Je date donc je suis

Je suis parfois une Gallicanaute. Parfois sur le lieu du travail, j’avoue, « mais je cherche des sources! ». Et parfois je cherche vraiment des sources, sauf que comme tous les navigants je suis attirée par l’exploration. La recherche de l’inconnu, de l’ile au délà de la brume, de la rue au prochain carrefour. Des explorations qui m’emmènent souvent loin de mon sujet, vers des landes inconnues, peuplées d’étranges publications du XVIIIe siècle ou d’avion de la Grande Guerre. Mais enfin, d’autres fois encore, le métier m’emporte et je ne peux pas faire à moins de continuer à élaborer mes chemins de connaissance. Comme ce soir. Lors que, en mode « gallicanaute », traçant ma route parmi des images et des cartes, je tombe sur cette photo.

Elle représente l’extrême sud de la plage de Portixeddu à la hauteur du village de Buggerru, dans la Sardaigne du sud ouest. Dès le milieu du XIXe siècle, ce village fut l’objet d’un développement extraordinaire de l’industrie minière avec le site de Malfidano et plusieurs autres petits chantiers. A partir de cette époque toute la région était dans un état d’excitation économique: l’affaire de la mine attirait des capitaux étrangers, des hommes d’affaires et des grandes compagnies intéressées à une des plus grandes richesses de cette terre: la calamine. Belges, anglais, français, allemands se rendirent en Sardaigne pour s’accaparer une concession d’exploitation de ce précieux minerai, la galène argentifère, qui permettait de produire plomb et argent.

Cette photo m’a tout de suite attirée. Elle immortalise un lieu avec lequel j’entretiens un lien très fort, pour mes origines mais pour ma recherche aussi. D’autre part je m’aperçois tout de suite qu’elle n’est pas datée. Ce manque provoque ma curiosité et le déclenchement d’une véritable quête, suivant le désir de donner à cette image une place à l’intérieur de l’univers de mes connaissances.

Et alors, tout d’abord, j’essaye de voir si le nom du donateur (Edmond Baudry) peut me donner des indices. Malheureusement, la seule piste crédible, concernant le fils du tel Stanislas Baudry patron de la Société des transport omnibus à traction hippomobile, n’aboutit pas à de résultats convaincants….

Peut-etre alors d’autres photographies pourraient être utiles à établir une date par comparaison. Je possède quelques photos de Buggerru, retrouvées aux Archives en Sardaigne.

La première chose qui saute aux yeux est la présence d’un bâtiment qui n’apparaît pas dans la photo de Gallica. Il s’agit de la Laverie Lamarmora. Dans les sources, on l’appelle plutôt laverie Buggerru et c’est ainsi qu’on l’appellera dans ce billet, pour éviter toute confusion avec la laverie Lamarmora de Nebida, un village aux alentours de Buggerru, ici bas dans une photographie récente.

A Buggerru il existe quand même une autre laverie, la laverie Malfidano, qui fut bâtie entre 1888 et 1894 par la Société Anonyme de Mines de Malfidano, crée à Paris pour acheter cette exploitation en 1867. Cette laverie, qui se trouve à peu de distance de la laverie Buggerru, coûta à la compagnie, en compte de premier établissement, 814.105,83 francs.

La laverie Lamarmora est l’élément qui permettra d’établir l’écart chronologique dans lequel la photo a été probablement prise. Faute de document d’archives, on s’appuie sur la recherche de notices dans la presse spécialisée. Dans « L’Écho des mines et de la métallurgie » du 1er juillet 1894, on peut alors lire

[…] nous livrons actuellement à la Société pour le lavage des minerais en Sardaigne. Vous vous souvenez que, par un contrat en date de septembre 1877, […], prend fin le 31 décembre 1894. Nous n’avons pas l’intention de le renouveler. Il nous paraît plus conforme à nos intérêts d’utiliser nous-mêmes les minerais dont il s’agit en leur faisant subir la préparation mécanique nécessaire à leur enrichissement, soit dans notre propre laverie, soit dans celle que la Société de lavage a créée sur notre domaine, à Buggerru, et qui doit devenir notre propriété à l’expiration du traité.

