Un petit village dans la Grande Guerre – notes pour une recherche.

Il y a quelques semaines j’ai retrouvé un vieux dossier de recherche que j’avais constitué en 2015 pour organiser une exposition au sujet de la Grande Guerre. L’exposition portait sur les histoires des habitants d’un village en Italie, partis au combat dans la Grande Guerre et jamais plus revenus. Ce billet est un retour sur les données et les histoires de cette exposition dans l’esprit de les “exposer” différemment.

L’exposition était axée sur la mémoire du village, dans le cadre des célébrations du centenaire de la guerre, déclarée en Italie en 1915. Les histoires des soldats, présentées individuellement, avaient un caractère anecdotique, dans le but d’attirer le publique en agissant sur la curiosité du “qui” et du “comment”. Chaque soldat disparu avait son poster, composé par son profil personnel (nom, date de naissance, lieu de résidence, famille etc) et militaire (grade, corps), avec une petite description de la bataille fatale.

La recherche avait commencé de la stèle commémorative au centre du cimetière du village, où une première liste des victimes est gravée. J’ai ensuite découvert, par le dépouillement des registres municipaux des décès, qu’on en avait oublié quelques uns. A partir de 23 noms gravés, on a composé une liste de 41 individus.

La stèle commémorative dans le cimetière de Lomagna
Une guerre de frontière pour les frontières

Les soldats du village, qui s’appelle Lomagna et qui se trouve en Lombardie, sont envoyés se battre contre les troupes austro-hongroises dans un territoire de frontière, aujourd’hui partagée entre l’Italie, la Slovénie et l’Autriche. L’objectif militaire de l’Italie est en effet de s’approprier de certains de ces territoires, considérés italiens (les soi-disant “terre irredente“), à l’époque contrôlés par l’empire des Habsbourg. Ces batailles marquent le caractère assez patriotique du récit italien de la Première Guerre Mondiale, qu’on peut considérer, pour ce pays, comme une guerre de frontière pour les frontières. 

Dans la carte ci-dessus, les lieux où les soldats de Lomagna moururent. Comme l’on peut voir, la majorité se concentre à la frontière nord-orientale.

Le conflit est, comme on le sait, sanglant: l’Italie compte 650.000 morts militaires et plus d’un million de civils. Le village de Lomagna, à l’époque bourg rural de 1600 habitants, perd 41 hommes: tués par des balles ennemies, démembrés par les grenades, noyés dans les fleuves ou ensevelis par les avalanches, disparus en action, morts pour la fièvre, la faim, les conditions de vie dans les tranchées alpines.

Cause du décès – élaboration personnelle

La plupart des soldats perd la vie lors des affrontements et, en particulier, pendant des batailles fondamentales comme la bataille de Caporetto (octobre 1917). Lors de cette bataille, les Italiens subissent une défaite presque fatale et le choc militaire est tel que le Général en Chef est remplacé. Caporetto devient ainsi le symbole du traumatisme de la grande guerre et, dans le langage commun, un synonyme de défaite totale.  Une année après, pourtant, le jeu se renverse. A Vittorio Veneto, en octobre 1918, les italiens remportent non seulement la bataille, mais également la guerre, car l’armistice décide la fin des hostilités et la victoire italienne. Avant d’obtenir cette victoire, l’Italie a appelé au combat les jeunes de la “classe ’99”, les derniers victimes. Le village de Lomagna perd ainsi un jeune de 19 ans, tué le 20 juin 1918.

Historique des morts – élaboration personnelle

Après la signature de l’armistice, une autre vague meurtrière, celle de l’influence espagnole, fait rage. Trois soldats de Lomagna en meurent après la fin des hostilité en 1919 et 1920.

Statistique de la mortalité pour l’influence “espagnole” – Wikipedia

Quelques données socio-démographique

L’age moyenne de ces soldats est de 27 ans, le plus jeune a 19 ans et le plus âgé 49. 

Age des soldats au moment du décès

Il sont pour la plupart des soldats simples, sauf quelques caporal et sergent.

Grade des soldats au moment du décès – élaboration personnelle

Il proviennent d’une région rurale: ils sont en majorité paysans ou fils de paysans. Ils habitent pour la plupart dans les fermes familiales, qui constituent autant de “fractions” du village dont la toponymie persiste aujourd’hui.

Profession des soldats – élaboration personnelle

L’effet de la guerre sur la démographie du village comporte une  décroissance de la population de 1607 à 1571 individus en 1921 et à 1505 en 1931. L’effet est visible dans les registres de naissance de la ville dont l’épaisseur se réduit dans les années 1920.

La mémoire du village

La mémoire collective commence à se construire dès la fin de la guerre car un premier projet de monument au “caduti per la Patria” est présenté à la Mairie en 1923. Ce projet ne sera pourtant jamais réalisé.

