Au métro comme à la mine

Au début du XX siècle la principale ressource énergétique de la France était le charbon. On le trouvait à la base de la vie quotidienne comme de la chaîne productive. Les foyers en dépendaient pour se réchauffer, s’éclairer et se nourrir, l’industrie pour faire marcher les machines et déplacer les marchandises sur la longue distance. La majorité de la population le connaissait seulement dans sa forme « ménagère »: de petits morceaux qu’on achetait chez les marchands en ville. A Paris, par exemple, on les achetait chez les « bougnats », vendeurs souvent provenant d’Auvergne qui avaient établi un vrai monopole de ce commerce.

Si le charbon était au moins connu dans sa forme « minérale », il n’allait pas de même pour les autres produits de l’extraction. Plomb, zinc, fer ou cuivre étaient peut-être présents dans les foyers sous forme d’outils (du clou aux casseroles) tandis que l’argent ou l’or étaient déjà moins accessibles. D’autre minéraux non métalliques, comme la soufre, le talc, l’antimonium n’arrivaient que dans une forme inconnaissable, car cachés dans les mélanges chimiques ou les médicaments.

Le monde de la mine demeurait lui aussi assez inconnu, sauf pour les populations qui le vivait de tout prêt. Les rares occasions de le croiser étaient les événements violents ou tragiques: grandes grèves, accidents ou catastrophes. En effet, le choc provoqué par la Catastrophe de Courrière en 1906 fut non seulement causé par l’effet meurtrier de l’événement, mais aussi par la soudaine découverte que ce monde existait et qu’il avait une dimension tout à fait humaine.

Il y a quelques années, si vous aviez parlé à un Parisien de galeries souterraines, de puits dans lesquels on descend et remonte, de pompes qui font de l’épuisement, de tunnels qui passent sous des rivières, de locomotives électriques marchant dans des souterrains, il aurait levé les bras au ciel ! Si vous lui aviez parlé de se reconnaître au sein de la terre dans un dédale de galeries en montant et descendant loin du ciel et du grand air, vous l’auriez fait frissonner.

Jusqu’au milieu du XXeme siècle, l’incompréhension, la distanciation, l’ignorance relative de ce qui se passait dans les pays miniers etaient assez communes et présentes aussi dans la vie des ingenieurs à cheval entre ces deux mondes. Issus des familles aisées, bourgeoises et tout à fait citadines (la sélection des Ecoles des Mines passaient aussi par le discrimen censitaire des familles des élèves), ils partaient travailler entre campagne et industrie, lieux caractérisés par un tissu social généralement populaire. Cependant, ils ne s’entremêlaient que très peu avec la vie locale: ils habitaient les maisons de la compagnie minière bien séparées du reste du village ouvrier. Pour certains aspects, ils continuaient à reproduire la distance entre le monde citadin et celui de la mine.

Cependant, cette distance devenait parfois perceptible. Comment alors les ingénieurs, les chefs ou, en général, ceux qui n’habitaient pas ces lieux, décrivaient cette « relation »?

Parmi les terrains qui pouvaient constituer un espace de croisement avant l’invention de la télévision, il y avait, bien évidemment, les journaux et les périodiques. C’est exactement à travers les pages d’un de ces publications qu’on retrouve un texte parlant (« Croquis à la pointe : Le Parisien devenu Mineur » L’Écho des mines et de la métallurgie 13 octobre 1913), qui nous délivre un portrait ironique du bourgeois parisien devenu ingénieur.

Or, l’autre jour, un des autochtones de la butte Montmartre m’interpelle et me dit. C’est pas si malin que ça d’être ingénieur des mines moi, je croyais d’abord que c’était la mer à boire ; un métier terrible où l’on risquait sa peau à chaque instant sous la terre. Je croyais qu’il y avait là-dessous des tremblements du sol, des noyades, qu’on y étouffait, que la chaleur était intolérable, etc… Je me représentais toujours la mine avec les hommes courant au fond, dans le feu comme des damnés, mais l’autre jour, un de vos Confrères m’a expliqué les choses et ç’a été pour moi une révélation.

Ce personnage découvre le monde de la mine et il reste surpris par son absence de « spectaculaire ». Descendre à la mine rassemble tout à fait à ce qu’on pourrait expérimenter en descendant dans une station de métro à Paris. Le journaliste, bienveillant, montre alors comme la vision des parisiens est exagérée: la mine, en fin de compte, fait partie de notre monde autant que les tunnels du métro et les cages des ascenseurs.

Votre métropolitain, Messieurs les Parisiens, m’a-t-il dit en riant, est une véritable école des mines pour nous.

Le texte devient alors très éloquent. Il ne s’agit pas seulement d’une source d’histoire de la mine, mais aussi d’une histoire culturelle de la perception et de l’imaginaire de la mine. Cet éditorial, publié en 1913, permet de reconstituer l’esprit de son temps face à cette industrie et d’entrevoir les effets des cendres encore brûlants de la catastrophe de Courrière. La mine fait peur.

Carte postale, série de Courrière

La description est quand même assez caricaturale, parfois hyperbolique. En réalité, aller à la mine ne rassemble pas du tout à la descente au métro: chaleur, humidité, saleté, poussière ne sont que quelques uns des éléments dont on ne fait heureusement pas expérience dans le métro.

On se rend compte que nos galeries de mines sont plus étroites bien entendu, moins éclairées, moins luxueuses, mais enfin, elles sont également sous la terre.