Donc SA Malfidano avait stipulé dès 1877 un contrat avec la « Société pour le lavage de minerai en Sardaigne », expirant à la fin du 1894. Cette société avait construit une laverie sur le terrain en concession à SA Malfidano et l’article spécifie « sur notre domaine, à Buggerru ». Cela peut être la preuve que la laverie Buggerru est effectivement la laverie qu’aujourd’hui on connait comme Lamarmora, car elle était désignée avec le nom de la localité (comme celle  de Malfidano aussi). SA Malfidano avait l’intention de la racheter, ce qui en effet fut le cas.

Au jour convenu, la Société de Lavage nous a remis les bâtiments de la laverie qu’elle exploitait sur notre domaine à Buggerru, et qui sont devenus notre propriété, à l’expiration du traité. Nous lui avons racheté le matériel, l’outillage et le mobilier qui lui appartenaient au prix de 45.000 fr. Les modifications, réparations et additions que nous dû faire pour améliorer la marche de la laverie, ont nécessité des frais complémentaires qui représentaient, à la date du 31 janvier 1895, une somme de 28.533,03. Le total de la dépense à laquelle a donné lieu la reprise de la laverie de Buggerru par notre société s’élève donc à 73.533,03 fr. (L’Écho des mines et de la métallurgie, 1er septembre 1895)

Il parait donc que la laverie en question soit celle bâtie par la Société pour le lavage de minerai en Sardaigne. Cela nous emmène à conclure que la date limite de notre écart chronologique se situe entre 1877 et 1894. Etant donné que la Société de lavage ne pouvait pas travailler sans laverie, on peut en déduire que, une fois le contrat stipulé avec SA Malfidano, elle entama la construction de la dite laverie. Prenant l’exemple la laverie Malfidano, dont le corps principal fut terminé en deux ans, on peut affirmer que, au maximum, la période de construction se prolongea entre 1877 et 1879. Ce qui enfin nous fait conclure que la photo aurait du être prise avant 1880.

Il reste à savoir quand on pourrait faire commencer cet « avant ». Dans la relation de Léon Gouin, présentée en 1867 à l’Exposition Universelle de Paris, l’ingénieur français affirme que la mine de Malfidano avait été l’objet de travaux en 1852, mais qu’ils avaient été abandonnés et puis repris en 1867.  Donc, en regardant les petits bateaux (bilancelle) ancrés devant le quai…

les rails et les wagonnets….

le chantier avec les piliers en bas à droite…..

….tous ces éléments nous suggèrent la présence d’un chantier en activité. Il n’est donc pas trop hasardeux d’affirmer que la photo pourrait se dater entre 1867 et 1879.

Pour aller plus loin

Léon Gouin,  Notice sur les mines de Sardaigne, pour l’explication de la collection des minerais envoyés à l’Exposition universelle de Paris pour 1867, Cagliari, Impr. Timon, 1867.

Société des mines de Malfidano, par entreprisescoloniales.fr.

Francesca Sanna, Passaggio a sud ovest, Diacronie. Studi di storia contemporanea, 22 (2015).

Buggerru, miniera di Malfidano, sardegnacultura.it.

 

Au métro comme à la mine

Au début du XX siècle la principale ressource énergétique de la France était le charbon. On le trouvait à la base de la vie quotidienne comme de la chaîne productive. Les foyers en dépendaient pour se réchauffer, s’éclairer et se nourrir, l’industrie pour faire marcher les machines et déplacer les marchandises sur la longue distance. La majorité de la population le connaissait seulement dans sa forme « ménagère »: de petits morceaux qu’on achetait chez les marchands en ville. A Paris, par exemple, on les achetait chez les « bougnats », vendeurs souvent provenant d’Auvergne qui avaient établi un vrai monopole de ce commerce.

Si le charbon était au moins connu dans sa forme « minérale », il n’allait pas de même pour les autres produits de l’extraction. Plomb, zinc, fer ou cuivre étaient peut-être présents dans les foyers sous forme d’outils (du clou aux casseroles) tandis que l’argent ou l’or étaient déjà moins accessibles. D’autre minéraux non métalliques, comme la soufre, le talc, l’antimonium n’arrivaient que dans une forme inconnaissable, car cachés dans les mélanges chimiques ou les médicaments.

