Je date donc je suis

Je suis parfois une Gallicanaute. Parfois sur le lieu du travail, j’avoue, « mais je cherche des sources! ». Et parfois je cherche vraiment des sources, sauf que comme tous les navigants je suis attirée par l’exploration. La recherche de l’inconnu, de l’ile au délà de la brume, de la rue au prochain carrefour. Des explorations qui m’emmènent souvent loin de mon sujet, vers des landes inconnues, peuplées d’étranges publications du XVIIIe siècle ou d’avion de la Grande Guerre. Mais enfin, d’autres fois encore, le métier m’emporte et je ne peux pas faire à moins de continuer à élaborer mes chemins de connaissance. Comme ce soir. Lors que, en mode « gallicanaute », traçant ma route parmi des images et des cartes, je tombe sur cette photo.

Elle représente l’extrême sud de la plage de Portixeddu à la hauteur du village de Buggerru, dans la Sardaigne du sud ouest. Dès le milieu du XIXe siècle, ce village fut l’objet d’un développement extraordinaire de l’industrie minière avec le site de Malfidano et plusieurs autres petits chantiers. A partir de cette époque toute la région était dans un état d’excitation économique: l’affaire de la mine attirait des capitaux étrangers, des hommes d’affaires et des grandes compagnies intéressées à une des plus grandes richesses de cette terre: la calamine. Belges, anglais, français, allemands se rendirent en Sardaigne pour s’accaparer une concession d’exploitation de ce précieux minerai, la galène argentifère, qui permettait de produire plomb et argent.

Cette photo m’a tout de suite attirée. Elle immortalise un lieu avec lequel j’entretiens un lien très fort, pour mes origines mais pour ma recherche aussi. D’autre part je m’aperçois tout de suite qu’elle n’est pas datée. Ce manque provoque ma curiosité et le déclenchement d’une véritable quête, suivant le désir de donner à cette image une place à l’intérieur de l’univers de mes connaissances.

Et alors, tout d’abord, j’essaye de voir si le nom du donateur (Edmond Baudry) peut me donner des indices. Malheureusement, la seule piste crédible, concernant le fils du tel Stanislas Baudry patron de la Société des transport omnibus à traction hippomobile, n’aboutit pas à de résultats convaincants….

Peut-etre alors d’autres photographies pourraient être utiles à établir une date par comparaison. Je possède quelques photos de Buggerru, retrouvées aux Archives en Sardaigne.

La première chose qui saute aux yeux est la présence d’un bâtiment qui n’apparaît pas dans la photo de Gallica. Il s’agit de la Laverie Lamarmora. Dans les sources, on l’appelle plutôt laverie Buggerru et c’est ainsi qu’on l’appellera dans ce billet, pour éviter toute confusion avec la laverie Lamarmora de Nebida, un village aux alentours de Buggerru, ici bas dans une photographie récente.

A Buggerru il existe quand même une autre laverie, la laverie Malfidano, qui fut bâtie entre 1888 et 1894 par la Société Anonyme de Mines de Malfidano, crée à Paris pour acheter cette exploitation en 1867. Cette laverie, qui se trouve à peu de distance de la laverie Buggerru, coûta à la compagnie, en compte de premier établissement, 814.105,83 francs.

La laverie Lamarmora est l’élément qui permettra d’établir l’écart chronologique dans lequel la photo a été probablement prise. Faute de document d’archives, on s’appuie sur la recherche de notices dans la presse spécialisée. Dans « L’Écho des mines et de la métallurgie » du 1er juillet 1894, on peut alors lire

[…] nous livrons actuellement à la Société pour le lavage des minerais en Sardaigne. Vous vous souvenez que, par un contrat en date de septembre 1877, […], prend fin le 31 décembre 1894. Nous n’avons pas l’intention de le renouveler. Il nous paraît plus conforme à nos intérêts d’utiliser nous-mêmes les minerais dont il s’agit en leur faisant subir la préparation mécanique nécessaire à leur enrichissement, soit dans notre propre laverie, soit dans celle que la Société de lavage a créée sur notre domaine, à Buggerru, et qui doit devenir notre propriété à l’expiration du traité.

Donc SA Malfidano avait stipulé dès 1877 un contrat avec la « Société pour le lavage de minerai en Sardaigne », expirant à la fin du 1894. Cette société avait construit une laverie sur le terrain en concession à SA Malfidano et l’article spécifie « sur notre domaine, à Buggerru ». Cela peut être la preuve que la laverie Buggerru est effectivement la laverie qu’aujourd’hui on connait comme Lamarmora, car elle était désignée avec le nom de la localité (comme celle  de Malfidano aussi). SA Malfidano avait l’intention de la racheter, ce qui en effet fut le cas.

