Une histoire du temps perdu

Dum loquimur, fugerit invidia aetas….                                                                                 * Orazio, Odi 1, 11, 8 *

L’écoulement du temps nous angoisse. Depuis que l’homme en a eu la perception et les instruments pour le mesurer, l’angoisse du temps qui passe ne l’a jamais plus quitté. Du coup, lorsqu’on a été capables de quantifier le temps, notre perception en a été influencée, pour le bien et pour le mal. Différentes façons de mesurer le temps, matériellement et intellectuellement, se couplent en fait avec différentes manières de parler du temps. Le langage, qui décrit nos actions, influence et est influencé par notre perception du temps. Un almanach du début du XXe siècle mettait ainsi en scène Danton qui résonnait sur sa prochaine exécution en termes de « possibilités descriptives » du moment. Il disait « je peux bien dire je suis exécuté ou je serai exécuté, mais je ne peux pas dire d’ « avoir été exécuté ». Cette blague relève la contradiction entre une potentialité grammaticale tout à fait correcte – celle de conjuguer le verbe exécuter au futur passif – et la réelle impossibilité à ce que ce verbe soit utilisé dans la réalité. Les potentialités intellectuelles, l’imagination humaine, dépassent l’expérience factuelle.

com’è bella giovinezza, che si fugge tuttavia…                                                                   * Lorenzo de Medici, Canzona di Bacco *

Imaginer un futur qu’on n’a pas expérimenté se traduit aussi dans la possibilité de prévoir ou de se figurer comment, dans le futur, on remémorera, voire on jugera le passé. Comment on sera jugés. L’homme a l’horreur de l’oubli, horror vacui, et surtout de l’oubli de soi. Le temps qui passe fait ainsi que l’homme s’attache à la mémoire. En vrai, l’oubli est parfois très utile. L’historien Ernest Renan disait que les nations se bâtissent essentiellement sur l’oubli. L’identité des nations, ou même de groupes humains, se construit souvent sur un oubli ou sur une distorsion de la mémoire. Par exemple, le stéréotype des italiani brava gente, qui cache un oubli ou une volonté d’oublier, nie la confrontation de l’Italie avec son passé colonial.

De toute façon, l’homme désire fortement que dans le futur on se souviendra de lui. Il ne sera plus là, mais il le sera quand même. Il veut donc laisser quelques choses de soi avant de s’en aller: un fils, une oeuvre d’art, un livre, des gestes mémorables. Memorabilia. C’est l’angoisse d’Achille, celle de laisser une trace de soi pour toujours, un souvenir de ses gestes héroïques. Un désir de mémoire qui le pousse à participer à la guerre de Troyes. Ce choix lui confère une mémoire éternelle, mais il en paye le prix avec sa vie. L’angoisse du temps est enfin l’angoisse de la mort. Memento mori. Et alors mémoire contre mort: pour la vaincre, mais en étant vaincu. Est-il un échange avantageux?

La vita fugge, et non s’arresta una hora                                                                              * Petrarca, Canzoniere 272 *

Mais laisser une mémoire peut aussi se voir comme un tentative de « contrôler » le temps. Ou, au moins, d’influencer ce qui sera fait ou pensé dans ce temps. Toutefois cette entité non matérielle, dont on a la perception, on ne saurait pas vraiment dire ce que c’est. Le temps, on ne peut pas le contrôler, en vrai. Plusieurs tentatives de le mesurer, plusieurs conventions, plusieurs instruments. Les méridiens, les clepsydres, la machine d’Antycitère. Aucun moyen d’avoir une emprise sur lui. Le temps est ainsi pensé avec regret, comme pour glisser un « et si j’avais… » au bout de la nuit. L’occasion manquée. Le carpe diem raté. Le temps perdu.

Qu’est-ce donc que le temps ? Si personne ne m’interroge, je le sais ; si je veux répondre à cette demande, je l’ignore.                                                                       * Augustin, Les Confessions, Livre XI *

Mais le temps, c’est aussi de l’argent comptant, comme le dit le proverbe. Dans la culture qui caractérise la modernité industrielle, le temps est symbole d’activité économique: un capital à investir et à faire fructifier. Le temps est donc une dimension qu’il faut quantifier, mais aussi contrôler, gérer, maîtriser. Dans une certaine mesure, on se demande si ne serait-il pas possible de le multiplier… Les utopies de voyage dans le temps se placent alors au croisement de ce romantisme nostalgique du temps passé et d’une volonté de multiplier les dimensions temporelles, pour récupérer les erreurs, le temps mal utilisé. Enfin donc, trouver une solution au problème du temps perdu.

If only I had more time…Wait, what I am saying, I have a time machine!                     * Marty McFly, Back to the Future *

Jusqu’à l’invention du chronomètre on n’avait aucun moyen pour véritablement contrôler le temps. En revanche, avec le chronomètre l’homme tiens le temps dans sa main. A différence de l’horloge ou de la montre, le chronomètre répond à l’ordre humain. Il s’arrête et il s’active au mouvement du pouce. Stopwatch. L’homme peut donc « manipuler » le temps. Mais il peut aussi en être trompé. L’erreur humain dans l’usage manuel du chronomètre – la lenteur du réflexe, les erreurs de lecture – peut déformer le temps et confondre le chronométreur.