Le monde de la mine demeurait lui aussi assez inconnu, sauf pour les populations qui le vivait de tout prêt. Les rares occasions de le croiser étaient les événements violents ou tragiques: grandes grèves, accidents ou catastrophes. En effet, le choc provoqué par la Catastrophe de Courrière en 1906 fut non seulement causé par l’effet meurtrier de l’événement, mais aussi par la soudaine découverte que ce monde existait et qu’il avait une dimension tout à fait humaine.

Il y a quelques années, si vous aviez parlé à un Parisien de galeries souterraines, de puits dans lesquels on descend et remonte, de pompes qui font de l’épuisement, de tunnels qui passent sous des rivières, de locomotives électriques marchant dans des souterrains, il aurait levé les bras au ciel ! Si vous lui aviez parlé de se reconnaître au sein de la terre dans un dédale de galeries en montant et descendant loin du ciel et du grand air, vous l’auriez fait frissonner.

Jusqu’au milieu du XXeme siècle, l’incompréhension, la distanciation, l’ignorance relative de ce qui se passait dans les pays miniers etaient assez communes et présentes aussi dans la vie des ingenieurs à cheval entre ces deux mondes. Issus des familles aisées, bourgeoises et tout à fait citadines (la sélection des Ecoles des Mines passaient aussi par le discrimen censitaire des familles des élèves), ils partaient travailler entre campagne et industrie, lieux caractérisés par un tissu social généralement populaire. Cependant, ils ne s’entremêlaient que très peu avec la vie locale: ils habitaient les maisons de la compagnie minière bien séparées du reste du village ouvrier. Pour certains aspects, ils continuaient à reproduire la distance entre le monde citadin et celui de la mine.

Cependant, cette distance devenait parfois perceptible. Comment alors les ingénieurs, les chefs ou, en général, ceux qui n’habitaient pas ces lieux, décrivaient cette « relation »?

Parmi les terrains qui pouvaient constituer un espace de croisement avant l’invention de la télévision, il y avait, bien évidemment, les journaux et les périodiques. C’est exactement à travers les pages d’un de ces publications qu’on retrouve un texte parlant (« Croquis à la pointe : Le Parisien devenu Mineur » L’Écho des mines et de la métallurgie 13 octobre 1913), qui nous délivre un portrait ironique du bourgeois parisien devenu ingénieur.

Or, l’autre jour, un des autochtones de la butte Montmartre m’interpelle et me dit. C’est pas si malin que ça d’être ingénieur des mines moi, je croyais d’abord que c’était la mer à boire ; un métier terrible où l’on risquait sa peau à chaque instant sous la terre. Je croyais qu’il y avait là-dessous des tremblements du sol, des noyades, qu’on y étouffait, que la chaleur était intolérable, etc… Je me représentais toujours la mine avec les hommes courant au fond, dans le feu comme des damnés, mais l’autre jour, un de vos Confrères m’a expliqué les choses et ç’a été pour moi une révélation.

Ce personnage découvre le monde de la mine et il reste surpris par son absence de « spectaculaire ». Descendre à la mine rassemble tout à fait à ce qu’on pourrait expérimenter en descendant dans une station de métro à Paris. Le journaliste, bienveillant, montre alors comme la vision des parisiens est exagérée: la mine, en fin de compte, fait partie de notre monde autant que les tunnels du métro et les cages des ascenseurs.

Votre métropolitain, Messieurs les Parisiens, m’a-t-il dit en riant, est une véritable école des mines pour nous.

Le texte devient alors très éloquent. Il ne s’agit pas seulement d’une source d’histoire de la mine, mais aussi d’une histoire culturelle de la perception et de l’imaginaire de la mine. Cet éditorial, publié en 1913, permet de reconstituer l’esprit de son temps face à cette industrie et d’entrevoir les effets des cendres encore brûlants de la catastrophe de Courrière. La mine fait peur.

