent les « follias » comme une musique populaire d’origine ibérique, qui faisait le paire avec trois autres danses: la sarabande, la passacaille et, justement, la chaconne.

En effet, les follias paraissent, comme les autres danses, une variation musicale sur une ligne de basse continu, mais la nature de cette même variation est débattue. En simplifiant on dirait qu’elle se compose d’un mélange de deux thèmes: la sarabande et la passacaille. Comment et où ce mélange a vu la lumière c’est difficile à définir car, comme tout produit culturel, l’origine se perd dans le temps.

Les générations dans un arbre généalogique
Les générations dans un arbre généalogique

Bien qu’on en trouve une toute première citation dans l’ouvrage De musica libri septem de Francisco de Salinas datant de 1577, les folies était déjà bien connues à la court portugaise au milieu du XIVème siècle (selon les rumeurs Don Pedro Ier de Portugal en était un grand passionné). De là, elles sont arrivée en Italie au début du XVIème siècle, en donnant origine à la « première génération » des folies all’italiana, puis une « séconde génération » naît en France aux environs des années 1670. Finalement, les « Follia » de Vivaldi, Corelli et, après, Bach représentent un ultérieur développement de cette musique dans sa forme plus « savante ».

Les subtilités techniques de chaque passage représentent donc le chemin pour arriver à comprendre l’âme de cette histoire, car comme on dit, le diable est dans les détails. Toutefois, ils serait long et inutile de les rappeler ici, d’autant plus que d’autres l’ont déjà fait, et fort mieux que je le pourrait faire moi-même. Pour ça, je renvoie à Richard Hudson « The Folia Melodies », Acta Musicologica, vol. 45, fasc. 1 (janvier-juin 1973), p. 98-119.

1891231_10200867029432921_2060723583_n
Remonter à l’origine où descendre vers l’inconnu?

A travers les étude de Hudson et d’autre on comprend que les différences deviennent parfois extrêmement subtiles et, en remontant à l’origine, on trouverait peut-être rien de plus qu’une certaine musique populaire bien vivante et dansée au son de la guitare espagnole. Ce serait donc difficile à ce point de distinguer entre follias, passacaille, chaconne ou sarabande.

C’est intéressant quand même de voir que, de l’autre coté de l’Atlantique, les follias apparaissent là aussi comme danse populaire (les follias criollas) mélangeant la tradition ibérique avec d’autres sonorités qui composent l’univers culturel créole. Etudier ce transfert d’un point de vue historique devient finalement fort compliqué car, comme on peut bien l’imaginer, les sources manquent. On peut seulement supposer, très banalement, que les marins arrivés en Amérique emmenaient avec eux des instruments de musique pour chanter et danser dans les temps morts. Ceux qui restaient dans le Nouveau Monde n’arrêtaient pas de le faire, car finalement c’était une des peu nombreuses façons de s’amuser et, de là, la musique fut influencée par le nouveau milieu et les sonorités locales…Mais celle-ci, sans sources, demeure comme pure imagination.

Jean Baptiste reprochant les ignorants qui ne connaissent pas ses oeuvres
Jean Baptiste reprochant les ignorants qui ne connaissent pas ses œuvres

Il n’en demeure pas moins que la circulation de ce thème représente un bon exemple de transfert de savoir car le voyage de cette musique suit les déplacements des peuples ibériques dans la Méditerranée et au delà. En effet, le passage en Italie au début du 1600 est cohérent avec le début de la domination espagnole après la paix de Cateau Cambrésis de 1559 et le passage en France a du sens si mise en relation avec les influences de la culture italienne à la court de Louis XIV. Fut justement Jean Baptiste Lully, le compositeur officiel de la court du Roi Soleil, à introduire le thème dans la musique « savante » (et, en plus, il était italien d’origine).

En conclusion, cette histoire est intéressant pour observer les procès et les effets de la transformation: une musique populaire qui devient musique savante ; une danse au rythme de guitare se transforme en chanson, toujours dansée, mais codée et exécutée par des ensembles instrumentales toujours plus complexes et enfin, aujourd’hui redécouvertes par des « experts » du baroque « philologique », ces musiques sont jouées pour un public qui ne danse plus et qui écoute en mode « contemplatif » (en dépensant aussi des chiffres bien consistantes pour le faire).

Et alors, pour finalement comprendre la véritable âme d’une follia, comme le conseillait M.me de Pompadour, allez « dansez, embrassez qui vous voudrez » .