Un contremaître contrôle le travailleur à la fusion des métaux – Montevecchio – tiré du livre de P. Atzeni « Tra il dire e il fare » 2007

Le problème du temps dans l’industrie alors: la quête à l’efficience, la praticabilité du principe « maximum de résultat avec le minimum d’effort ». Les multiples façons de rémunérer un travailleur à travers une évaluation du temps utilisé pour effectuer une tâche. Et le temps perdu…le temps perdu c’est l’échec, l’horreur, le déluge. La source première et originaire des déséconomies, du déficit, du danger pour l’entreprise. La gestion du temps perdu est une obsession des industriels ou, mieux, des ingénieurs.

Formule de l’efficience selon H. Emerson

L’angoisse du temps perdu passe alors de l’art à l’économie, de la poésie à l’industrie, de la mémoire à l’action. Le temps doit être quantifié et évalué pour être enfin contrôlé. C’est ainsi qu’il se crée une niche pour un nouveau marché de services: la consultance industrielle. Agents, conseillers, ingénieurs ou businessmen confectionnent dizaines de formules, toujours nouvelles, pour quantifier et gérer le temps. Ils prétendent ainsi apporter la solution finale à l’angoisse humaine du temps perdu.

Efficiency craze                                                                                                                        * Daniel Nelson, A mental Revolution *

L’entre-deux-guerres est le moment catalyseur de cette quête à la quantification. La fièvre de l’efficience emporte les industriels européens, endommagés par les destructions de la Grande Guerre et par la crise économique. La rationalisation – cette nouvelle pensée industrielle qui se formalise pendant la première partie du XXe siècle – prend alors une nouvelle tournure. Elle devient une panacée pour la crise. Mais la rationalisation ne signifie pas seulement concentration des coûts de revient, mécanisation, Taylor. Rationalisation signifie savoir contrôler, maîtriser, gérer l’entreprise. Rationaliser signifie, avant tout, évaluer le travail. Mesurer le temps perdu.

C’est ainsi que, à coté de formules pour calculer l’efficience et inciter les travailleurs, on développe des instruments de mesure. Instruments qui mesurent le temps perdu.

source: wikimedia commons

En 1932, la Revue de l’Industrie Minérale publie un compte rendu d’un article qui venait d’être publié dans la revue allemande Gluckauf: « Etude et contrôle des travaux et de la marche des installations dans la mine au moyen de diagrammes relevés par des appareils spéciaux ». L’article relate de différents instruments développés par le Dr Poppelreuter pour évaluer la marche courante des travaux de mines. Parmi les plus classiques, comme le chronomètre, le Dr Poppelreuter a breveté un instrument qu’il a appelé « l’horloge du temps perdu ». Assez évocateur. Cet horloge est, en vrai, un chronomètre, qui s’installe sur les machines dont il est censé mesurer les temps d’arrêt.

RIM 1932 Vol 2 p. 301

Voyons donc le fonctionnement de cet horloge. Supposons, comme le fait l’extrait du compte rendu, d’avoir à étudier un poste de travail au couloir oscillant (une espèce de tapis roulant qui, en secouant, déplace les morceaux de minerais). L’horloge du temps perdu horloge enclenchée mécaniquement à une machine quelconque et dont la marche est suspendue dès que la machine est à l’arrêt, donne donc le temps de travail effectif et par différence celui des arrêts donnera la plage de données à croiser avec celle fourni par un enregistreur à échelons, auquel on fera inscrire le nombre de secousses à la minute (5 b) ou pour le remplissage d’une berline (5 c), ce qui permettra d’établir le rondement aux différentes allures; et avec celle de l’autographe, inscrivant, sur un diagramme circulaire le rendement, la durée de travail, les arrêts, les interruptions, les irrégularités d’une machine.

Un exemple de couloir oscillant

L’horloge fourni donc une plage de données à utiliser pour créer des diagrammes de marche/arrêt. Ces diagrammes offrent non seulement une représentation de la performance de la machine (son efficience), mais ils sont aussi remployés pour évaluer le travail humain qui dépend de ces machines. Notamment dans le cas de systèmes de rémunération à la pièce ou à prime.

C’est le cas, par exemple, du système Bedaux, dont je m’occupe dans ma thèse. Le système Bedaux prétend payer les travailleurs pour l’effort humain fourni dans l’accomplissement d’une tache. Toutefois, il y a des opérations, comme celles qui comportent l’usage de machines, qui font problème au système Bedaux, car elles ne dépendent pas seulement de l’énergie humaine. Pourtant, on est contraint d’apporter des révisions à l’évaluation. Cela se fait à l’aide de « chartes de correction », qui ajoutent ou nivellent le taux de « points accordés » au travailleur, en fonction des conditions du travail. L’une d’entre elles est spécialement dédiée au « travail avec la machine ». Dans les mines du groupe Penarroya, on l’appelle la charte F/90. Elle s’appuie justement sur les diagrammes produits par des instruments tels que l’horloge du temps perdu, car la charte prétend calculer la balance entre primes « réelles » et primes « accordées », en fonction des temps de marche/arrêt de la machine.

Compositions du pointage Bedaux. Élaboration personnelle

Les rationalisateurs semblent finalement avoir vaincu l’angoisse humaine du temps perdu. Ils pensent pouvoir évaluer chaque divergence dans la marche de l’exploitation, car ils possèdent des instruments et des mesures. Ils estiment avoir « rationalisé » le travail, qui désormais ne peut plus s’échapper à la discipline du temps. Un temps qui a été finalement réduit à l’obédience: encerclé, clôturé, enchaîné, plié au standard. Ainsi la standardisation représente la lutte à la divergence, à l’angoisse du désordre, du gaspillage, de l’entropie. L’angoisse du temps perdu.