Carte postale, série de Courrière

La description est quand même assez caricaturale, parfois hyperbolique. En réalité, aller à la mine ne rassemble pas du tout à la descente au métro: chaleur, humidité, saleté, poussière ne sont que quelques uns des éléments dont on ne fait heureusement pas expérience dans le métro.

On se rend compte que nos galeries de mines sont plus étroites bien entendu, moins éclairées, moins luxueuses, mais enfin, elles sont également sous la terre.

Pourquoi aurait-on publié un texte pareil dans une revue de mine et de métallurgie? Serait-il fait pour répliquer à la polémique post-Courrière? Réaction aux grèves et aux soulèvement populaires?

Est-ce-t’elle la peur du noir?

Au delà de la rhétorique, on aperçoit ici la réaction face au symptôme d’une inquiétude, l’inquiétude du changement.  La ville de Paris est en train de changer de façon systématique et assez déterminante depuis les rénovations haussmanniennes. Mais à ce moment là on voit franchir de nouveaux limites: ceux de l’espace de vie. Creuser les rues pour bâtir des tunnels sous terre n’est plus une fantaisie car les trains voyageront là-bas au lieu de le faire à l’air libre. Voyager sous-terre…tout un imaginaire se mobilise.

Reste, bien entendu, la descente dans les entrailles de notre mère la Terre.

« Et la traversée de la Seine en tunnel! Combien d’entre vous, Parisiens, avez hésité à vous y engager ? La pensée qu’au dessus de vos têtes coulait celle Seine qui vous avait affolés au moment des inondations, vous donnait plus que le frisson. »

Sous terre c’est l’espace sans air, le vide des grottes, les tombeaux, les morts, l’enfer…les mines.  Là-bas la vie est impossible, seulement une vie / non-vie, dégénérée, monstrueuse serait possible. Et par quels moyens? Ceux de la technologie, bien évidemment. La technologie et son lieu de développement, l’industrie. Et donc l’industrie minière entre en ville pour creuser ces longues galeries qui abriteront le métro. C’est l’affreuse rencontre des deux mondes. La ville attaquée, consommée où pervertie, dévorée dans ses racines ou obscurcie par la fumée. Les chimères industrielles du cinéma, de la littérature et de la culture populaire abondent.

Au début, beaucoup de gens, de vieilles dames surtout, avaient juré de ne pas mettre les pieds dans ces galeries souterraines ; puis peu à peu l’exemple, l’habitude, le manque d’accidents graves survenus (un seul) ont, par suggestion lente, accoutumé tout le monde aux souterrains.

Ascenseur Otis avec moteur à Vapeur – 1862

L’industrie et la technologie rentrent aussi dans la vie quotidienne avec la cage de l’ascenseur. Une machine qui permet d’économiser les efforts de déplacement vertical, mais qui oblige aussi à se renfermer dans un espace  de claustrophobie. De là on ne peut pas sortir si non lors que la machine arrive à destination: pendant ce temps là on n’a aucun contrôle sur le chemin.

 

Pas tout le monde cependant a peur du changement. Les plus accoutumés à la technologie y verront non pas une action scandaleuse, mais un nouvel atout de l’homme et de son ingéniosité (intellectuelle et manuelle). C’est ce que le journaliste voudrait proposer aux lecteurs: une vision positive et familiale de la technologie, de l’industrie et du progrès technique.

Rien plus, les vastes puits de 30 mètres de diamètre environ dans lesquels vous descendez pour prendre votre train sont uniques au monde comme dimension, ils ont été creusés par des hommes vivant et travaillant dans l’air comprimé, sous l’eau, et l’immense tour bétonnée, revêtue d’armatures en fer, le fond imperméable sous le niveau de la Seine, représentent un échantillon des plus beaux travaux de mines qui existent.

La mine est chez nous, il semble dire, et elle ne doit pas effrayer car l’utilité de ses techniques est essentielle au développement de la civilisation. Pourtant, la logique rationnelle du développement technique eut du mal à s’imposer et, encore en 1940, Marc Bloch en deplorait le manque comme con-cause fatale de la defaite française dans son ouvrage L’Etrange defaite.

Aujourd’hui l’imaginaire de la mine demeure une question ouverte et sur le thème on organise d’intéressantes journées d’étude . La question devient par contre plutôt de nature anthropologique: Comment s’imagine-t-on aujourd’hui l’industrie minière? Le problème, au moins pour les régions d’exploitation historique, touche aussi la dimension de l’archéologie industrielle et des espaces abandonnés/rénovés.

Base 11/19, Lens
Parc Technologique du Laurium, Grèce

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La perception de la mine se multiplie alors en plusieurs couches, superposant la mémoire, l’histoire, la dimension de proximité/distance et la façon dont on reçoit les informations à propos de ce sujet. Juste essayant une recherche tout à fait banale avec Google Actualité on retrouve, tapant « mine »: la dernière nouvelle de Le Monde concernant les hypothèses d’action du Président Macron au sujet de l’or de la Guyane; Le 4 juillet Le Figaro reporte de l’effondrement d’une mine illégale en Ghana, où 14 mineurs seraient disparus; Libération, le 3 juillet, publie un texte sur l’Afrique du Sud et l’après-exploitation; Le 28 juin, toujours le Figaro, publia un article sur le bassin du Nord et Pas de Calais au sujet de la revalorisation du patrimoine industriel.

Troubles sociaux, Catastrophes, Patrimoine. Il paraît que, parlant de mine, la presse n’ait pas trop changé de sujet par rapport au début du siècle. Pourtant les produits miniers nous entourent: le fait qu’on peut écrire, crayons sur papier, grâce au 14% de la production mondiale de graphite ça peut étonner. Donc, même si on a dépassé la méfiance pour le métro, la mine reste encore un objet complexe à imaginer.

 

Les citations appartient à l’article « Croquis à la pointe : Le Parisien devenu Mineur » L’Écho des mines et de la métallurgie 13 octobre 1913.

 

Down the tracks – L’Histoire par Images

Roulage:

Transport des produits par un engin qui roule sur le sol ou sur des rails entre la sortie du chantier et l’ouvrage d’extraction. (Dictionnaire Larousse)

 S

Source:

Paul-Henri Perrot « Progrès français réalisés dans la technique de la berline de mines de 1939 à 1950 » Le matériel des mines, RIM, Première partie, 1952, n. 579, p. 303-316.

Foudroyé ou de la lumière à la mine – L’Histoire par Images

Revue de l’Industrie Minérale, 1933
Revue de l’Industrie Minérale, 1934
Revue de l’Industrie Minérale, 1934
Revue de l’Industrie Minérale, 1935
Revue de l’Industrie Minérale, 1939

 

Revue de l’Industrie Minérale, 1939

Revue de l’Industrie Minérale, 1950
Revue de l’Industrie Minérale, 1952
Revue de l’Industrie Minérale, 1952

 

 

 

 

 

Revue de l’Industrie Minérale, 1952

 

 

Alla ricerca del galeone perduto #8

 that Voyage…is enough to destroy a Man, or make him unfit for anything as long as he lives. Giovanni Francesco Gemelli Careri, Giro del mondo, 9 vol., Venezia 1719, in Schurz, The manila Galleon, 1939, p. 274.

Sono passate diverse settimane dall’inizio del mio viaggio alla ricerca del galeone perduto. L’impresa non è stata facile e il web si è rivelato un ambiente ostile alla sopravvivenza: la sua sterminata ricchezza nascondeva trappole, piante velenose e sostanze urticanti che hanno rallentato la marcia, portandola su piste false o in luoghi pericolosi. Rigogliosa come una foresta pluviale, la rete ha permesso la riproduzione dell’aneddoto del San José in modo incontrollato e schizofrenico, perdendo così una parte essenziale del suo genoma: la fonte. Tuttavia, quando ormai abbandonare la nave sembra inevitabile, ecco apparire un indizio interessante: un dato corredato da citazione bibliografica autorevole, ma soprattutto verificabile.

Schurz, 265-66

20170110_172228Ed eccoci dunque nell’ora della verità, davanti alla copertina di The Manila Galleon di William R. Schurz, scritto nel 1939 dopo, cito dalla quarta di copertina, « 27 anni di ricerca sulla romantica epopea dei grandi galeoni spagnoli, i più affascinanti della storia di tutti i mari ». Non avrò ricercato per mezzo lustro, ma anche io ne ho fatta di fatica per trovarti…

Con una certa reverenza (non sara l’edizione del 1939, ma questo libro ha comunque 58 anni di vita e costa, oggi, 15 volte di più che i 2,25 dollari del 1959), apro il piccolo tomo alla pagina 265. Giro la pagina e….

20170110_164315e

Nessuna nota.

 

 

 

 

 

Anche l’ultima speranza si infrange così? Per una reticenza, una mancanza, un’omissione di fonte, la storia del galeone perduto rimarrà un mistero, una leggenda, uno dei tanti racconti di navi fantasma?

Mi rifiuto di arrendermi. Non può finire così, non si può perdere la speranza. Uno storico ha altri mezzi per trovare la risposta che cerca, altri modi di leggere i materiali che possiede, modi non lineari, a volte guidati dall’intuito o, sovente, da una fortuna molto sfacciata.  E fortunatamente Marc Bloch ci ha insegnato che  non esiste la domanda giusta da porre alla fonte, ne esistono infinite.

newsextra_212458…ce choix raisonné des questions, extrêmement souple, susceptible de se charger chemin faisant d’une multitude d’articles nouveaux, ouvert à toutes les surprises… M. Bloch, Apologie pour l’Histoire, p. 39.

20170110_170839E allora cerchiamo di attingere al massimo alle fonti che abbiamo. Il modo migliore per interrogare il testo è partire dall’indice (tavola dei contenuti), ma quello di Schurz non ci aiuta gran che. Il secondo modo è interrogare gli « altri » indici, ad esempio quello dei nomi, posto solitamente nelle ultime pagine. Ecco infatti che a pagina 449 disponiamo di un indice dei nomi, un po’ scarno, ma ci arrangiamo.

Iniziamo prima di tutto con il nome del galeone, San José. Potrebbe essere che Schurz lo citi in altre parti del libro.

Ci sono diversi rimandi, ma l’unico che potrebbe riferirsi al nostro galeone è a pagina 259-260 e riguarda del naufragio del San José avvenuto il 3 luglio 1694 a causa di una tempesta nei pressi dell’isola di Lubang, nelle Filippine.

Study for 'The Shipwreck': A Sinking Ship and a Boat in Rough Seas circa 1805 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856 http://www.tate.org.uk/art/work/D05386
Study for ‘The Shipwreck’: A Sinking Ship and a Boat in Rough Seas circa 1805 Joseph Mallord William Turner 1775-1851 Accepted by the nation as part of the Turner Bequest 1856

Uno sguardo ai nome in N per rendersi conto che di un eventuale Nuestra Señora de la Victoria non vi è traccia.

Invece, la bibliografia conferma che l’articolo sul sul The Grace Log. nel 1931 è proprio da attribuire a Schurz, come avevamo pensato.

20170110_170618k

Ritorniamo però ora alla citazione di pagina 265-66

The most extreme case was that of a galleon of the same century, which was picked up off Guatulco below Acapulco, past which port she had drifted helplessly.  All on board were dead, as in the derelict ships of the Black Death.  The sad record the judge, Calderón Enríquez, found long afterwards in the archives at Acapulco.  This was probably the San José, first of her name, of whose dolorous voyage Viceroy Albuquerque informed the king on the day in 1657 when a courier had just reached Mexico with news of the galleon’s belated arrival at Acapulco.  She had left Manila more than a year before.  All her provisions were gone and there was no one on board who could lift a hand to rope or wheel.  Everyone had perished of pestilence or starvation, and when sighted the silent galleon with her freight of silks and cadavers was driving southward into the tropics.

tablet_con_documento_antico_a_tutto_schermo
reydeespana@gouv.es – tiene un nuevo mensaje –

In realtà qui Schurz cita due fonti: un « triste rapporto » che un certo giudice Calderon Enriquez trovò negli archivi di Acapulco e il fatto che il Viceré di Albuquerque informò il re della macabra scoperta.