Au jour convenu, la Société de Lavage nous a remis les bâtiments de la laverie qu’elle exploitait sur notre domaine à Buggerru, et qui sont devenus notre propriété, à l’expiration du traité. Nous lui avons racheté le matériel, l’outillage et le mobilier qui lui appartenaient au prix de 45.000 fr. Les modifications, réparations et additions que nous dû faire pour améliorer la marche de la laverie, ont nécessité des frais complémentaires qui représentaient, à la date du 31 janvier 1895, une somme de 28.533,03. Le total de la dépense à laquelle a donné lieu la reprise de la laverie de Buggerru par notre société s’élève donc à 73.533,03 fr. (L’Écho des mines et de la métallurgie, 1er septembre 1895)

Il parait donc que la laverie en question soit celle bâtie par la Société pour le lavage de minerai en Sardaigne. Cela nous emmène à conclure que la date limite de notre écart chronologique se situe entre 1877 et 1894. Etant donné que la Société de lavage ne pouvait pas travailler sans laverie, on peut en déduire que, une fois le contrat stipulé avec SA Malfidano, elle entama la construction de la dite laverie. Prenant l’exemple la laverie Malfidano, dont le corps principal fut terminé en deux ans, on peut affirmer que, au maximum, la période de construction se prolongea entre 1877 et 1879. Ce qui enfin nous fait conclure que la photo aurait du être prise avant 1880.

Il reste à savoir quand on pourrait faire commencer cet « avant ». Dans la relation de Léon Gouin, présentée en 1867 à l’Exposition Universelle de Paris, l’ingénieur français affirme que la mine de Malfidano avait été l’objet de travaux en 1852, mais qu’ils avaient été abandonnés et puis repris en 1867.  Donc, en regardant les petits bateaux (bilancelle) ancrés devant le quai…

les rails et les wagonnets….

le chantier avec les piliers en bas à droite…..

….tous ces éléments nous suggèrent la présence d’un chantier en activité. Il n’est donc pas trop hasardeux d’affirmer que la photo pourrait se dater entre 1867 et 1879.

Pour aller plus loin

Léon Gouin,  Notice sur les mines de Sardaigne, pour l’explication de la collection des minerais envoyés à l’Exposition universelle de Paris pour 1867, Cagliari, Impr. Timon, 1867.

Société des mines de Malfidano, par entreprisescoloniales.fr.

Francesca Sanna, Passaggio a sud ovest, Diacronie. Studi di storia contemporanea, 22 (2015).

Buggerru, miniera di Malfidano, sardegnacultura.it.

 

Frigorifico Bories – ou comment décongeler l’Histoire.

Ce billet suit le visionnage du documentaire « Zona Franca », de Georgi Lazarevski, sorti en salle en février 2017, mais déjà présent à l’affiche de plusieurs Festivals de cinéma dès 2016.

Dans son film, qui a pour protagoniste la Patagonie Chilienne, Georgi Lazarevski essaye de reproduire une image qui rend justice à la complexité de ce territoire et de ces habitants. Tout brièvement, en suivant les chemins de trois personnages (un chercheur d’or, un chauffeur de camion et une gardienne de sécurité), Lazarevski nous plonge dans une quotidienneté affectée par plusieurs problèmes: la marginalité, la crise, le travail, les espoirs du développement, l’isolement, le rapport avec le passé et sa propre identité, l’exploitation des ressources naturelles, la pollution, la pression de la nouvelle vague du tourisme et les contradictions d’une région partagée entre hôtels de luxe et routes en terre battue.

Bien que plusieurs articles aient déjà commenté différents aspects de ce documentaire, il me semble assez intéressant de revenir sur un des éléments de cette « description tragique« : la parabole du Frigorifico Bories.  A propos de cet hôtel de luxe je voudrais écrire quelques mots, en partant des images délivrées par le documentaire pour passer ensuite à une petite recherche mobilisant une réflexion d’archéologie industrielle.

Frigorifico Bories

L’hôtel de luxe qui apparaît dans « Zona Franca » s’appelle « The Singular Patagonia » et il se trouve sur la côte ouest du Chili, dans la municipalité de Puerto Natales, en région de Magallanes y Antartica Chilena.

Cet hôtel appartient à une chaîne de luxe et il a été ouvert en 2016 après des travaux qui visaient à rénover les bâtiments historiques du Frigorifico Bories, anciennement usine d’exploitation frigorifique.