Pourquoi aurait-on publié un texte pareil dans une revue de mine et de métallurgie? Serait-il fait pour répliquer à la polémique post-Courrière? Réaction aux grèves et aux soulèvement populaires?

Est-ce-t’elle la peur du noir?

Au delà de la rhétorique, on aperçoit ici la réaction face au symptôme d’une inquiétude, l’inquiétude du changement.  La ville de Paris est en train de changer de façon systématique et assez déterminante depuis les rénovations haussmanniennes. Mais à ce moment là on voit franchir de nouveaux limites: ceux de l’espace de vie. Creuser les rues pour bâtir des tunnels sous terre n’est plus une fantaisie car les trains voyageront là-bas au lieu de le faire à l’air libre. Voyager sous-terre…tout un imaginaire se mobilise.

Reste, bien entendu, la descente dans les entrailles de notre mère la Terre.

« Et la traversée de la Seine en tunnel! Combien d’entre vous, Parisiens, avez hésité à vous y engager ? La pensée qu’au dessus de vos têtes coulait celle Seine qui vous avait affolés au moment des inondations, vous donnait plus que le frisson. »

Sous terre c’est l’espace sans air, le vide des grottes, les tombeaux, les morts, l’enfer…les mines.  Là-bas la vie est impossible, seulement une vie / non-vie, dégénérée, monstrueuse serait possible. Et par quels moyens? Ceux de la technologie, bien évidemment. La technologie et son lieu de développement, l’industrie. Et donc l’industrie minière entre en ville pour creuser ces longues galeries qui abriteront le métro. C’est l’affreuse rencontre des deux mondes. La ville attaquée, consommée où pervertie, dévorée dans ses racines ou obscurcie par la fumée. Les chimères industrielles du cinéma, de la littérature et de la culture populaire abondent.

Au début, beaucoup de gens, de vieilles dames surtout, avaient juré de ne pas mettre les pieds dans ces galeries souterraines ; puis peu à peu l’exemple, l’habitude, le manque d’accidents graves survenus (un seul) ont, par suggestion lente, accoutumé tout le monde aux souterrains.

Ascenseur Otis avec moteur à Vapeur – 1862

L’industrie et la technologie rentrent aussi dans la vie quotidienne avec la cage de l’ascenseur. Une machine qui permet d’économiser les efforts de déplacement vertical, mais qui oblige aussi à se renfermer dans un espace  de claustrophobie. De là on ne peut pas sortir si non lors que la machine arrive à destination: pendant ce temps là on n’a aucun contrôle sur le chemin.

 

Pas tout le monde cependant a peur du changement. Les plus accoutumés à la technologie y verront non pas une action scandaleuse, mais un nouvel atout de l’homme et de son ingéniosité (intellectuelle et manuelle). C’est ce que le journaliste voudrait proposer aux lecteurs: une vision positive et familiale de la technologie, de l’industrie et du progrès technique.

Rien plus, les vastes puits de 30 mètres de diamètre environ dans lesquels vous descendez pour prendre votre train sont uniques au monde comme dimension, ils ont été creusés par des hommes vivant et travaillant dans l’air comprimé, sous l’eau, et l’immense tour bétonnée, revêtue d’armatures en fer, le fond imperméable sous le niveau de la Seine, représentent un échantillon des plus beaux travaux de mines qui existent.

La mine est chez nous, il semble dire, et elle ne doit pas effrayer car l’utilité de ses techniques est essentielle au développement de la civilisation. Pourtant, la logique rationnelle du développement technique eut du mal à s’imposer et, encore en 1940, Marc Bloch en deplorait le manque comme con-cause fatale de la defaite française dans son ouvrage L’Etrange defaite.

Aujourd’hui l’imaginaire de la mine demeure une question ouverte et sur le thème on organise d’intéressantes journées d’étude . La question devient par contre plutôt de nature anthropologique: Comment s’imagine-t-on aujourd’hui l’industrie minière? Le problème, au moins pour les régions d’exploitation historique, touche aussi la dimension de l’archéologie industrielle et des espaces abandonnés/rénovés.

Base 11/19, Lens
Parc Technologique du Laurium, Grèce

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La perception de la mine se multiplie alors en plusieurs couches, superposant la mémoire, l’histoire, la dimension de proximité/distance et la façon dont on reçoit les informations à propos de ce sujet. Juste essayant une recherche tout à fait banale avec Google Actualité on retrouve, tapant « mine »: la dernière nouvelle de Le Monde concernant les hypothèses d’action du Président Macron au sujet de l’or de la Guyane; Le 4 juillet Le Figaro reporte de l’effondrement d’une mine illégale en Ghana, où 14 mineurs seraient disparus; Libération, le 3 juillet, publie un texte sur l’Afrique du Sud et l’après-exploitation; Le 28 juin, toujours le Figaro, publia un article sur le bassin du Nord et Pas de Calais au sujet de la revalorisation du patrimoine industriel.

Troubles sociaux, Catastrophes, Patrimoine. Il paraît que, parlant de mine, la presse n’ait pas trop changé de sujet par rapport au début du siècle. Pourtant les produits miniers nous entourent: le fait qu’on peut écrire, crayons sur papier, grâce au 14% de la production mondiale de graphite ça peut étonner. Donc, même si on a dépassé la méfiance pour le métro, la mine reste encore un objet complexe à imaginer.

 

Les citations appartient à l’article « Croquis à la pointe : Le Parisien devenu Mineur » L’Écho des mines et de la métallurgie 13 octobre 1913.

 


2 réflexions au sujet de « Au métro comme à la mine »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *