Je date donc je suis

Je suis parfois une Gallicanaute. Parfois sur le lieu du travail, j’avoue, “mais je cherche des sources!”. Et parfois je cherche vraiment des sources, sauf que comme tous les navigants je suis attirée par l’exploration. La recherche de l’inconnu, de l’ile au délà de la brume, de la rue au prochain carrefour. Des explorations qui m’emmènent souvent loin de mon sujet, vers des landes inconnues, peuplées d’étranges publications du XVIIIe siècle ou d’avion de la Grande Guerre. Mais enfin, d’autres fois encore, le métier m’emporte et je ne peux pas faire à moins de continuer à élaborer mes chemins de connaissance. Comme ce soir. Lors que, en mode “gallicanaute”, traçant ma route parmi des images et des cartes, je tombe sur cette photo.

Elle représente l’extrême sud de la plage de Portixeddu à la hauteur du village de Buggerru, dans la Sardaigne du sud ouest. Dès le milieu du XIXe siècle, ce village fut l’objet d’un développement extraordinaire de l’industrie minière avec le site de Malfidano et plusieurs autres petits chantiers. A partir de cette époque toute la région était dans un état d’excitation économique: l’affaire de la mine attirait des capitaux étrangers, des hommes d’affaires et des grandes compagnies intéressées à une des plus grandes richesses de cette terre: la calamine. Belges, anglais, français, allemands se rendirent en Sardaigne pour s’accaparer une concession d’exploitation de ce précieux minerai, la galène argentifère, qui permettait de produire plomb et argent.

Cette photo m’a tout de suite attirée. Elle immortalise un lieu avec lequel j’entretiens un lien très fort, pour mes origines mais pour ma recherche aussi. D’autre part je m’aperçois tout de suite qu’elle n’est pas datée. Ce manque provoque ma curiosité et le déclenchement d’une véritable quête, suivant le désir de donner à cette image une place à l’intérieur de l’univers de mes connaissances.

Et alors, tout d’abord, j’essaye de voir si le nom du donateur (Edmond Baudry) peut me donner des indices. Malheureusement, la seule piste crédible, concernant le fils du tel Stanislas Baudry patron de la Société des transport omnibus à traction hippomobile, n’aboutit pas à de résultats convaincants….

Peut-etre alors d’autres photographies pourraient être utiles à établir une date par comparaison. Je possède quelques photos de Buggerru, retrouvées aux Archives en Sardaigne.

La première chose qui saute aux yeux est la présence d’un bâtiment qui n’apparaît pas dans la photo de Gallica. Il s’agit de la Laverie Lamarmora. Dans les sources, on l’appelle plutôt laverie Buggerru et c’est ainsi qu’on l’appellera dans ce billet, pour éviter toute confusion avec la laverie Lamarmora de Nebida, un village aux alentours de Buggerru, ici bas dans une photographie récente.

A Buggerru il existe quand même une autre laverie, la laverie Malfidano, qui fut bâtie entre 1888 et 1894 par la Société Anonyme de Mines de Malfidano, crée à Paris pour acheter cette exploitation en 1867. Cette laverie, qui se trouve à peu de distance de la laverie Buggerru, coûta à la compagnie, en compte de premier établissement, 814.105,83 francs.

La laverie Lamarmora est l’élément qui permettra d’établir l’écart chronologique dans lequel la photo a été probablement prise. Faute de document d’archives, on s’appuie sur la recherche de notices dans la presse spécialisée. Dans “L’Écho des mines et de la métallurgie” du 1er juillet 1894, on peut alors lire

[…] nous livrons actuellement à la Société pour le lavage des minerais en Sardaigne. Vous vous souvenez que, par un contrat en date de septembre 1877, […], prend fin le 31 décembre 1894. Nous n’avons pas l’intention de le renouveler. Il nous paraît plus conforme à nos intérêts d’utiliser nous-mêmes les minerais dont il s’agit en leur faisant subir la préparation mécanique nécessaire à leur enrichissement, soit dans notre propre laverie, soit dans celle que la Société de lavage a créée sur notre domaine, à Buggerru, et qui doit devenir notre propriété à l’expiration du traité.

Donc SA Malfidano avait stipulé dès 1877 un contrat avec la “Société pour le lavage de minerai en Sardaigne”, expirant à la fin du 1894. Cette société avait construit une laverie sur le terrain en concession à SA Malfidano et l’article spécifie “sur notre domaine, à Buggerru”. Cela peut être la preuve que la laverie Buggerru est effectivement la laverie qu’aujourd’hui on connait comme Lamarmora, car elle était désignée avec le nom de la localité (comme celle  de Malfidano aussi). SA Malfidano avait l’intention de la racheter, ce qui en effet fut le cas.

Au jour convenu, la Société de Lavage nous a remis les bâtiments de la laverie qu’elle exploitait sur notre domaine à Buggerru, et qui sont devenus notre propriété, à l’expiration du traité. Nous lui avons racheté le matériel, l’outillage et le mobilier qui lui appartenaient au prix de 45.000 fr. Les modifications, réparations et additions que nous dû faire pour améliorer la marche de la laverie, ont nécessité des frais complémentaires qui représentaient, à la date du 31 janvier 1895, une somme de 28.533,03. Le total de la dépense à laquelle a donné lieu la reprise de la laverie de Buggerru par notre société s’élève donc à 73.533,03 fr. (L’Écho des mines et de la métallurgie, 1er septembre 1895)

Il parait donc que la laverie en question soit celle bâtie par la Société pour le lavage de minerai en Sardaigne. Cela nous emmène à conclure que la date limite de notre écart chronologique se situe entre 1877 et 1894. Etant donné que la Société de lavage ne pouvait pas travailler sans laverie, on peut en déduire que, une fois le contrat stipulé avec SA Malfidano, elle entama la construction de la dite laverie. Prenant l’exemple la laverie Malfidano, dont le corps principal fut terminé en deux ans, on peut affirmer que, au maximum, la période de construction se prolongea entre 1877 et 1879. Ce qui enfin nous fait conclure que la photo aurait du être prise avant 1880.

Il reste à savoir quand on pourrait faire commencer cet “avant”. Dans la relation de Léon Gouin, présentée en 1867 à l’Exposition Universelle de Paris, l’ingénieur français affirme que la mine de Malfidano avait été l’objet de travaux en 1852, mais qu’ils avaient été abandonnés et puis repris en 1867.  Donc, en regardant les petits bateaux (bilancelle) ancrés devant le quai…

les rails et les wagonnets….

le chantier avec les piliers en bas à droite…..

….tous ces éléments nous suggèrent la présence d’un chantier en activité. Il n’est donc pas trop hasardeux d’affirmer que la photo pourrait se dater entre 1867 et 1879.

Pour aller plus loin

Léon Gouin,  Notice sur les mines de Sardaigne, pour l’explication de la collection des minerais envoyés à l’Exposition universelle de Paris pour 1867, Cagliari, Impr. Timon, 1867.

Société des mines de Malfidano, par entreprisescoloniales.fr.

Francesca Sanna, Passaggio a sud ovest, Diacronie. Studi di storia contemporanea, 22 (2015).

Buggerru, miniera di Malfidano, sardegnacultura.it.

 


Francesca Sanna

PhD student in History at Paris Diderot University (Paris 7, ED 382, UFR GHES, Lab LIED)and Coordinator of the WG "Labour in Mining" (ELHN Network). Personal research project about scientific management and its application to european mining industry. Double Master Degree at Paris 7 and Bologna Universities. Specialization Degree in Industrial Heritage Management at Padua University.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search