Une histoire du temps perdu

Dum loquimur, fugerit invidia aetas….                                                                                 * Orazio, Odi 1, 11, 8 *

L’écoulement du temps nous angoisse. Depuis que l’homme en a eu la perception et les instruments pour le mesurer, l’angoisse du temps qui passe ne l’a jamais plus quitté. Différentes façons de mesurer le temps s’accompagnent en fait de différentes manières de parler du temps. Le langage, qui décrit nos actions, influence et est influencé par notre perception du temps. Un almanach du début du XXe siècle mettait ainsi en scène Danton qui résonnait sur sa prochaine exécution en termes de “possibilités descriptives” du moment. Il disait “je peux bien dire je suis exécuté ou je serai exécuté, mais je ne peux pas dire d’ “avoir été exécuté”. Cette blague relève la contradiction entre une potentialité grammaticale tout à fait correcte – celle de conjuguer le verbe exécuter au futur passif – et la réelle impossibilité à ce que ce verbe soit utilisé dans la réalité. Les potentialités intellectuelles, l’imagination humaine, dépassent l’expérience factuelle.

com’è bella giovinezza, che si fugge tuttavia…                                                                   * Lorenzo de Medici, Canzona di Bacco *

Imaginer un futur qu’on n’a pas expérimenté se traduit aussi dans la possibilité de prévoir ou de se figurer comment, dans le futur, on remémorera, voire on jugera le passé. Comment on sera jugés. L’homme a l’horreur de l’oubli, horror vacui, et surtout de l’oubli de soi. Le temps qui passe fait ainsi que l’homme s’attache à la mémoire. En vrai, l’oubli est parfois très utile. L’historien Ernest Renan disait que les nations se bâtissent essentiellement sur l’oubli. L’identité des nations, ou même de groupes humains, se construit souvent sur un oubli ou sur une distorsion de la mémoire. Par exemple, le stéréotype des italiani brava gente, qui cache un oubli ou une volonté d’oublier, nie la confrontation de l’Italie avec son passé colonial.

De toute façon, l’homme désire fortement que dans le futur on se souviendra de lui. Il ne sera plus là, mais il le sera quand même. Il veut donc laisser quelques choses de soi avant de s’en aller: un fils, une oeuvre d’art, un livre, des gestes mémorables. Memorabilia. C’est l’angoisse d’Achille, celle de laisser une trace de soi pour toujours, un souvenir de ses gestes héroïques. Un désir de mémoire qui le pousse à participer à la guerre de Troyes. Ce choix lui confère une mémoire éternelle, mais il en paye le prix avec sa vie. L’angoisse du temps est enfin l’angoisse de la mort. Memento mori. Et alors mémoire contre mort: pour la vaincre, mais en étant vaincu. Est-il un échange avantageux?

La vita fugge, et non s’arresta una hora                                                                              * Petrarca, Canzoniere 272 *

Mais laisser une mémoire peut aussi se voir comme un tentative de “contrôler” le temps. Ou, au moins, d’influencer ce qui sera fait ou pensé dans ce temps. Toutefois cette entité non matérielle, dont on a la perception, on ne saurait pas vraiment dire ce que c’est. Le temps, on ne peut pas le contrôler, en vrai. Plusieurs tentatives de le mesurer, plusieurs conventions, plusieurs instruments. Les méridiens, les clepsydres, la machine d’Antycitère. Aucun moyen d’avoir une emprise sur lui. Le temps est ainsi pensé avec regret, comme pour glisser un “et si j’avais…” au bout de la nuit. L’occasion manquée. Le carpe diem raté. Le temps perdu.

Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne m’interroge, je le sais ; si je veux répondre à cette demande, je l’ignore.                                                                       * Augustin, Les Confessions, Livre XI *

Mais le temps, c’est aussi de l’argent comptant, comme le dit le proverbe. Dans la culture qui caractérise la modernité industrielle, le temps est symbole d’activité économique: un capital à investir et à faire fructifier. Le temps est donc une dimension qu’il faut quantifier, mais aussi contrôler, gérer, maîtriser. Dans une certaine mesure, on se demande si ne serait-il pas possible de le multiplier… Les utopies de voyage dans le temps se placent alors au croisement de ce romantisme nostalgique du temps passé et d’une volonté de multiplier les dimensions temporelles, pour récupérer les erreurs, le temps mal utilisé. Enfin donc, trouver une solution au problème du temps perdu.

If only I had more time…Wait, what I am saying, I have a time machine!                     * Marty McFly, Back to the Future *

Jusqu’à l’invention du chronomètre on n’avait aucun moyen pour véritablement contrôler le temps. En revanche, avec le chronomètre l’homme tiens le temps dans sa main. A différence de l’horloge ou de la montre, le chronomètre répond à l’ordre humain. Il s’arrête et il s’active au mouvement du pouce. Stopwatch. L’homme peut donc “manipuler” le temps. Mais il peut aussi en être trompé. L’erreur humain dans l’usage manuel du chronomètre – la lenteur du réflexe, les erreurs de lecture – peut déformer le temps et confondre le chronométreur.

Un contremaître contrôle le travailleur à la fusion des métaux – Montevecchio – tiré du livre de P. Atzeni “Tra il dire e il fare” 2007

Le problème du temps dans l’industrie alors: la quête à l’efficience, la praticabilité du principe “maximum de résultat avec le minimum d’effort”. Les multiples façons de rémunérer un travailleur à travers une évaluation du temps utilisé pour effectuer une tâche. Et le temps perdu…le temps perdu c’est l’échec, l’horreur, le déluge. La source première et originaire des déséconomies, du déficit, du danger pour l’entreprise. La gestion du temps perdu est une obsession des industriels ou, mieux, des ingénieurs.

Formule de l’efficience selon H. Emerson

L’angoisse du temps perdu passe alors de l’art à l’économie, de la poésie à l’industrie, de la mémoire à l’action. Le temps doit être quantifié et évalué pour être enfin contrôlé. C’est ainsi qu’il se crée une niche pour un nouveau marché de services: la consultance industrielle. Agents, conseillers, ingénieurs ou businessmen confectionnent dizaines de formules, toujours nouvelles, pour quantifier et gérer le temps. Ils prétendent ainsi apporter la solution finale à l’angoisse humaine du temps perdu.

Efficiency craze                                                                                                                        * Daniel Nelson, A mental Revolution *

L’entre-deux-guerres est le moment catalyseur de cette quête à la quantification. La fièvre de l’efficience emporte les industriels européens, endommagés par les destructions de la Grande Guerre et par la crise économique. La rationalisation – cette nouvelle pensée industrielle qui se formalise pendant la première partie du XXe siècle – prend alors une nouvelle tournure. Elle devient une panacée pour la crise. Mais la rationalisation ne signifie pas seulement concentration des coûts de revient, mécanisation, Taylor. Rationalisation signifie savoir contrôler, maîtriser, gérer l’entreprise. Rationaliser signifie, avant tout, évaluer le travail. Mesurer le temps perdu.

C’est ainsi que, à coté de formules pour calculer l’efficience et inciter les travailleurs, on développe des instruments de mesure. Instruments qui mesurent le temps perdu.

source: wikimedia commons

En 1932, la Revue de l’Industrie Minérale publie un compte rendu d’un article qui venait d’être publié dans la revue allemande Gluckauf: “Etude et contrôle des travaux et de la marche des installations dans la mine au moyen de diagrammes relevés par des appareils spéciaux”. L’article relate de différents instruments développés par le Dr Poppelreuter pour évaluer la marche courante des travaux de mines. Parmi les plus classiques, comme le chronomètre, le Dr Poppelreuter a breveté un instrument qu’il a appelé “l’horloge du temps perdu”. Assez évocateur. Cet horloge est, en vrai, un chronomètre, qui s’installe sur les machines dont il est censé mesurer les temps d’arrêt.