La mémoire individuelle n’a été recueillie que sous la forme de traces par les collectionneurs locaux. A l’occasion de l’exposition de 2015, des citoyens ont mis à disposition des objets de collection, et notamment des médailles. En effet, en 1972, les familles des 40 soldats reçoivent la médaille d’or et la croix de Chevalier de Vittorio Veneto à titre posthume, comme le prouve un document signé par tous les conseillers municipaux de l’époque, conservé aux archives du village.

Le noms de certains soldats sont aujourd’hui gravés sur la stèle qu’on a évoqué plus haut. Elle est installée sur la face d’un pilastre au centre du cimetière municipal. Sur la face opposée, une deuxième stèle, identique, porte les noms des victimes, militaires et civiles, de la Seconde Guerre Mondiale. Les deux mémoires sont ainsi croisées, comme dans beaucoup de monuments en Europe, pour indiquer le sacrifice pour la patrie. Cette association confond les motivations et les contextes spécifiques de deux guerres dans une idée plus générale et imprécise de construction de la Nation, source d’un roman national très problématique. Dans le cas du monument de Lomagna, les stèles semblent proposer un récit d’hommes qui se rapportent aux citoyens d’aujourd’hui (et donc à la République) comme un tout confondu dans l’Histoire et téléologique, qui aurait “fait” l’Italie d’aujourd’hui.

La confusion du message semble pourtant être à l’origine de l'”abandon” du monument. En effet, les cortèges du 4 novembre (Armistice de 1918 avec l’Autriche-Hongrie et aujourd’hui Fête nationale des forces armées) et du 25 avril (libération de Milan en 1945, aujourd’hui Fête nationale de la Libération) n’incluent pas une étape aux stèles dans leurs parcours. Cependant la Mairie s’occupe de leur entretient et d’y déposer des couronnes de fleurs lors des célébrations. Donc, il s’agit plutôt d’une marginalisation que d’un abandon. Le rapport à ces stèles est de toute manière assez complexe, car la population ne les “fréquente” plus, malgré le pèlerinage aux tombes familiales. On est donc face à un cas de mémoire sélective, associée à la fonctionnalité du lieu, qui opère une sorte d’effacement des récits qui ne correspondent pas à la sphère familiale et privée collectivement réunie dans l’endroit commun du cimetière.   

Les cortèges commémoratifs terminent sur la place d’un nouveau monument,  dédié aux “morts pour la patrie et pour la liberté”. Ce monument met en avant une citation de Freud, tirée de son célèbre échange épistolaire avec à Einstein : “tout ce qui promeut le développement culturel oeuvre du même coup contre la guerre” (traduit en italien comme “tutto cio che promuove l’evoluzione civile lavora contro la guerra”). La citation est illustrée par un représentation statuaire de colombes qui s’envolent en formation à V, symbole de paix et d’espoir. 

Le monument commémoratif à Lomagna

Une certaine confusion persiste dans ce monument, où toute référence aux deux guerres est effacée: on parle génériquement de “morts pour la patrie et pour la liberté”. Le choix d’associer les mots “patrie”, “liberté” et “contre la guerre” permet de se reconduire aux principes fondamentaux de la Constitution italienne et donc de la République née en 1946, dont aujourd’hui personne (ou presque) conteste l’institution. L’absence de référence chronologique et l’usage d’une symbologie culturellement partagée (la colombe et la paix) permet d’utiliser ce monument dans les commémorations collectives qui réunissent différentes factions politiques et associations (un exemple de 2016). Ce monument signale enfin une étape ultérieur du “parcours de l’effacement”. Autrement dit, il s’agit d’un monument qui associe l’oubli et la mémoire, au fil d’une autre confusion entre les deux slogans vulgarisés de la Seconde Guerre Mondiale: la “lutte pour la liberté” contre la dictature et le “jamais plus” du fantôme de la guerre (et du génocide). 

Inutile d’ajouter que le thème est à l’origine d’une véritable avalanche historiographique. Ce billet ne prétend qu’être un retour sur une recherche qui paraissait au début anecdotique, mais qui ouvre pourtant le questionnement de la mémoire et de la motivation pour laquelle on y revient.  Pour cette raison, il n’existe pas de conclusions à cette analyse, qui demanderait, de plus, d’être bien plus spécifique de ce que l’on a fait.

Il est donc, plus modestement, une réflexion à partir d’une idée et d’annotations éparses sur un carnet de recherche. Peut-être un jour, je les transformerai encore, ou pas.

 

Bibliographie hyper essentielle

Ostenc Michel, « 1915. l’Italie en guerre », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2005/3 (n° 219), p. 15-30

Ceschin Daniele, « La mémoire de la Grande Guerre en Italie », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2014/1 (N° 113 – 114), p. 104-109. 


Francesca Sanna

PhD student in History at Paris Diderot University (Paris 7, ED 382, UFR GHES, Lab LIED)and Coordinator of the WG "Labour in Mining" (ELHN Network). Personal research project about scientific management and its application to european mining industry. Double Master Degree at Paris 7 and Bologna Universities. Specialization Degree in Industrial Heritage Management at Padua University.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search