Una cosa che si può subito notare è che la citazione fornisce una risposta a una delle nostre domande e cioè che il galeone si sia perso sulla rotta Manila-Acapulco (arrivo tardivo). Ci deve essere quindi un errore nei registri che abbiamo esaminato nei precedenti episodi, i quali riportavano il Nuestra Señora e il San José alla fonda ad Acapulco nel momento in cui una delle due avrebbe dovuto trovarsi persa nel Golfo di Fonseca.

Schruz, The Manila Galleon, 1959.
Schruz, The Manila Galleon, 1959.

Ma torniamo ai due personaggi citati da Schurz: Calderon Enriquez e Albuquerque. Su Calderon Enriquez ci sono altri due rimandi nell’indice dei nomi, che collocano questo personaggio nell’America spagnola negli anni 40 del XVIII secolo nelle vesti di « official » e « member of the Audiencia ». Infatti Calderon Enriquez fu « oidor de la Real Audiencia de Manila » fino al 22 maggio 1776, giorno del suo pensionamento.

CONTRATACION,5483,N.1,R.18
CONTRATACION,5483,N.1,R.18

Ciò significa che Calderon Enriquez deve aver trovato il « triste rapporto » in un periodo che varia fra gli 80 e i 110 anni dopo l’episodio. Il decalage temporale invita dunque prendere l’informazione con una certa cautela. Dove sia poi finito il rapporto in questione non lo sappiamo. (Sarà stato lui a non rimetterlo bene al suo posto in archivio?).

Poi, abbiamo invece un riferimento al Viceré Albuquerque.

Ma quale dei tanti?

franciscofernandezdelacueva
Francisco offeso dal fatto che non l’abbiamo riconosciuto subito

L’indice dei nomi ci aiuta: Francisco Fernandez de la Cueva, ottavo duca di Albuquerque, ventiduesimo Vicerè della Nuova Spagna e quarantacinquesimo Vicerè di Sicilia.

Testimone indiretto, ma contemporaneo di quanto avvenuto al galeone San José, informò il re del fatto. Possiamo pensare che la notizia non fosse cosi importante da meritare un dispaccio dedicato, ma che la notizia sia stata scritta insieme ad altre in un resoconto generale. Bisogna infatti considerare le difficoltà di comunicazione fra la Nuova Spagna e la madrepatria: una lettera scritta nel Nuovo Mondo poteva infatti arrivare nelle mani del re dopo sei mesi, perciò non si potevano sprecare occasioni scrivendo solo storie di navi fantasma.

treasureIpotizzando quindi che il galeone sia stato ritrovato alla fine del maggio 1657 (come riportano diverse fonti viste in precedenza) e che Albuquerque abbia ricevuto la notizia con rapidità, la lettera non sarebbe potuta partire prima del gennaio successivo, poiché venivano organizzate solo due traversate all’anno: una a gennaio e un’altra fra aprile e maggio.

Illustrazioni di una ricerca di storia di un parente dell'autrice risalente agli anni 80
Illustrazioni di una ricerca di storia di un parente dell’autrice risalente agli anni 80

Buttarsi nella ricerca di questa nota, persa fra le carte di un non ben precisato archivio, sembra quasi un’impresa impossibile. Di sicuro è un’impresa che non possiamo affrontare con il solo aiuto del web o dei libri, abbiamo bisogno degli archivi, che nel qual caso potrebbero essere l’Archivio della Audiencia de Manila e di quella del Messico, conservati al PARES. Una ricerca nell’inventario non riserva purtroppo sorprese: nelle descrizioni non vi è traccia del famoso « sad record » di Calderon Enriquez o di una nota del duca di Albuquerque. Tuttavia, potrebbe trattarsi di una mancanza degli inventari.

Più di cosi non posso fare. Ho ormai esaurito tutte le domande del mio questionario. Le fonti a mia disposizione mi hanno detto tutto quello che potevano dirmi.

A questo punto della ricerca, il nostro viaggio deve per forza fermarsi.  Schurz è allora la fonte d’informazione più « originaria » a cui siamo riusciti a risalire. Ma la ricerca del galeone perduto non finisce qui: gli archivi potrebbero riservare ancora delle sorprese e non perdo la speranza di poter ritrovare, un giorno, la fonte che sto cercando.