RIM 1932 Vol 2 p. 301

Voyons donc le fonctionnement de cet horloge. Supposons, comme le fait l’extrait du compte rendu, d’avoir à étudier un poste de travail au couloir oscillant (une espèce de tapis roulant qui, en secouant, déplace les morceaux de minerais). L’horloge du temps perdu horloge enclenchée mécaniquement à une machine quelconque et dont la marche est suspendue dès que la machine est à l’arrêt, donne donc le temps de travail effectif et par différence celui des arrêts donnera la plage de données à croiser avec celle fourni par un enregistreur à échelons, auquel on fera inscrire le nombre de secousses à la minute (5 b) ou pour le remplissage d’une berline (5 c), ce qui permettra d’établir le rondement aux différentes allures; et avec celle de l’autographe, inscrivant, sur un diagramme circulaire le rendement, la durée de travail, les arrêts, les interruptions, les irrégularités d’une machine.

Un exemple de couloir oscillant

L’horloge fourni donc une plage de données à utiliser pour créer des diagrammes de marche/arrêt. Ces diagrammes offrent non seulement une représentation de la performance de la machine (son efficience), mais ils sont aussi remployés pour évaluer le travail humain qui dépend de ces machines. Notamment dans le cas de systèmes de rémunération à la pièce ou à prime.

C’est le cas, par exemple, du système Bedaux, dont je m’occupe dans ma thèse. Le système Bedaux prétend payer les travailleurs pour l’effort humain fourni dans l’accomplissement d’une tache. Toutefois, il y a des opérations, comme celles qui comportent l’usage de machines, qui font problème au système Bedaux, car elles ne dépendent pas seulement de l’énergie humaine. Pourtant, on est contraint d’apporter des révisions à l’évaluation. Cela se fait à l’aide de “chartes de correction”, qui ajoutent ou nivellent le taux de “points accordés” au travailleur, en fonction des conditions du travail. L’une d’entre elles est spécialement dédiée au “travail avec la machine”. Dans les mines du groupe Penarroya, on l’appelle la charte F/90. Elle s’appuie justement sur les diagrammes produits par des instruments tels que l’horloge du temps perdu, car la charte prétend calculer la balance entre primes “réelles” et primes “accordées”, en fonction des temps de marche/arrêt de la machine.

Compositions du pointage Bedaux. Élaboration personnelle

Les rationalisateurs semblent finalement avoir vaincu l’angoisse humaine du temps perdu. Ils pensent pouvoir évaluer chaque divergence dans la marche de l’exploitation, car ils possèdent des instruments et des mesures. Ils estiment avoir “rationalisé” le travail, qui désormais ne peut plus s’échapper à la discipline du temps. Un temps qui a été finalement réduit à l’obédience: encerclé, clôturé, enchaîné, plié au standard. Ainsi la standardisation représente la lutte à la divergence, à l’angoisse du désordre, du gaspillage, de l’entropie. L’angoisse du temps perdu.

Sauf que ils n’ont pas fait les comptes avec les sujets de leurs évaluations, les travailleurs. Qui en vrai ne sont pas trop enthousiastes de cette quête à la quantification totale, qui touche même leur vie privée. Et lorsqu’on essayait de mesurer des facteurs peu “chiffrables”, comme l’influence de la famille sur la performance, on provoquait de distorsions évidentes dans l’évaluation. Et pourtant, les rationalisateurs prétendaient le faire, quand même.

When a measure becomes a target, it ceases to be a good measure.                               * Goodhart Law, 1975 *

Et de plus, ce qui enfin fait la plus grande faiblesse de ces systèmes, c’ést la prétention de scientificité. La mesure n’ést, en revanche, rien d’autre qu’une représentation. Une interprétation du temps, réduit à un langage chiffré dont la subjectivité demeure élevée. En fait, pour revenir aux diagrammes marche/arrêt. Pour les traduire en rémunération, il fallait d’abord en transformer les valeurs en coefficients, et les insérer ensuite dans le calcul du salaire. Une transformation pas toujours rigoureuse. Le temps et le langage, l’éternel problème de la représentation.

