Petite histoire d’un Suisse en Afrique: entre exploration et prospection.

Le puzzle est un jeu pour chercheurs. Un jeu de patience, un peu frustrant, long et parfois pas trop amusant. Cependant, lors que toutes les petites pièces retrouvent tout d’un coup leur place dans l’ensemble, c’est la satisfaction.

Le dernier puzzle que j’ai commencé c’est en vrai assez spécial, car je savais depuis le début qu’ils manquaient des pièces. Non ce n’est pas que j’ai été arnaquée, c’est juste que mon puzzle c’était pas un puzzle comme les autres. Au début en fait, j’avais juste une seule pièce, celle là.

source: Gallica

Il s’agit d’une vue de la mine de Monteponi, en Sardaigne, datant 1878, qui fait partie d’une récolte de trois photos conservées à la BNF dans le fond de la Société Française de Géographie. Sur le coté gauche on peut entrevoir un tampon de cette même société, datant 1886.  Comme toujours, quand il est question de mines et de Sardaigne, je deviens curieuse. Monteponi est une mine avec une longue histoire et beaucoup de témoignages photographiques qui en illustrent les différentes phases de vie. Par exemple on peut voir ci-dessous une représentation dans une carte postale de 1920.

source: sardegna digitalLibrary http://www.sardegnadigitallibrary.it/index.php?xsl=626&id=35711

On peut entrevoir en haut à droit le profil du Puits Sella, le même qui apparaît dans la photo de 1878. Le site était un passage obligé pour les voyageurs dans la région, La Marmora l’ayant décrit soigneusement. Les décennies s’écoulant, Monteponi a vécu quasiment 120 ans d’activité minière et aujourd’hui il ressemble à ça:

Monteponi aujourd’hui, source: Sardegna DigitalLibrary

Mais, ici, il n’est pas question de faire l’histoire de Monteponi.

L’histoire qu’on raconte ici c’est l’histoire d’un voyage, un voyage à la recherche de l’homme qui prit la photo de Monteponi en 1878. Un homme qui vit ces plaines arides et désertiques, qui marcha sur ces routes dangereuses au milieux des montagnes et qui, enfin, remporta avec lui le souvenir d’une histoire qui venait de commencer: l’épopée minière de ce coin sud-occidentale de Sardaigne.

Mais, c’est qui l’homme de la photo?

M. Demaffey.

Un certain Monsieur Demaffey donna donc en 1886 à la Société de Géographie ces photos de Monteponi (avec une série d’autres photos prises en 1882 aux îles Açores) .

M. Demaffey?

D’après la photo on peut tout de suite déduire que M. Demaffey est en rapport avec la Société de Géographie. Il devrait donc bien apparaître quelques parts dans les bulletins de cette même société. Et ce serait absolument génial de retrouver la notice de son don ou de son voyage en Sardaigne. Et bien, dépouillant les bulletins sur Gallica, on ne retrouve malheureusement pas mention d’un voyage du tel Demaffey en Sardaigne autour du 1878. Mais on trouve quand même mention d’un tel Monsieur Alexis Demaffey, ingénieur de mines suisse, qui aurait fait un certain nombre de voyages dans plusieurs pays d’Afrique et de l’Amérique du Sud remportant avec lui plusieurs échantillons de minerai. Cet Alexis Demaffey se révèle être quelqu’un de très mobile, un expert de l’exploration plutôt que de l’exploitation minière. Ce profil colle bien avec l’Alexis Demaffey enregistré dans Le livre du Recteur de l’Académie de Genève (1559-1878):

Toutes les sources confirment alors que Demaffey est bien un ingénieur des mines suisse. La date de sa naissance est en plus cohérente avec la temporalité de ses voyages et une hypothétique carrière dans la mine. D’après ce qu’on peut déduire de ses lettres, il s’emploie surtout dans des recherches exploratoires afin d’établir la rentabilité d’une possible exploitation. On n’a pas trop d’indications par rapport aux compagnies minières qui l’embauchent sauf dans le cas du voyage en Afrique Australe. Demaffey représente bien le type d’émigration suisse en Afrique et sa mobilité témoigne d’un certain esprit d’explorateur, comme le démontrent aussi son statut dans le livre du Recteur, son affiliation à la Société de Géographie et les récits de ses voyages. Par exemple au Niger, il aurait voulu arriver jusqu’aux sources de la fleuve mais, étant empêché de le faire, il opta pour une exploration du Sud Soudan. Il fut aussi l’auteur d’une carte de la région du Zambèze qu’il explora lorsqu’il dirigeait la mine d’or de Tati, dans le Metabeleland (Botswana).

Avec toutes les sources à notre disposition on peut alors construire un petit tableau chronologique de tous les voyages de notre petit malin.

Année Destination
1881 Niger, Soudan occidental
1884 Algérie et Tunisie
1885 Allemagne
1886-1887 Afrique australe (Transvaal, le Swazieland et le Ma-Tebeleland)

Il reste sans date un voyage au Venezuela évoqué dans le bulletin de la société de Géographie en 1886. Il reste aussi à savoir si les photos de la Sardaigne et des Açores en 1882 sont à attribuer au même Alexis Demaffey qui voyagea en Afrique. Enfin c’est là que notre puzzle manque d’une pièce et d’ici on partira pour aller à sa recherche.

Les deplacements de Demaffey s’arretèrent au sud de l’Afrique après le voyage qui l’emmena au nord-est vers le Transvaal et le Witwatersrand. Deux lettres parvenues à la Société de Géographie et publiées sur L’Afrique explorée et civilisée en 1888 et 1889, nous informent qu’il écrivit de Pretoria et de Cape Town avec l’intention de ne pas rentrer en Europe, car il avait été chargé d’une nouvelle mission à Tati, dans le Metabeleland.