Sauf que ils n’ont pas fait les comptes avec les sujets de leurs évaluations, les travailleurs. Qui en vrai ne sont pas trop enthousiastes de cette quête à la quantification totale, qui touche même leur vie privée. Et lorsqu’on essayait de mesurer des facteurs peu « chiffrables », comme l’influence de la famille sur la performance, on provoquait de distorsions évidentes dans l’évaluation. Et pourtant, les rationalisateurs prétendaient le faire, quand même.

When a measure becomes a target, it ceases to be a good measure.                               * Goodheart Law, 1975 *

Et de plus, ce qui enfin faisait la plus grande faiblesse de ces systèmes, c’était la prétention de scientificité. La mesure n’était, en revanche, rien d’autre qu’une représentation. Une interprétation du temps, réduit à un langage chiffré dont le degré de subjectivité demeure élevé. En fait, pour traduire les diagrammes marche/arrêt en rémunération, il fallait d’abord en transformer les valeurs en coefficients, et les insérer ensuite dans le calcul du salaire. Une transformation pas toujours rigoureuse. Le temps et le langage, l’éternel problème de la représentation.

Illusions de représentation

L’angoisse du temps vit au sein de notre existence. Elle se nourrit à la même source où on se rend pour avoir connaissance du temps: la source de la représentation. On ne pourra pas vraiment vaincre cette peur du temps perdu sans détruire la base de notre univers intellectuel (occidental). Les horloges du temps perdu rassemblent alors à la montre du Lapin Blanc qui s’angoisse et angoisse Alice (et nous angoisse) avec le Retard, le temps perdu.

Et l’historien? L’historien, qui travaille avec le temps, dont le temps est la spécialité…qu’est-ce qu’il pense l’historien de cette angoisse du temps passé, du temps perdu? Pour Marc Bloch, père spirituel de nous tous historiens contemporains, le temps est un tyran, car il dicte la règle de l’impossible « retour au futur ». Et bien, nous on a accepté cette règle, mais on a quand même cherché à la contourner. Et on le fait, encore une fois, avec une représentation. Le récit du passé, reconstruit avec des sources, des traces laissées par ceux qui luttaient contre l’oubli ou qui, au contraire, en oubliaient après leur passage. L’historien va à la recherche de ces évidences du temps perdu. Il l’aime ce temps, même si parfois c’est dure la collecte des mémoires.

Le temps est un tyran                                                                                                              * Marc Bloch, Apologie pour l’Histoire *

L’horloge du temps perdu est alors la montre de l’historien: elle enregistre des données qu’il faut interpréter pour comprendre la marche de la machine de l’Histoire. L’historien aussi utilise des formules pour interpréter ces données, formules qu’on appelle « méthodologies historiques ». L’historien prétend lui aussi délivrer un produit scientifique à la collectivité. Toutefois, ce qui distingue l’historien des consultants et des rationalisateurs industriels est l’auto-critique. On est toujours prêt à réécrire l’Histoire, à mettre en cause les catégories qu’on utilise. On n’est pas au service d’une industrie qui recherche des profits à tout prix. On fait face à une crise très grave, une crise culturelle aussi, qui voit l’Histoire utilisée (et usée) pour des fins parfois peu légitimes et qui voudrait écarter les historiens et sous-estimer leur travail. Mais on n’est pas victimes de la folie de l’efficience pour lutter contre cette crise, même si désormais les rankings des universités et des publications obligent l’historien à satisfaire lui aussi des standards, à se soumettre à des évaluations pas souvent transparentes…

Mais le temps perdu n’est donc pas vraiment perdu. On peut le retrouver. Donc si l’angoisse du temps vous emporte, prenez un peu de temps (sic!), achetez un bouquin d’Histoire et lisez-le. Le temps perdu ne vous apparaîtra plus si perdu, car vous avez certainement laissé des traces que quelqu’un pourra un jour récupérer et écrire, peut-être, votre histoire.

Mais enfin, angoissez-vous quand-même, car vous ne savez pas, dans le présent, ce qu’on écrira de vous, un jour, dans le futur. Un jour.

Bibliographie non essentielle.                                                                                      Sources essentielles.

Plusieurs poètes, philosophes, écrivains au choix à partir de l’antiquité.

Time – Pink Floyd.

Votre mémoire.

Le délai de votre dernier vol.

Procrastiner la rédaction de votre thèse.

 Carpe diem 

quam minimum credula postero

                                                                                                                             

New WG Labour In Mining – Network ELHN

A New Working Group « Labour in Mining » is Born !!!

The founding meeting of the ELHN took place at the International Institute of Social History (IISH) on 12 October 2013. The forty scholars who gathered in Amsterdam, belonging to research institutions, archives and journals based in various European countries, felt the need to increase the cooperation among labour history scholars, share knowledge and (digital) material, create a platform for future collective research, and organize conferences and seminars. The Network includes Europe-based scholars (professors, post-doc and PhD researchers, post-graduate students) but seeks to connect with scholars based outside Europe.

The 1st ELHN Conference was held in Turin in 2015 and 2nd ELHN Conference was held in Paris in 2017. In order to structure the network and overcome fragmentation, the key-role of working groups was underlined. Some working groups were proposed and took shape. Among others: Long term perspectives on remuneration; Pre-industrial Labour; Feminist Labour History; Industrial heritage and structural change; workers politics and social movements; Imperial labour history; Labour in mining.