Illusions de représentation

L’angoisse du temps vit au sein de notre existence. Elle se nourrit à la même source où on se rend pour avoir connaissance du temps: la source de la représentation. On ne pourra pas vraiment vaincre cette peur du temps perdu sans détruire la base de notre univers intellectuel (occidental). Les horloges du temps perdu rassemblent alors à la montre du Lapin Blanc qui s’angoisse et angoisse Alice (et nous angoisse) avec le Retard, le temps perdu. (Et cette montre, en fait, rassemble aussi à un chronomètre).

Et l’historien? L’historien, qui travaille avec le temps, dont le temps est la spécialité…que pense-t-il l’historien de cette angoisse du temps passé, du temps perdu? Pour Marc Bloch, père spirituel de nous tous historiens contemporains, le temps est un tyran, car il dicte l’impossible “retour au futur”. Et bien, nous on a accepté cette règle, mais on a quand même cherché à la contourner. Et on le fait, encore une fois, avec une représentation: le récit du passé, reconstruit avec des sources, des traces laissées par ceux qui luttaient contre l’oubli ou qui, au contraire, les oubliaient après leur passage. L’historien va à la recherche de ces évidences du temps perdu. Il l’aime ce temps, même si parfois c’est dure la collecte des mémoires.

Le temps est un tyran                                                                                                              * Marc Bloch, Apologie pour l’Histoire *

L’horloge du temps perdu est alors la montre de l’historien: elle enregistre des données qu’il faut interpréter pour comprendre la marche de la machine de l’Histoire. L’historien aussi utilise des formules pour interpréter ces données, formules qu’on appelle “méthodologies historiques”. L’historien prétend lui aussi délivrer un produit scientifique à la collectivité. Toutefois, ce qui distingue l’historien des consultants et des rationalisateurs industriels est l’absence du profit immédiat (et d’exploitation de l’humain, sauf de l’historien lui meme, sic!). L’histoire sert à personne parce qu’elle ne sert personne (pour paraphraser la philosophie d’Aristote). On est toujours prêt à réécrire l’Histoire, à mettre en cause les catégories qu’on utilise. On n’est pas au service d’une industrie qui recherche des profits à tout prix. Et malgré qu’on soit face à des épisodes om l’Histoireest  utilisée (et usée) pour des fins parfois peu légitimes, l’ethique de la discipline nous empeche de tomber dans la falsification des représentations. On essaye de résister à la folie de l’efficience, aux rankings et à la chasse aux publications. On est en revanche obligé de satisfaire des standards, de se soumettre à des évaluations.

Mais le temps perdu n’est donc pas vraiment perdu. On peut le retrouver. Donc si l’angoisse du temps vous emporte, prenez un peu de temps (sic!), achetez un bouquin d’Histoire et lisez-le. Le temps perdu ne vous apparaîtra plus si perdu, car vous avez certainement laissé des traces que quelqu’un pourra un jour récupérer et enfin écrire, peut-être, votre histoire.

Mais enfin, angoissez-vous quand-même, car vous ne savez pas, à présent, ce qu’on écrira de vous, un jour, dans le futur. Un jour.

Bibliographie non essentielle.                                                                                      Sources essentielles.

Plusieurs poètes, philosophes, écrivains au choix à partir de l’antiquité.

Time – Pink Floyd.

Votre mémoire.

Le délai de votre dernier vol.

Procrastiner la rédaction de votre thèse.

 Carpe diem 

quam minimum credula postero

                                                                                                                             


Francesca Sanna

PhD student in History at Paris Diderot University (Paris 7, ED 382, UFR GHES, Lab LIED)and Coordinator of the WG "Labour in Mining" (ELHN Network). Personal research project about scientific management and its application to european mining industry. Double Master Degree at Paris 7 and Bologna Universities. Specialization Degree in Industrial Heritage Management at Padua University.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search