Fletcher and Espin’s Map of Matabeleland, d’après Gallica

Poutr une chance inespérée, il existe une source qui nous délivre un portrait de Demaffey à Tati. Il s’agit d’un recueil de lettres: The Metabeleland Travel Letters  of Marie Lippert, 1891.  C’est qui cette Marie Lippert? Elle était la femme de Edouard Lippert, un financier allemand avec des intérêts dans l’industrie minière de la région de Diamods Fields et du Rand.

Marie et Edouard Lippert (The Metabeleland Travel Letters of Marie Lippert)

En octobre 1890, Lippert avait obtenu du roi des Ndebeles, Lobengula, une concession, le Concession Rudd, avec le droit exclusif d’octroyer des terres aux Européens dans le Matabeleland et le Mashonaland, pour une durée de cent ans. Marie Lippert accompagna son mari dans ce voyage qui avait pour but de faciliter la monopolisation de toutes les mines et les terres par Rhodes. Il n’était donc pas par hasard qu’elle rencontra Demaffey, qui exploitait une mine dans le territoire objet de la concession. En effet, il avait été nommé Directeur de Tati Concession Ltd, une société fondée par Sir John Swinburne qui, à travers le Tati Concession Land Act, avait obtenu le droit exclusif d’exploitation métallifère de ce territoire qui aujourd’hui se trouve en Botswana, aux alentours de Francistown. Pour en savoir plus sur les enjeux coloniales liés à ce territoire voir ici.

The Metabeleland, op. cit. p.15

Monarch Reef, The Metabeleland Letters…(p16)

Marie Lippert dessine un portrait assez singulier de Demaffey. Il le peint comme un homme un peu bizarre.

… lives in a crazy fashion at the top of a wooded hill; one has to climb over the stones for twenty minutes, but then it becomes wonderfully romantic, sitting in front of the hut, and looking away over the endless bushy hills and plains, and onwards to the mighty river, over which the sun sets dark red, in overpowering solitude. Demaffey is a dreamer and a hermit, who is only fit to sit on a hill and look down at Africa, thinking of scientific problems as he does so. But it will be better if a practical manager were at his side and he is now going to be sought for. (Metabeleland Letters p.17)

Certains informations plus personnelles nous sont délivrées.

[…] novel by Turgenev and Walter Scott constitue the furniture. (p.17)

Mais enfin Marie Lippert le considère assez gentil et accueillant.

Demaffey went off now and then to prepare the breakfast…Demaffey worked at it imperturbably for two hours, but the salad was truly French. (p19)

Ce portrait pourrait ne pas trop coller à la figure d’un sérieux ingénieur des mines du XIXe: notre Demaffey était peut-être victime de sa solitude, écarté au bout du monde pour exploiter une mine dans un environnement pas trop accueillant ou confortable. Cependant, il ne resta pas longtemps là-bas car en 1891 on le retrouve en Suisse, à l’assemblée générale de l’International Geographical Union. Marie Lippert fit juste en temps à le rencontrer…et heureusement pour nous!

A son retour en Europe, Demaffey, âgé de 41 ans, une vie de voyage dans des territoires hostiles et un travail pas souvent facile, celui de l’ingénieur de la mine. L’International Geographical Union le célébra pour ses succès, en tant qu’explorateur et homme savant.

C’est de l’Afrique australe que nous revient, pour se reposer quelques mois, M. Alexis Demaffey, ingénieur des mines, qui, depuis sept ans, a été appel à explorer des gisements miniers à l’ouest, au nord et au sud de ce continent.

Mais enfin, après ce long voyage qui nous a reconduit à l’époque de la fièvre coloniale, aux explorations, aux enjeux politiques entre puissances européennes et royaumes africains, on n’a pas réussi à trouver la pièce manquante du puzzle. Est-ce que le Demaffey décrit par Marie Lippert est le même qui prit la photo en Sardaigne en 1878?

La Ville de Genève nous vient alors en aide, car dans le Compte Rendu de l’Administration Municipale daté 1879, on lit à page 44:

Dons. — M. Demaffey. 12 échantillons de plomb sulfaté des mines de Sardaigne.

Et bien, oui, Alexis Demaffey voyagea en Sardaigne en 1878, prit des photos et emporta avec lui des échantillons de minerai pour les donner à la Ville de Genève. Il repartit ensuite pour enfin se retrouver en Afrique et passer plus de dix ans à explorer et faire la mine. Il revint finalement en Suisse en 1891, mais là on n’a pas été capable de dire ce qu’il fit pendant les 9 derniers ans de sa vie. Il mourut en 1900.

10 000 km dans une photo.

#ThisIsSourcesMining

 

Remerciements:

L’écriture de ce billet n’aurait pas été possible sans l’aide indispensable d’un cher ami, Ettore Morelli, doctorant à la SOAS de Londres, qui me fit parvenir en intégralité l’édition des lettres de Marie Lippert, sans lesquelles je n’aurait jamais pu avoir une idée si clair du protagoniste de ce voyage.


Francesca Sanna

PhD student in History at Paris Diderot University (Paris 7, ED 382, UFR GHES, Lab LIED)and Coordinator of the WG "Labour in Mining" (ELHN Network). Personal research project about scientific management and its application to european mining industry. Double Master Degree at Paris 7 and Bologna Universities. Specialization Degree in Industrial Heritage Management at Padua University.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.