The ELHN Working Group “Labour in Mining”

The EHLN working group “Labour in Mining” aims at creating and expanding existing, more or less formal and informal contacts and networks of scholars with an interest in labour in mining sector in Europe and around the world.

Mining has special characteristics not only for its kind of jobs (typically in the underground), its morbidity and workplace accidents, its location linked to the existence of resources and migratory phenomena, the high potential for conflict and harsh working conditions. Its peculiarity has given to labour markets of the sector a kind of isolation in relation to other productive activities.

These characteristics have given a particular evolution, reproducing itself internally (through the own families), and perpetuating cultural moulds that have continued along time. The study of the evolution of the labour relations in mining is useful not only for knowing the transformations of labour in this sector, but also for elaborating more our knowledge of labour history in general, and in some labour markets, characterized by some grade of isolation, in particular.

On the labour activities in mining, we have a wide literature in the past and in the present. It is a topic on which it has been done an important work compiling sources and research. But above all it suffers from having been focused in a local scope and having formed several cliché on the miner´s behaviour. Besides, there are some elements hardly studied. As some examples, the role of the women in the direct activities and in the preservation of the living conditions in the mining hubs; the incidence of professional illnesses (silicosis, hydrargirism, hookworm, lead poisonism, etc.) and, specially, a European´s lack of vision about the sector as a whole, relating the evolution of the more relevant mining countries and hubs.

We would like to discuss research related to a broad range of themes and concepts in economic, social and cultural labour history of mining including but not limited to the following:

  • The intersection of class, race, gender, age, global inequality, etc. in labour in mining; Dual work (agricultural and mining), migrations, discrimination.
  • Labour relations: labour organisation, developing of the wage earner work, wages and remuneration systems, hiring and scientific organisation of labour.
  • Technological development and evolution of the job markets: from the steam to the electricity, from the gravimetric concentration systems to the differential flotation, the underground work and the open-cast work, labour problems, incidence in the health and conflicts, technological change and mining conjunctures.
  • Living conditions and inequality. Occupational health and safety in mining: mortality, morbidity, pollution and sanitary institutions.
  • Mining communities: characteristics, problems, urban penalty.
  • Strategies of the management, working movement, industrial paternalism, truck system, conflicts, trade unions.
  • Industrial archaeology of mining activities, immaterial patrimony, culture.
  • Archives of mining activities.

We wish to contribute in the relations between the researchers in this field, in the establishment of research lines and a frame to exchange information and knowledge, publications and other initiatives in this field. Moreover, we are offering a support to databases download and consultation on the mining labour, accesible for the Academy. We also aim at the exchange of knowledge about primary sources, archives, and literature related to the history of labour in mining.

The WG on “Labour in Mining” wish to exchange knowledge, to organize meetings and workshops, to organize and design collective projects, to participate with sessions in the 3rd ELHN Conference in Amsterdam in 2019 (19-21 September).

The coordinators of the Working Group are:

Leda Papastefanaki (lpapast@uoi.gr), associate professor of “Economic and Social History” at the University of Ioannina, Greece and collaborate faculty member at IMS/FORTH, scientific responsible of the research project “Mining Landscapes in Greece, 19th-20th c.”. She has published on industrial and mining history, labour history and gender in Greece (19th-20th centuries).

Miguel Á. Pérez de Perceval Verde (perceval@um.es), professor of “History and Economic Institutions” at the University of Murcia and principal investigator of the project “Business history, markets and productive development in contemporary Spanish mining”. He has published on different aspects of work activity in the mines.

Francesca Sanna (francesca.sanna10@gmail.com), is PhD candidate in History at Paris Diderot University (ED 382, UFR GHES, Lab LIED). She works on scientific management in European mining industry. Graduated with a double MA in History (Paris 7 and Bologna University) and a Specialisation degree in Industrial Heritage Management (Padua University).

If you are interested in joining the Working Group on “Labour in Mining”, please fill in the attached form at this link 

All good wishes,

Leda, Miguel, and Francesca

3 May 2018

10.000 km puzzle

Le puzzle est un jeu pour chercheurs. Un jeu de patience, un peu frustrant, long et parfois pas trop amusant. Cependant, lors que toutes les petites pièces retrouvent tout d’un coup leur place dans l’ensemble, c’est la satisfaction.

Le dernier puzzle que j’ai commencé c’est en vrai assez spécial, car je savais depuis le début qu’ils manquaient des pièces. Non ce n’est pas que j’ai été arnaquée, c’est juste que mon puzzle c’était pas un puzzle comme les autres. Au début en fait, j’avais juste une seule pièce, celle là.

source: Gallica

Il s’agit d’une vue de la mine de Monteponi, en Sardaigne, datant 1878, qui fait partie d’une récolte de trois photos conservées à la BNF dans le fond de la Société Française de Géographie. Sur le coté gauche on peut entrevoir un tampon de cette même société, datant 1886.  Comme toujours, quand il est question de mines et de Sardaigne, je deviens curieuse. Monteponi est une mine avec une longue histoire et beaucoup de témoignages photographiques qui en illustrent les différentes phases de vie. Par exemple on peut voir ci-dessous une représentation dans une carte postale de 1920.

source: sardegna digitalLibrary http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=35711

On peut entrevoir en haut à droit le profil du Puits Sella, le même qui apparaît dans la photo de 1878. Le site était un passage obligé pour les voyageurs dans la région, La Marmora l’ayant décrit soigneusement. Les décennies s’écoulant, Monteponi a vécu quasiment 120 ans d’activité minière et aujourd’hui il ressemble à ça:

Monteponi aujourd’hui, source: Sardegna DigitalLibrary

Mais, ici, il n’est pas question de faire l’histoire de Monteponi.