L’histoire du Frigorifico Bories est strictement liée à l’exploitation des ressources environnementales du Chili par les premiers colons européens sous la forme de l’industrie de l’élevage des moutons. Le Frigorifique, dans ce cadre, avait la fonction de préparer et stocker les viandes et la laine de mouton avant leur départ en bateau pour la commercialisation. Le propriétaire de cette usine était la Sociedad explotadora de la Tierra del Fuego (SETF), fondée en 1893, qui commença la construction du frigorifique en 1905 et termina en 1914.  La structure originale, en style victorien, compta en 1920 une chaîne complète de production, de l’abattoir au frigorifique, avec aussi une branche pour le traitement de la laine.  Le complexe industriel fut actif dès 1910 jusqu’à la dissolution de la société en 1973. A cette époque la société avait changé nom en Ganadera Tierra del Fuego S.A.

Selon la fiche de classification du Frigorifico sur le site du « Consejo de Monumentos Nacionales (CMN) », la propriété du bâtiment fut réacquise en 1998 par les descendants des anciens actionnaires de la SETF à travers une nouvelle société appelée Golden Dream. Golden Dream invita alors des professionnels à élaborer un projet de rénovation. Une fois le projet préliminaire établi, une nouvelle société fut crée, la Puerto Bories S. A., partagée entre Golden Dream, les frères MacLean et Patricio Pablovic (les descendants des anciens actionnaires de SETF) et la famille Sahli Lecaros (propriétaire de la marque « The Singular » et actionnaire majoritaire de cette nouvelle société). Entre temps, le Frigorifico a été inscrit dans la liste des Monuments Nationaux de Chili.

Plan du Frigorifico d’après http://www.monumentos.cl/catalogo/625/w3-article-26733.html

Le Frigorifico et son territoire

Comme toutes les activités (plus ou moins) industrielles établies sur un territoire marginal, le frigorifique fut salué à la fois comme élément de développement et comme le signe d’une exploitation coloniale. Il devint, en somme, un pole de gravitation du territoire et un unicum.  Le monopole du marché de l’élevage avait éliminé à la base la possibilité d’une distribution de cette « énergie de gravitation » et l’offre quantitative et qualitative du travail (le nombre de poste et les salaires) le rendait unique aux yeux des habitants. Le pouvoir du Frigorifico s’étalait donc du niveau local, avec le contrôle des travailleurs et du territoire – parfois avec des moyens extrêmement violents – au niveau plus régional, avec par exemple l’influence sur le développement des infrastructures routières et maritimes, fonctionnelles au transport des marchandises.

Ce pouvoir (plus ou moins visible) pourrait être assumé dans le cadre d’une relation hégémonique avec le territoire et les hommes. En effet, les mouvements politiques et sociales de la région reconnaissent eux-aussi, dans les luttes contre les conditions du travail dans ces exploitations, de véritables étapes de fondation. A un moment donné donc, la Patagonie Chilienne ne pouvait plus vivre indépendamment de cette entreprise.

L’aspect purement matériel et architectural du Frigorifico ne fait qu’ajouter un autre élément à cet imaginaire.  Les bâtiments de l’entreprise, avec leur présence imposante par couleurs et structure dans le paysage (et complètement étrangère pour style architectural), ont acquis une place non négligeable dans l’identité visuelle du territoire. Ils représentent, encore une fois, un élément unicum. En effet il n’existe rien de pareil dans le reste de la région, sauf les demeures des grands fazenderos qui, de plus, contribuent à renforcer cette vision coloniale et hégémonique avec leur apport symbolique et leur histoire.

La fermeture du Frigorifico en 1973 a donc provoqué non seulement un choc économique et social, mais elle a eu aussi une retombée psychologique: la population de la région a perdu un point de repère de son propre territoire identitaire. Les bâtiments abandonnés ont alors remplacé l’usine en tant que lieu de production et ce processus de substitution a été transféré aussi dans l’imaginaire collectif. Comme l’on peut observer dans plusieurs cas de littérature, les bâtiments industriels abandonnés sont investis par des vagues de « revalorisation identitaire »: les valeurs de l’ « épopée industrielle/ouvrière » se cristallisent et rentrent dans une narration pseudo-historique qui vise à remplir le vide psychologique post-industriel. Mythification, idéalisation, édulcoration apparaissent clairement dans les récits d’histoire et mémoire locales. Dans l’imaginaire collectif, les vestiges mêmes des édifices subissent une « congélation » de leur condition « friche industrielle » au point de perdre, parfois, la mémoire de leur « vie avant l’abandon », c’est-à-dire de la dimension historique en tant qu’objet intéressé par la transformation.  C’est ainsi une des raisons pour lesquelles on peut parfois assister à des épisodes de résistance contre la revalorisation du patrimoine. On pourrait dire donc qu’au sein de la population il a bien eu lieu un processus de patrimonialisation, qui ne passe pas forcement par la réhabilitation architecturale et matérielle des bâtiments .

