Arrivée? Jamais. RDV de l’Histoire 2016, Blois

Quel weekend à Blois!

habillage-2016-h-2

Partie samedi et rentrée dimanche, avec une feuille de route surchargée d’événements, train à Austerlitz 7h30. J’étais bien dans l’esprit de ces RDV: Partir.

Partir…une chose que j’ai fait et je fais très souvent pour mon boulot: la recherche. Partir en mission, partir pour trouver des archives, partir pour rencontrer des gens à interviewer, partir pour les congrès, les colloques, les séminaires. Partir c’est la dimension de mon travail.

a44c61fc-24a6-46ab-9053-59054d93bd24
L’autrice en voyage de recherche – Espagne 2016

Trains, Avions, Autobus, beaux hôtels, hôtels horribles; fiches de mission, mission avec/sans frais; gens qui t’aident ou s’en fichent, nourriture étrangère, rues inconnues, cartes, cartes postales, incompréhensibles réseaux transports publiques; découvertes, désespoir, fatigue, succès; nouveaux panoramas, photos, villes qui restent dans le cœur…

C’est aussi, pour moi, une condition de vie: italienne en France, émigrée comme mon père avant moi. J’aime dire souvent que je suis « fille de l’émigration » et non pas de l’immigration…pourquoi? Peut-être je vois le mouvement plutôt comme une flèche vers l’extérieur que vers l’intérieur: c’est partir, quand même, non pas arriver.

284259_1778712322496_3715321_n
Voyage vers la Sardaigne – 2012

On n’arrive jamais, c’est ça peut-être, que je veux dire? On n’ « arrive » jamais dans notre travail, historiens à la recherche, à la recherche de quelques choses qui nous échappent toujours ou qui nous emmènent hors chemin, on revient sur la voie (car c’est du boulot la recherche, il faut sortir un résultat), mais cette envie de courir derrière la luciole nous reste, on va y revenir un jour. Et pour ça, c’est jamais fini.

J’ai vu plein de belles choses aux RDV, surtout des documentaires et présentations de BD qui m’ont touché, fait réfléchir. Moins de conférences en vraie…on passe tout le temps à aller aux conférences, au moins dans le we il faut déconnecter. Sur le train pour Paris, cependant, j’ai ressenti une certaine déception, je ne sais pas pourquoi…peut-être pour l’age moyen du public à chaque événement auquel j’ai participé ou plutôt car, parfois, les questions posées aux auteurs avaient la saveur du déjà dit mille deux cents fois. Et ça, pour moi, c’est le contraire du partir en histoire.

lucciole-nel-bosco

Je reviens alors à cette image de la luciole qui, enfin, c’est ce qu’on doit suivre – nous les gens qui écrivent l’histoire – car c’est elle qui nous sauve de l’ennui du savoir, de l’ennui du déjà dit, déjà fait, déjà écrit. Car partir c’est bouger et la nouveauté bouleverse.