L’histoire qu’on raconte ici c’est l’histoire d’un voyage, un voyage à la recherche de l’homme qui prit la photo de Monteponi en 1878. Un homme qui vit ces plaines arides et désertiques, qui marcha sur ces routes dangereuses au milieux des montagnes et qui, enfin, remporta avec lui le souvenir d’une histoire qui venait de commencer: l’épopée minière de ce coin sud-occidentale de Sardaigne.

Mais, c’est qui l’homme de la photo?

M. Demaffey.

Un certain Monsieur Demaffey donna donc en 1886 à la Société de Géographie ces photos de Monteponi (avec une série d’autres photos prises en 1882 aux îles Açores) .

M. Demaffey?

D’après la photo on peut tout de suite déduire que M. Demaffey est en rapport avec la Société de Géographie. Il devrait donc bien apparaître quelques parts dans les bulletins de cette même société. Et ce serait absolument génial de retrouver la notice de son don ou de son voyage en Sardaigne. Et bien, dépouillant les bulletins sur Gallica, on ne retrouve malheureusement pas mention d’un voyage du tel Demaffey en Sardaigne autour du 1878. Mais on trouve quand même mention d’un tel Monsieur Alexis Demaffey, ingénieur de mines suisse, qui aurait fait un certain nombre de voyages dans plusieurs pays d’Afrique et de l’Amérique du Sud remportant avec lui plusieurs échantillons de minerai. Cet Alexis Demaffey se révèle être quelqu’un de très mobile, un expert de l’exploration plutôt que de l’exploitation minière. Ce profil colle bien avec l’Alexis Demaffey enregistré dans Le livre du Recteur de l’Académie de Genève (1559-1878):

Toutes les sources confirment alors que Demaffey est bien un ingénieur des mines suisse. La date de sa naissance est en plus cohérente avec la temporalité de ses voyages et une hypothétique carrière dans la mine. D’après ce qu’on peut déduire de ses lettres, il s’emploie surtout dans des recherches exploratoires afin d’établir la rentabilité d’une possible exploitation. On n’a pas trop d’indications par rapport aux compagnies minières qui l’embauchent sauf dans le cas du voyage en Afrique Australe. Demaffey représente bien le type d’émigration suisse en Afrique et sa mobilité témoigne d’un certain esprit d’explorateur, comme le démontrent aussi son statut dans le livre du Recteur, son affiliation à la Société de Géographie et les récits de ses voyages. Par exemple au Niger, il aurait voulu arriver jusqu’aux sources de la fleuve mais, étant empêché de le faire, il opta pour une exploration du Sud Soudan. Il fut aussi l’auteur d’une carte de la région du Zambèze qu’il explora lorsqu’il dirigeait la mine d’or de Tati, dans le Metabeleland (Botswana).

Avec toutes les sources à notre disposition on peut alors construire un petit tableau chronologique de tous les voyages de notre petit malin.

Année Destination
1881 Niger, Soudan occidental
1884 Algérie et Tunisie
1885 Allemagne
1886-1887 Afrique australe (Transvaal, le Swazieland et le Ma-Tebeleland)

Il reste sans date un voyage au Venezuela évoqué dans le bulletin de la société de Géographie en 1886. Il reste aussi à savoir si les photos de la Sardaigne et des Açores en 1882 sont à attribuer au même Alexis Demaffey qui voyagea en Afrique. Enfin c’est là que notre puzzle manque d’une pièce et d’ici on partira pour aller à sa recherche.

Les deplacements de Demaffey s’arretèrent au sud de l’Afrique après le voyage qui l’emmena au nord-est vers le Transvaal et le Witwatersrand. Deux lettres parvenues à la Société de Géographie et publiées sur L’Afrique explorée et civilisée en 1888 et 1889, nous informent qu’il écrivit de Pretoria et de Cape Town avec l’intention de ne pas rentrer en Europe, car il avait été chargé d’une nouvelle mission à Tati, dans le Metabeleland.

Fletcher and Espin’s Map of Matabeleland, d’après Gallica

Poutr une chance inespérée, il existe une source qui nous délivre un portrait de Demaffey à Tati. Il s’agit d’un recueil de lettres: The Metabeleland Travel Letters  of Marie Lippert, 1891.  C’est qui cette Marie Lippert? Elle était la femme de Edouard Lippert, un financier allemand avec des intérêts dans l’industrie minière de la région de Diamods Fields et du Rand.

Marie et Edouard Lippert (The Metabeleland Travel Letters of Marie Lippert)

En octobre 1890, Lippert avait obtenu du roi des Ndebeles, Lobengula, une concession, le Concession Rudd, avec le droit exclusif d’octroyer des terres aux Européens dans le Matabeleland et le Mashonaland, pour une durée de cent ans. Marie Lippert accompagna son mari dans ce voyage qui avait pour but de faciliter la monopolisation de toutes les mines et les terres par Rhodes. Il n’était donc pas par hasard qu’elle rencontra Demaffey, qui exploitait une mine dans le territoire objet de la concession. En effet, il avait été nommé Directeur de Tati Concession Ltd, une société fondée par Sir John Swinburne qui, à travers le Tati Concession Land Act, avait obtenu le droit exclusif d’exploitation métallifère de ce territoire qui aujourd’hui se trouve en Botswana, aux alentours de Francistown. Pour en savoir plus sur les enjeux coloniales liés à ce territoire voir ici.