Le Frigorifoco après le Frigorifico

Comme evoqué au début de ce billet, aujourd’hui le Frigorifico a été transformé en hôtel par la chaîne « The Singular ». Dans « Zona Franca », Lazarevski accompagne un de ces personnages à la découverte de l’intérieur de l’hôtel. On observe alors un endroit très luxueux pour les matériaux de décor, pour le style soigné et les œuvres de design qui voudraient rappeler le passé industriel (par exemple des fauteuils réalisées avec des anciens radiateurs). Les murs sont ainsi recouverts par quelques photos historiques du Frigorifico où on observe des scènes de travail, des machines, des ouvriers, les patrons : en somme le Frigorifico avant le Frigorifico. Toutefois, son personnage ne semble pas à l’aise dans ce lieu, il ne se retrouve pas. Il vit comme un effet de distanciation:  par son aspect actuel, par la clientèle à laquelle il s’adresse et par l’offre de travail qu’il propose, le Frigorifico est devenu (apparemment) un élément étranger à l’identité de la région. Cette critique est certainement voulue par Lazarevski, qui nous la suggère à travers le montage, le choix des personnages et l’entrecroisement des histoires. Ce qui est intéressant est de s’interroger sur les motivations de ces choix et analyser les éléments qui poussent Lazarevski à nous délivrer ce message.

L’effet aliénation du Frigorifico est amplifié et reflété par deux autres éléments: le tourisme de masse et les centres commerciaux.  Lazarevski propose un récit qui questionne les effets de la nouvelle vague touristique en Patagonie Chilienne. Ces groupes arrivent par bateaux et descendent à terre juste le temps de faire un tour des bâtiments historiques, acheter des souvenirs et repartir pour une nouvelle destination. L’impression qu’on en tire est celle d’une pratique de consommation de masse ou, en d’autres termes, d’un tourisme de pillage, qui exploite sans rien laisser derrière lui. Le pont avec le passé colonial de la Tierra del Fuego est vite fait. Le deuxième point, celui des centres commerciaux, est étroitement lié au tourisme, car c’est là où les visiteurs vont pour faire du shopping duty-free. En effet, ces grands magasins profitent d’une politique de détaxation qui les rend une « Zona Franca ». Le message de Lazarevski est alors bien clair. Le Frigorifico devient donc un des symboles de cette économie de pillage qui s’installe sur le territoire et profite des politiques favorables à la création d’entreprise. Cependant, la richesse produite en Tierra del Fuego est stockée ou utilisée ailleurs.

Il n’y avait déjà plus de terres à découvrir, ni d’or à extraire, ni même de salut à espérer. Cette chimère du Nouveau monde s’éteindrait bientôt, comme s’éteint une lampe sans huile ou l’esprit sans lumière. Zona Franca, Georgi Lazarevski.

Il s’agirait donc (encore?) d’un nouveau  modèle colonial, semble dire Lazarevski, mais dans une forme plus subtile, cachée dans les discours sur le développement et, plus encore, de la récupération du patrimoine. Dans cette perspective, les photos à l’hôtel The Singular seraient un décor. Un décor de détournement.

Un tourisme colonial?

Je voulais que le film évoque ces strates de colonisation, comme autant de rêves portés. Qu’il relie l’histoire au présent, sans discours ni commentaire. Entretien avec Georgi Lazarevski, Le blog documentaire, 21 mars 2016.

La polémique de Lazarevski pourrait alors faire le pont avec les récents mouvements de protestation contre le tourisme de masse, dont celui de Barcelone est le plus aguerrit. Les statistiques du tourisme en Chili confirment que seulement en 2015 le taux des visites internationales a augmenté de 20,4% par rapport à l’année précédente. Si d’un coté cela est salué comme un bon résultat, de l’autre ça interroge sur la capacité de gestion d’une telle augmentation de flux non seulement par les structures touristiques, mais aussi par le territoire lui-même. Le problème du tourisme de masse en Patagonie est encore plus difficile à encadrer, car il s’agit bien d’un tourisme massifié, porteur d’un nombre important de personnes, mais il reste quand même une masse élitaire, pour le coût de ce type de voyage organisé.  Comme souligné non seulement par la presse, mais aussi dans des études scientifiques, la limite d’exploitation du territoire est parfois atteinte et dépassée.

