Pratique de l’Amour – petite note d’après lecture

  • WP_20171129_19_39_10_Pro (2)[3225]

Je viens de terminer l’ouvrage Pratique de l’amour de Michel Bozon.

Et j’ai eu envie d’en écrire un billet à propos, car je suis une victime consensuelle de l’auto-analyse critique. Pour ça le billet ce ne sera pas une vraie note de lecture, car je ne maîtrise ni la discipline ni le sujet pour pouvoir le faire. Pourtant ce livre m’a amené à me poser de questions. Des questions sur pourquoi je suis tombé sur ce livre et comment je l’ai choisi.

Analyse d’une pratique: le choix d’un livre.

Lire est mon travail. Ou, au moins, une partie essentielle de mon travail. Du coté professionnel, choisir un livre est une pratique complexe qui répond à des critères et à une finalité bien précis. En d’autres termes, et pour simplifier, je choisis un livre parce que [critères] il a été cité scientifiquement – dans la forme de la note en bas de page – dans d’autres ouvrages sur mon sujet; [finalité] pour cette raison j’imagine qu’il sera utile à ma recherche. Cette pratique on pourrait bien la définir une évaluation. Après le livre choisi est soumis à une analyse sélective, visant normalement à en trier les informations utiles ou plus pertinentes pour la recherche. Certes, parfois on a la chance, et on trouve le courage, de lire toutes les pages jusqu’au bout parce que c’est intéressant, parce qu’on ne pourrait pas le comprendre autrement, parce que c’est juste trop bien écrit et ça donne envie. Mais, voilà, la lecture de travail n’est pas forcement un truc amusant.

Le choix du livre hors-travail devrait, par contre, répondre à d’autres finalités/besoins (divertissement, approfondissent, intérêts divergents, plaisir, relax etc). Mais il passe quand même par une évaluation. Pourtant, dans ce cas, c’est plus difficile d’en dégager les critères car ils varient selon la finalité de notre visite à la librairie (parfois même par pur hasard). Etant donné l’étrangeté de Pratique de l’amour de mon travail, mon choix devrait se rattacher à ce mélange de critères. Sauf que. Sauf que c’est pas si simple. Le duplicité de mon rapport à la lecture fait en sorte que mes choix ne soient pas totalement indépendants des critères que j’applique au travail. Pourquoi? Parce que je suis doctorante et mon boulot me suit toujours, même quand je dors, parce qu’il est, littéralement, dans ma tête? De manière fataliste je me sens de dire que oui, mais peut-être j’exagère. Mais je pense que quand meme le travail influence ma façon de penser, l’Histoire le fait en tous cas, et la façon dont on l’écrit, la méthodologie enfin. En tous cas il y a des études scientifiques (et non, mais évocatrices) sur ce problème propre au travail du chercheur.

Cette réflexion sur l’influence de ma forma mentis professionnelle sur mes choix temps libre a eu son casus belli dans l’achat de Pratique de l’amour. Pourquoi? Je reviens alors à l’origine (forgive me Marc) de ma décision de l’acheter. Et ma mémoire affirme qu’à la fin d’une journée de travail, vendredi soir, je traînait sur hypotheses.org et le titre d’un billet de blog a attiré mon attention. C’était une note de lecture à propos, justement, de ce livre. Il faut dire aussi que ce type de texte ressort complètement du genre ordinaire de mes lectures hors-travail, mais là c’est une autre histoire. Ce qu’on peut se demander est, par contre, à la lumière d’un besoin, j’ai été attirée(?), je suis allée chercher(?) une réponse [où?] sur une plateforme académique qui a ma confiance parce que les auteurs sont des chercheurs qui ont une certaine forma mentis et ils l’appliquent, comme moi, à leur propre production. Ce n’est-il pas alors pour un reflex de mon habitude du travail que ma quête a fini par tomber, encore une fois, dans le périmètre de l’académie?

Je dois donc en conclure que je suis prisonnière de mon travail?

Ce que je peux dire c’est que j’y tiens beaucoup, mais parfois je le déteste. Je le rêve, j’ai des cauchemars. Il m’excite, mais ça me jette dans l’angoisse aussi. J’y pense tous les jours, toujours. Je ne veux pas le voir, mais ça me fait sentir coupable. Il influence ma vie, ma pensée, mes journées, mes plans, mes vacances, ma façon de regarder le monde et de réfléchir. Mon temps libre et les choix de mes livres. Je veux le vivre jusqu’au bout, mais enfin, peut être, j’en verrai la fin.

Au final, bha, c’est clairement une pratique d’amour.

 

NB pour une vraie note de lecture sur le livre Pratiques de l’amour….ici


Francesca Sanna

PhD student in History at Paris Diderot University (Paris 7, ED 382, UFR GHES, Lab LIED)and Coordinator of the WG "Labour in Mining" (ELHN Network). Personal research project about scientific management and its application to european mining industry. Double Master Degree at Paris 7 and Bologna Universities. Specialization Degree in Industrial Heritage Management at Padua University.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search