The Metabeleland, op. cit. p.15
Monarch Reef, The Metabeleland Letters…(p16)

Marie Lippert dessine un portrait assez singulier de Demaffey. Il le peint comme un homme un peu bizarre.

… lives in a crazy fashion at the top of a wooded hill; one has to climb over the stones for twenty minutes, but then it becomes wonderfully romantic, sitting in front of the hut, and looking away over the endless bushy hills and plains, and onwards to the mighty river, over which the sun sets dark red, in overpowering solitude. Demaffey is a dreamer and a hermit, who is only fit to sit on a hill and look down at Africa, thinking of scientific problems as he does so. But it will be better if a practical manager were at his side and he is now going to be sought for. (Metabeleland Letters p.17)

Certains informations plus personnelles nous sont délivrées.

[…] novel by Turgenev and Walter Scott constitue the furniture. (p.17)

Mais enfin Marie Lippert le considère assez gentil et accueillant.

Demaffey went off now and then to prepare the breakfast…Demaffey worked at it imperturbably for two hours, but the salad was truly French. (p19)

Ce portrait pourrait ne pas trop coller à la figure d’un sérieux ingénieur des mines du XIXe: notre Demaffey était peut-être victime de sa solitude, écarté au bout du monde pour exploiter une mine dans un environnement pas trop accueillant ou confortable. Cependant, il ne resta pas longtemps là-bas car en 1891 on le retrouve en Suisse, à l’assemblée générale de l’International Geographical Union. Marie Lippert fit juste en temps à le rencontrer…et heureusement pour nous!

A son retour en Europe, Demaffey, âgé de 41 ans, une vie de voyage dans des territoires hostiles et un travail pas souvent facile, celui de l’ingénieur de la mine. L’International Geographical Union le célébra pour ses succès, en tant qu’explorateur et homme savant.

C’est de l’Afrique australe que nous revient, pour se reposer quelques mois, M. Alexis Demaffey, ingénieur des mines, qui, depuis sept ans, a été appel à explorer des gisements miniers à l’ouest, au nord et au sud de ce continent.

Mais enfin, après ce long voyage qui nous a reconduit à l’époque de la fièvre coloniale, aux explorations, aux enjeux politiques entre puissances européennes et royaumes africains, on n’a pas réussi à trouver la pièce manquante du puzzle. Est-ce que le Demaffey décrit par Marie Lippert est le même qui prit la photo en Sardaigne en 1878?

La Ville de Genève nous vient alors en aide, car dans le Compte Rendu de l’Administration Municipale daté 1879, on lit à page 44:

Dons. — M. Demaffey. 12 échantillons de plomb sulfaté des mines de Sardaigne.

Et bien, oui, Alexis Demaffey voyagea en Sardaigne en 1878, prit des photos et emporta avec lui des échantillons de minerai pour les donner à la Ville de Genève. Il repartit ensuite pour enfin se retrouver en Afrique et passer plus de dix ans à explorer et faire la mine. Il revint finalement en Suisse en 1891, mais là on n’a pas été capable de dire ce qu’il fit pendant les 9 derniers ans de sa vie. Il mourut en 1900.

10 000 km dans une photo.

#ThisIsSourcesMining

 

Remerciements:

L’écriture de ce billet n’aurait pas été possible sans l’aide indispensable d’un cher ami, Ettore Morelli, doctorant à la SOAS de Londres, qui me fit parvenir en intégralité l’édition des lettres de Marie Lippert, sans lesquelles je n’aurait jamais pu avoir une idée si clair du protagoniste de ce voyage.

Pratique de l’Amour – petite note d’après lecture

Je viens de terminer l’ouvrage Pratique de l’amour de Michel Bozon.

Et j’ai eu envie d’en écrire un billet à propos, car je suis une victime consensuelle de l’auto-analyse critique. Pour ça le billet ce ne sera pas une vraie note de lecture, car je ne maîtrise ni la discipline ni le sujet pour pouvoir le faire. Pourtant ce livre m’a amené à me poser de questions. Des questions sur pourquoi je suis tombé sur ce livre et comment je l’ai choisi.

Analyse d’une pratique: le choix d’un livre.

Lire est mon travail. Ou, au moins, une partie essentielle de mon travail. Du coté professionnel, choisir un livre est une pratique complexe qui répond à des critères et à une finalité bien précis. En d’autres termes, et pour simplifier, je choisis un livre parce que [critères] il a été cité scientifiquement – dans la forme de la note en bas de page – dans d’autres ouvrages sur mon sujet; [finalité] pour cette raison j’imagine qu’il sera utile à ma recherche. Cette pratique on pourrait bien la définir une évaluation. Après le livre choisi est soumis à une analyse sélective, visant normalement à en trier les informations utiles ou plus pertinentes pour la recherche. Certes, parfois on a la chance, et on trouve le courage, de lire toutes les pages jusqu’au bout parce que c’est intéressant, parce qu’on ne pourrait pas le comprendre autrement, parce que c’est juste trop bien écrit et ça donne envie. Mais, voilà, la lecture de travail n’est pas forcement un truc amusant.