Je porte un regard critique sur une modernité de prédation, sans conscience, sans mémoire. Entretien avec Georgi Lazarevski, Le blog documentaire, 21 mars 2016.

Le thème du « tourisme colonial » vient alors à l’esprit. La parabole du Frigorifico Bories est assez clairement le produit d’une politique d’exploitation historique du territoire et la visé du projet de rénovation semble reproduire le même modèle. Dans le domaine de l’archéologie industrielle, le projet a été accueilli avec enthousiasme  et une analyse focalisée sur les caractères techniques de la conservation et restauration (gestion du projet architectural, approbation par le Conseil National Chilien des Monument Nationaux et résultat final) et sur les attentes de « retombées économiques » sur les territoire.

This visitor flow is undoubtedly an essential tool to sustain the conservation of the industrial complex. Retaining the relationship between this site and its natural context, matching culture and landscape, promises a new future for this element of the heritage of Chilean Patagonia. TICCIH Bulletin n.33 summer 2006.

Toutefois les enjeux autour de ces projets ne peuvent pas être réduits à l’affrontement entre des « bons et exploités » et des « méchants et exploitants ». Comme Lazarevski le montre très bien dans le cas des grèves contre l’augmentation du prix du gaz, la solution envisagée serait celle d’ouvrir de nouveaux puits gaziers utilisant la technique du fracking , fracturation hydraulique, qui pourrait par contre provoquer de mauvaises conséquences pour l’environnement (sur le fracking et ses conséquences le documentaire « Gasland » et les réactions suivantes avaient fait un grand bruit aux Etats-Unis). Donc il n’y a pas de contraste blanc-noir et chercher à réduir le conflit à cette dichotomie se serait une erreur grossière.

Il y a bien une opposition entre deux mondes, dont la grève est symptomatique, c’est une fracture sociale qui ne fait que s’amplifier – bon le voit bien aujourd’hui dans notre société, et dans le monde entier – mais la frontière ne se situe pas entre touristes et locaux. La réalité est (heureusement) plus complexe. Et c’est ça que j’ai essayé de dire dans le film. Entretien avec Georgi Lazarevski, Le blog documentaire, 21 mars 2016.

Considérations finales

N’ayant pas le pouvoir ni la prétention de prévoir le futur de la Patagonie Chilienne, ce qui reste est le questionnement par rapport à un de mes domaines de recherche, celui de l’archéologie industrielle. Ce documentaire a eu sur moi un effet déstabilisant, car il m’a emmené à me poser des questions sur la finalité et les effets des projets de récupération industrielle.

« Zona Franca » montre que la discours subjacent à la récupération du Frigorifico a été extrêmement subtil. Bien que déjà explicite dans le projet présenté au Consejo, celui d’un hôtel de luxe, sa présentation de la part des acteurs a été édulcorée par tout un apparat discursif sur la valorisation/préservation de l’identité du lieu en tant qu’élément du patrimoine matériel et immatériel du territoire. Dans l’hôtel il y a un musée, mais si on essaye de faire un tour complet des bâtiments, les hôtes, se sentant observés, prennent des contre-mesures (comme on voit dans le documentaire). Le désir de préserver la mémoire semble alors un accessoire ou un propos de philanthropie bienveillante. Ils ont sauvé le bâtiments de la disparition et ils le montrent aux clients comme preuve de l’éthique de l’entreprise. Ce discours s’exprime principalement à travers l’insistance et l’ostentation du « respect » pour le caractère matériel des bâtiments.

La recuperación de la sala de maquinas, que se logro mantener tal como era, el uso de los ladrillos que fueron traídos como lastre en los barcos de carga desde Inglaterra, manteniendo así la materialidad original y la conservación del muelle de carga. (Entretien avec Pedro Kovacic, Revista D+A n.28)

Lazarevski est très critique par rapport à cet apparat et il est, lui aussi, très subtil lors que, comme on a déjà évoqué, il filme son personnage visitant ces salles luxueuses pour faire ressentir le sens d’étrangeté et l’hypocrisie derrière les photos attachées sur les murs, transformées en objets de « cabinet de curiosité » pour les riches visiteurs du Frigorifico.

Mes questionnements commencent ici. Je ne voudrais pas critiquer le travail de récupération tout court, ni le choix des architectes qui ont fait, quand même, un travail remarquable. Au niveau « archéologique », le Frigorifico a été traité très respectueusement et les ajouts ont été très soignés pour ne pas briser l’aspect original du bâtiment. Les bâtiments ont peut-être vraiment été sauvés par Golden Dream. Ce que je questionne est, comme le fait Lazareski, le discours de promotion. L’usage de l’élément identitaire et émotionnel pour présenter le projet comme quelque chose d’intégrée dans l’histoire et le paysage des valeurs du territoire…et de la population.