Le choix du livre hors-travail devrait, par contre, répondre à d’autres finalités/besoins (divertissement, approfondissent, intérêts divergents, plaisir, relax etc). Mais il passe quand même par une évaluation. Pourtant, dans ce cas, c’est plus difficile d’en dégager les critères car ils varient selon la finalité de notre visite à la librairie (parfois même par pur hasard). Etant donné l’étrangeté de Pratique de l’amour de mon travail, mon choix devrait se rattacher à ce mélange de critères. Sauf que. Sauf que c’est pas si simple. Le duplicité de mon rapport à la lecture fait en sorte que mes choix ne soient pas totalement indépendants des critères que j’applique au travail. Pourquoi? Parce que je suis doctorante et mon boulot me suit toujours, même quand je dors, parce qu’il est, littéralement, dans ma tête? De manière fataliste je me sens de dire que oui, mais peut-être j’exagère. Mais je pense que quand meme le travail influence ma façon de penser, l’Histoire le fait en tous cas, et la façon dont on l’écrit, la méthodologie enfin. En tous cas il y a des études scientifiques (et non, mais évocatrices) sur ce problème propre au travail du chercheur.

Cette réflexion sur l’influence de ma forma mentis professionnelle sur mes choix temps libre a eu son casus belli dans l’achat de Pratique de l’amour. Pourquoi? Je reviens alors à l’origine (forgive me Marc) de ma décision de l’acheter. Et ma mémoire affirme qu’à la fin d’une journée de travail, vendredi soir, je traînait sur hypotheses.org et le titre d’un billet de blog a attiré mon attention. C’était une note de lecture à propos, justement, de ce livre. Il faut dire aussi que ce type de texte ressort complètement du genre ordinaire de mes lectures hors-travail, mais là c’est une autre histoire. Ce qu’on peut se demander est, par contre, à la lumière d’un besoin, j’ai été attirée(?), je suis allée chercher(?) une réponse [où?] sur une plateforme académique qui a ma confiance parce que les auteurs sont des chercheurs qui ont une certaine forma mentis et ils l’appliquent, comme moi, à leur propre production. Ce n’est-il pas alors pour un reflex de mon habitude du travail que ma quête a fini par tomber, encore une fois, dans le périmètre de l’académie?

Je dois donc en conclure que je suis prisonnière de mon travail?

Ce que je peux dire c’est que j’y tiens beaucoup, mais parfois je le déteste. Je le rêve, j’ai des cauchemars. Il m’excite, mais ça me jette dans l’angoisse aussi. J’y pense tous les jours, toujours. Je ne veux pas le voir, mais ça me fait sentir coupable. Il influence ma vie, ma pensée, mes journées, mes plans, mes vacances, ma façon de regarder le monde et de réfléchir. Mon temps libre et les choix de mes livres. Je veux le vivre jusqu’au bout, mais enfin, peut être, j’en verrai la fin.

Au final, bha, c’est clairement une pratique d’amour.

 

NB pour une vraie note de lecture sur le livre Pratiques de l’amour….ici

La fièvre des Archives ou le voyage du chercheur

Ce billet c’est un retour sur ma dernière mission de recherche au moment où je commence la partie la plus effrayante de mon doctorat, la RÉDACTION de la THÈSE. J’avoue que se placer devant l’ordi et taper le premier mot n’a pas été facile, histoire de procrastination,…

Mais en revenant en arrière sur cette procrastination je vois que, finalement, faire face à la terreur de la page blanche n’a été rien d’autre que le résultat d’un seul constat: il fallait en finir avec les archives.

Aller aux archives a toujours eu le gout de l’aventure, de l’exploration. Là-bas j’ai plusieurs fois expérimenté l’excitation de la découverte et l’anxiété du manque de temps. Trop de choses à lire, à voir, à photographier et un temps limité pour le faire. Aux archives j’ai été heureuse, j’ai adoré rechercher, fouiller, me salir les mains avec de la poussière. J’ai vécu des moments inoubliables et j’ai découvert des lieux merveilleux. Mais pour les archives j’ai eu aussi de l’angoisse, genre craindre de rien trouver, de gâcher mon temps, de ne pas avoir assez préparé ma mission à l’avance…et de peur aussi, pour les problèmes qui toujours affectent la recherche et la précarité de celle-ci.  Par ailleurs j’ai toujours eu la chance de fréquenter des archives bien particulières, les archives de mine, perdues au bout du monde, hors ligne, hors circuit. Il s’agit d’archives avec une atmosphère plus détendue, moins formelle et rigide par rapport aux Archives Nationales…et plus « amicale » on peut dire. Il ne leur arrive pas souvent d’accueillir quelqu’un, surtout venant de l’étranger, et parfois les archivistes se démontrent de gens super sympa. Ils t’invitent à la pause café, ils t’accompagnent à l’hôtel, ils te conseillent un bon resto. Et il n’y a aucun problème si tu demandes 20 cartons en une journée.

Site des Archives Historiques Minières de Monteponi – 24 juin 2017 – sources: Instagram de l’autrice

Mais dernièrement j’ai commencé à vivre comme une sorte de désenchantement pour les archives, un refroidissement de mon désir de recherche, de mon amour pour la découverte. Et là, pendant ma dernière mission, j’ai fortement ressenti cette sensation: j’en avais marre d’ouvrir les cartons, de tourner des pages et des pages sans vraiment rien trouver d’intéressant. Ou, mieux, sans vraiment faire attention à ce que je voyais.

Il n’y avait vraiment plus rien à trouver? Plus rien à chercher?

Peut être oui, mais plus probablement non. Surtout parce que certaines de ces archives, perdues et éparpillées après la fermeture des entreprises, viennent juste en ce moment d’être réordonnées. Mais alors pourquoi? C’est comme si j’avais pris du tylenol qui avait baissé ma fièvre des archives.

Et enfin j’ai compris que le problème ne résidait pas dans les archives, mais dans moi même et dans mes besoins en tant que chercheuse. A un bon moment il fallait en finir avec la récolte et commencer avec l’exploitation. Il fallait commencer à poser des questions aux sources et en écouter les réponses. A composer les information et tracer un bon chemin. Enfin, bref, écrire cette thèse.

Et alors là je fais face à un de grands enjeux de l’écriture de l’Histoire, dont je parle souvent aux étudiants lors de mes cours: comment on l’écrit cette Histoire? Comment on passe de l’analyse des sources à l’usage de celles-ci dans une narration? En d’autres termes, plus pratiques, comment on place nos sources dans un texte structuré? Et là je me suis rappelée d’une sensation qui m’a pris lors que j’ai écrit mes derniers articles: l’impression d’être absorbée par mes sources, d’être retenue par celles-ci comme par une force de gravitation m’empêchant de me détacher et de les regarder de plus haut. Celle-ci est enfin une de plus grandes pièges des sources: la tentation descriptive. Ce plaisir du détail pour soi-même qui t’importe avec lui, oubliant que ton objectif n’est pas celui de raconter pour raconter, mais d’analyser, argumenter, de mettre en perspective. Et parfois je suis tombée dans cette piège, celle de décrire un cas d’étude sans prendre l’élan du contexte. Il s’agit d’un risque toujours présent dans le travail historique car les sources semblent parler par eux-mêmes en exposant déjà parfaitement le concept qu’on veut discuter. Et alors, on se dit, pourquoi changer les mots? L’outil de la citation est là pour nous venir en aide, pour créer un espace où on laisse la parole à la source: « and now she takes the floor ». Citer c’est beau. C’est mettre en valeur l’aspect primordial de l’Histoire, la trace de celle-ci, brute, comme elle nous tombe dans les mains. La citation nous rappelle le plaisir de la quête en archives, le délire des journées au froid et le courage de notre persévérance dans la recherche. La citation prend la parole et elle nous adresse un « merci tu m’as retrouvé » et, nous, nous on fait un clin d’œil au lecteur en lui disant « regarde, hein, qu’est-ce que j’ai été capable de retrouver ». La citation est extraordinaire quand on veut créer un moment « réalité virtuelle » grâce à laquelle le lecteur peut se plonger dans l’histoire qu’on relate pour avoir la confirmation qu’on est en train de dire la vérité en la montrant en « live action ». Mais trop de réalité virtuelle peut faire du mal, elle peut prendre les devants et nous emporter en détruisant nos points de repère. On ne comprend plus la différence de ce que c’est réel et ce qui ne l’est pas. La citation devient alors un trou noir, qui aspire tout ce qui se trouve autour: l’argumentation, la contextualisation, la vision globale, le détachement, la logique du discours. Tout est absorbé et le texte s’aplatie sur la source. Le récit historique n’est plus alors un récit, mais un patchwork de sources qui semblent parler par eux-mêmes mais qui, en vrai, sont muettes. On ne les a pas invitées à « prendre la parole », elles l’ont pris de force. La source devient alors un rapporteur qui parle un langue étrangère sans que personne n’ait prévu de traduction. Le public, hélas, ne peut rien comprendre.

Ecrire une thèse c’est alors faire des tentatives et revenir en arrière si on se trompe. C’est faire aller retour d’une page à l’autre pour repérer les trous dans le chemin qu’on a ouvert, trous qui peuvent être dangereux si on y met le pied dedans. On pourrait, par exemple, se casser une cheville et ne plus pouvoir avancer. C’est  un métier, celui de l’explorateur qui ouvre une piste nouvelle. Un métier périlleux, qui peut nous perdre, où on peut se perdre. C’est pour ça, peut-être, que j’ai eu du mal à commencer et à en finir avec les archives, car eux, les archives, je les connait bien et je me sens à l’aise. Abandonner cette « confort-zone » pour revenir à l’aventure, il faut le vouloir, avoir le courage, préparer le sac à dos avec les outils essentiels et mettre le pied dehors. C’est partir.

Et alors, partons.

And may the Force be with me.

« And you, my friend, have a good journey. We travel to come back. »

Bibliographie, ou de ceux qui partent avec moi

Parce que c’est le phare de tous les historiens aujourd’hui: Marc Bloch, Apologie pour l’Histoire ou le métier de l’historien, Paris, A. Colin, 1949 .

Parce que j’aime écouter les histoires des autres: Antoinette Burton (dir.), Archive stories : facts, fictions, and the writing of history,  Durham, Duke University Press, 2005.

Parce que c’est l’émotion des archives: Arlette Farge, Le gout de l’Archive, Paris, Seuil, 1989.

Parce que j’ai vécu de sensations pareilles aux archives minières: Gabrielle Hecht, Uranium Africain, une histoire globale, Paris, Seuil, 2016.