La question à se poser est alors, franchement, pour qui fait-on de la récupération?

La finalité du projet The Singular ne peut pas être décrite dans la mesure d’un développement économique du territoire. La population ne peut pas profiter de la beauté de cet hôtel ni de la libre fréquentation de ces alentours; les retombées n’ont pas été assez importantes (encore?) pour être appréciées non plus. Le Frigorifico ne fait plus partie du patrimoine commun car il a été privatisé (de facto et par les barrières sociales établies indirectement).

Il faudrait alors se demander, plus en général, quels sont les marges d’action de l’archéologie industrielle et de ses projets, car le problème n’est pas celui de bâtir un hôtel de luxe, mais celui de le présenter aussi comme un projet de récupération de la mémoire historique. L’Histoire a été recongelée.

Pour ce qui concerne ma, très modeste, opinion, il faudrait mieux éviter les discours sur un soit-disant sauvetage du patrimoine – immatériel, identitaire, etc – comme objectif de ces projets. D’ailleurs, ils existent quand-même d’autres projets qui arrivent à obtenir ce résultat, mais ils le font partant de bases assez différentes. Reprenant les dernières expériences tirées la discipline historique, je vois dans cette insistance sur la « préservation du terroir » un espèce de cultural turn de l’archéologie industrielle qu’il faudrait questionner et, de temps en temps, critiquer.

Parfois sauver les bâtiments c’est suffisant. Et dans d’autres cas c’est déjà beaucoup.

Au métro comme à la mine

Au début du XX siècle la principale ressource énergétique de la France était le charbon. On le trouvait à la base de la vie quotidienne comme de la chaîne productive. Les foyers en dépendaient pour se réchauffer, s’éclairer et se nourrir, l’industrie pour faire marcher les machines et déplacer les marchandises sur la longue distance. La majorité de la population le connaissait seulement dans sa forme « ménagère »: de petits morceaux qu’on achetait chez les marchands en ville. A Paris, par exemple, on les achetait chez les « bougnats », vendeurs souvent provenant d’Auvergne qui avaient établi un vrai monopole de ce commerce.

Si le charbon était au moins connu dans sa forme « minérale », il n’allait pas de même pour les autres produits de l’extraction. Plomb, zinc, fer ou cuivre étaient peut-être présents dans les foyers sous forme d’outils (du clou aux casseroles) tandis que l’argent ou l’or étaient déjà moins accessibles. D’autre minéraux non métalliques, comme la soufre, le talc, l’antimonium n’arrivaient que dans une forme inconnaissable, car cachés dans les mélanges chimiques ou les médicaments.

Le monde de la mine demeurait lui aussi assez inconnu, sauf pour les populations qui le vivait de tout prêt. Les rares occasions de le croiser étaient les événements violents ou tragiques: grandes grèves, accidents ou catastrophes. En effet, le choc provoqué par la Catastrophe de Courrière en 1906 fut non seulement causé par l’effet meurtrier de l’événement, mais aussi par la soudaine découverte que ce monde existait et qu’il avait une dimension tout à fait humaine.

Il y a quelques années, si vous aviez parlé à un Parisien de galeries souterraines, de puits dans lesquels on descend et remonte, de pompes qui font de l’épuisement, de tunnels qui passent sous des rivières, de locomotives électriques marchant dans des souterrains, il aurait levé les bras au ciel ! Si vous lui aviez parlé de se reconnaître au sein de la terre dans un dédale de galeries en montant et descendant loin du ciel et du grand air, vous l’auriez fait frissonner.

Jusqu’au milieu du XXeme siècle, l’incompréhension, la distanciation, l’ignorance relative de ce qui se passait dans les pays miniers etaient assez communes et présentes aussi dans la vie des ingenieurs à cheval entre ces deux mondes. Issus des familles aisées, bourgeoises et tout à fait citadines (la sélection des Ecoles des Mines passaient aussi par le discrimen censitaire des familles des élèves), ils partaient travailler entre campagne et industrie, lieux caractérisés par un tissu social généralement populaire. Cependant, ils ne s’entremêlaient que très peu avec la vie locale: ils habitaient les maisons de la compagnie minière bien séparées du reste du village ouvrier. Pour certains aspects, ils continuaient à reproduire la distance entre le monde citadin et celui de la mine.

Cependant, cette distance devenait parfois perceptible. Comment alors les ingénieurs, les chefs ou, en général, ceux qui n’habitaient pas ces lieux, décrivaient cette « relation »?

Parmi les terrains qui pouvaient constituer un espace de croisement avant l’invention de la télévision, il y avait, bien évidemment, les journaux et les périodiques. C’est exactement à travers les pages d’un de ces publications qu’on retrouve un texte parlant (« Croquis à la pointe : Le Parisien devenu Mineur » L’Écho des mines et de la métallurgie 13 octobre 1913), qui nous délivre un portrait ironique du bourgeois parisien devenu ingénieur.

Or, l’autre jour, un des autochtones de la butte Montmartre m’interpelle et me dit. C’est pas si malin que ça d’être ingénieur des mines moi, je croyais d’abord que c’était la mer à boire ; un métier terrible où l’on risquait sa peau à chaque instant sous la terre. Je croyais qu’il y avait là-dessous des tremblements du sol, des noyades, qu’on y étouffait, que la chaleur était intolérable, etc… Je me représentais toujours la mine avec les hommes courant au fond, dans le feu comme des damnés, mais l’autre jour, un de vos Confrères m’a expliqué les choses et ç’a été pour moi une révélation.

Ce personnage découvre le monde de la mine et il reste surpris par son absence de « spectaculaire ». Descendre à la mine rassemble tout à fait à ce qu’on pourrait expérimenter en descendant dans une station de métro à Paris. Le journaliste, bienveillant, montre alors comme la vision des parisiens est exagérée: la mine, en fin de compte, fait partie de notre monde autant que les tunnels du métro et les cages des ascenseurs.

Votre métropolitain, Messieurs les Parisiens, m’a-t-il dit en riant, est une véritable école des mines pour nous.

Le texte devient alors très éloquent. Il ne s’agit pas seulement d’une source d’histoire de la mine, mais aussi d’une histoire culturelle de la perception et de l’imaginaire de la mine. Cet éditorial, publié en 1913, permet de reconstituer l’esprit de son temps face à cette industrie et d’entrevoir les effets des cendres encore brûlants de la catastrophe de Courrière. La mine fait peur.

Carte postale, série de Courrière

La description est quand même assez caricaturale, parfois hyperbolique. En réalité, aller à la mine ne rassemble pas du tout à la descente au métro: chaleur, humidité, saleté, poussière ne sont que quelques uns des éléments dont on ne fait heureusement pas expérience dans le métro.

On se rend compte que nos galeries de mines sont plus étroites bien entendu, moins éclairées, moins luxueuses, mais enfin, elles sont également sous la terre.

Pourquoi aurait-on publié un texte pareil dans une revue de mine et de métallurgie? Serait-il fait pour répliquer à la polémique post-Courrière? Réaction aux grèves et aux soulèvement populaires?

Est-ce-t’elle la peur du noir?

Au delà de la rhétorique, on aperçoit ici la réaction face au symptôme d’une inquiétude, l’inquiétude du changement.  La ville de Paris est en train de changer de façon systématique et assez déterminante depuis les rénovations haussmanniennes. Mais à ce moment là on voit franchir de nouveaux limites: ceux de l’espace de vie. Creuser les rues pour bâtir des tunnels sous terre n’est plus une fantaisie car les trains voyageront là-bas au lieu de le faire à l’air libre. Voyager sous-terre…tout un imaginaire se mobilise.

Reste, bien entendu, la descente dans les entrailles de notre mère la Terre.

« Et la traversée de la Seine en tunnel! Combien d’entre vous, Parisiens, avez hésité à vous y engager ? La pensée qu’au dessus de vos têtes coulait celle Seine qui vous avait affolés au moment des inondations, vous donnait plus que le frisson. »

Sous terre c’est l’espace sans air, le vide des grottes, les tombeaux, les morts, l’enfer…les mines.  Là-bas la vie est impossible, seulement une vie / non-vie, dégénérée, monstrueuse serait possible. Et par quels moyens? Ceux de la technologie, bien évidemment. La technologie et son lieu de développement, l’industrie. Et donc l’industrie minière entre en ville pour creuser ces longues galeries qui abriteront le métro. C’est l’affreuse rencontre des deux mondes. La ville attaquée, consommée où pervertie, dévorée dans ses racines ou obscurcie par la fumée. Les chimères industrielles du cinéma, de la littérature et de la culture populaire abondent.

Au début, beaucoup de gens, de vieilles dames surtout, avaient juré de ne pas mettre les pieds dans ces galeries souterraines ; puis peu à peu l’exemple, l’habitude, le manque d’accidents graves survenus (un seul) ont, par suggestion lente, accoutumé tout le monde aux souterrains.

Ascenseur Otis avec moteur à Vapeur – 1862

L’industrie et la technologie rentrent aussi dans la vie quotidienne avec la cage de l’ascenseur. Une machine qui permet d’économiser les efforts de déplacement vertical, mais qui oblige aussi à se renfermer dans un espace  de claustrophobie. De là on ne peut pas sortir si non lors que la machine arrive à destination: pendant ce temps là on n’a aucun contrôle sur le chemin.

 

Pas tout le monde cependant a peur du changement. Les plus accoutumés à la technologie y verront non pas une action scandaleuse, mais un nouvel atout de l’homme et de son ingéniosité (intellectuelle et manuelle). C’est ce que le journaliste voudrait proposer aux lecteurs: une vision positive et familiale de la technologie, de l’industrie et du progrès technique.

Rien plus, les vastes puits de 30 mètres de diamètre environ dans lesquels vous descendez pour prendre votre train sont uniques au monde comme dimension, ils ont été creusés par des hommes vivant et travaillant dans l’air comprimé, sous l’eau, et l’immense tour bétonnée, revêtue d’armatures en fer, le fond imperméable sous le niveau de la Seine, représentent un échantillon des plus beaux travaux de mines qui existent.

La mine est chez nous, il semble dire, et elle ne doit pas effrayer car l’utilité de ses techniques est essentielle au développement de la civilisation. Pourtant, la logique rationnelle du développement technique eut du mal à s’imposer et, encore en 1940, Marc Bloch en deplorait le manque comme con-cause fatale de la defaite française dans son ouvrage L’Etrange defaite.

Aujourd’hui l’imaginaire de la mine demeure une question ouverte et sur le thème on organise d’intéressantes journées d’étude . La question devient par contre plutôt de nature anthropologique: Comment s’imagine-t-on aujourd’hui l’industrie minière? Le problème, au moins pour les régions d’exploitation historique, touche aussi la dimension de l’archéologie industrielle et des espaces abandonnés/rénovés.

Base 11/19, Lens
Parc Technologique du Laurium, Grèce

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La perception de la mine se multiplie alors en plusieurs couches, superposant la mémoire, l’histoire, la dimension de proximité/distance et la façon dont on reçoit les informations à propos de ce sujet. Juste essayant une recherche tout à fait banale avec Google Actualité on retrouve, tapant « mine »: la dernière nouvelle de Le Monde concernant les hypothèses d’action du Président Macron au sujet de l’or de la Guyane; Le 4 juillet Le Figaro reporte de l’effondrement d’une mine illégale en Ghana, où 14 mineurs seraient disparus; Libération, le 3 juillet, publie un texte sur l’Afrique du Sud et l’après-exploitation; Le 28 juin, toujours le Figaro, publia un article sur le bassin du Nord et Pas de Calais au sujet de la revalorisation du patrimoine industriel.

Troubles sociaux, Catastrophes, Patrimoine. Il paraît que, parlant de mine, la presse n’ait pas trop changé de sujet par rapport au début du siècle. Pourtant les produits miniers nous entourent: le fait qu’on peut écrire, crayons sur papier, grâce au 14% de la production mondiale de graphite ça peut étonner. Donc, même si on a dépassé la méfiance pour le métro, la mine reste encore un objet complexe à imaginer.

 

Les citations appartient à l’article « Croquis à la pointe : Le Parisien devenu Mineur » L’Écho des mines et de la métallurgie 13 octobre 1913.

 

Down the tracks – L’Histoire par Images

Roulage:

Transport des produits par un engin qui roule sur le sol ou sur des rails entre la sortie du chantier et l’ouvrage d’extraction. (Dictionnaire Larousse)

 S

Source:

Paul-Henri Perrot « Progrès français réalisés dans la technique de la berline de mines de 1939 à 1950 » Le matériel des mines, RIM, Première partie, 1952, n. 579, p. 303-316.

Foudroyé ou de la lumière à la mine – L’Histoire par Images

Revue de l’Industrie Minérale, 1933
Revue de l’Industrie Minérale, 1934
Revue de l’Industrie Minérale, 1934
Revue de l’Industrie Minérale, 1935
Revue de l’Industrie Minérale, 1939

 

Revue de l’Industrie Minérale, 1939

Revue de l’Industrie Minérale, 1950
Revue de l’Industrie Minérale, 1952
Revue de l’Industrie Minérale, 1952

 

 

 

 

 

Revue de l’Industrie Minérale, 1952