Pratique de l’Amour – petite note d’après lecture

Je viens de terminer l’ouvrage Pratique de l’amour de Michel Bozon.

Et j’ai eu envie d’en écrire un billet à propos, car je suis une victime consensuelle de l’auto-analyse critique. Pour ça le billet ce ne sera pas une vraie note de lecture, car je ne maîtrise ni la discipline ni le sujet pour pouvoir le faire. Pourtant ce livre m’a amené à me poser de questions. Des questions sur pourquoi je suis tombé sur ce livre et comment je l’ai choisi.

Analyse d’une pratique: le choix d’un livre.

Lire est mon travail. Ou, au moins, une partie essentielle de mon travail. Du coté professionnel, choisir un livre est une pratique complexe qui répond à des critères et à une finalité bien précis. En d’autres termes, et pour simplifier, je choisis un livre parce que [critères] il a été cité scientifiquement – dans la forme de la note en bas de page – dans d’autres ouvrages sur mon sujet; [finalité] pour cette raison j’imagine qu’il sera utile à ma recherche. Cette pratique on pourrait bien la définir une évaluation. Après le livre choisi est soumis à une analyse sélective, visant normalement à en trier les informations utiles ou plus pertinentes pour la recherche. Certes, parfois on a la chance, et on trouve le courage, de lire toutes les pages jusqu’au bout parce que c’est intéressant, parce qu’on ne pourrait pas le comprendre autrement, parce que c’est juste trop bien écrit et ça donne envie. Mais, voilà, la lecture de travail n’est pas forcement un truc amusant.

Le choix du livre hors-travail devrait, par contre, répondre à d’autres finalités/besoins (divertissement, approfondissent, intérêts divergents, plaisir, relax etc). Mais il passe quand même par une évaluation. Pourtant, dans ce cas, c’est plus difficile d’en dégager les critères car ils varient selon la finalité de notre visite à la librairie (parfois même par pur hasard). Etant donné l’étrangeté de Pratique de l’amour de mon travail, mon choix devrait se rattacher à ce mélange de critères. Sauf que. Sauf que c’est pas si simple. Le duplicité de mon rapport à la lecture fait en sorte que mes choix ne soient pas totalement indépendants des critères que j’applique au travail. Pourquoi? Parce que je suis doctorante et mon boulot me suit toujours, même quand je dors, parce qu’il est, littéralement, dans ma tête? De manière fataliste je me sens de dire que oui, mais peut-être j’exagère. Mais je pense que quand meme le travail influence ma façon de penser, l’Histoire le fait en tous cas, et la façon dont on l’écrit, la méthodologie enfin. En tous cas il y a des études scientifiques (et non, mais évocatrices) sur ce problème propre au travail du chercheur.

Cette réflexion sur l’influence de ma forma mentis professionnelle sur mes choix temps libre a eu son casus belli dans l’achat de Pratique de l’amour. Pourquoi? Je reviens alors à l’origine (forgive me Marc) de ma décision de l’acheter. Et ma mémoire affirme qu’à la fin d’une journée de travail, vendredi soir, je traînait sur hypotheses.org et le titre d’un billet de blog a attiré mon attention. C’était une note de lecture à propos, justement, de ce livre. Il faut dire aussi que ce type de texte ressort complètement du genre ordinaire de mes lectures hors-travail, mais là c’est une autre histoire. Ce qu’on peut se demander est, par contre, à la lumière d’un besoin, j’ai été attirée(?), je suis allée chercher(?) une réponse [où?] sur une plateforme académique qui a ma confiance parce que les auteurs sont des chercheurs qui ont une certaine forma mentis et ils l’appliquent, comme moi, à leur propre production. Ce n’est-il pas alors pour un reflex de mon habitude du travail que ma quête a fini par tomber, encore une fois, dans le périmètre de l’académie?

Je dois donc en conclure que je suis prisonnière de mon travail?

Ce que je peux dire c’est que j’y tiens beaucoup, mais parfois je le déteste. Je le rêve, j’ai des cauchemars. Il m’excite, mais ça me jette dans l’angoisse aussi. J’y pense tous les jours, toujours. Je ne veux pas le voir, mais ça me fait sentir coupable. Il influence ma vie, ma pensée, mes journées, mes plans, mes vacances, ma façon de regarder le monde et de réfléchir. Mon temps libre et les choix de mes livres. Je veux le vivre jusqu’au bout, mais enfin, peut être, j’en verrai la fin.

Au final, bha, c’est clairement une pratique d’amour.

 

NB pour une vraie note de lecture sur le livre Pratiques de l’amour….ici

Arrivée? Jamais. RDV de l’Histoire 2016, Blois

Quel weekend à Blois!

habillage-2016-h-2

Partie samedi et rentrée dimanche, avec une feuille de route surchargée d’événements, train à Austerlitz 7h30. J’étais bien dans l’esprit de ces RDV: Partir.

Partir…une chose que j’ai fait et je fais très souvent pour mon boulot: la recherche. Partir en mission, partir pour trouver des archives, partir pour rencontrer des gens à interviewer, partir pour les congrès, les colloques, les séminaires. Partir c’est la dimension de mon travail.

a44c61fc-24a6-46ab-9053-59054d93bd24
L’autrice en voyage de recherche – Espagne 2016

Trains, Avions, Autobus, beaux hôtels, hôtels horribles; fiches de mission, mission avec/sans frais; gens qui t’aident ou s’en fichent, nourriture étrangère, rues inconnues, cartes, cartes postales, incompréhensibles réseaux transports publiques; découvertes, désespoir, fatigue, succès; nouveaux panoramas, photos, villes qui restent dans le cœur…

C’est aussi, pour moi, une condition de vie: italienne en France, émigrée comme mon père avant moi. J’aime dire souvent que je suis « fille de l’émigration » et non pas de l’immigration…pourquoi? Peut-être je vois le mouvement plutôt comme une flèche vers l’extérieur que vers l’intérieur: c’est partir, quand même, non pas arriver.

284259_1778712322496_3715321_n
Voyage vers la Sardaigne – 2012

On n’arrive jamais, c’est ça peut-être, que je veux dire? On n’ « arrive » jamais dans notre travail, historiens à la recherche, à la recherche de quelques choses qui nous échappent toujours ou qui nous emmènent hors chemin, on revient sur la voie (car c’est du boulot la recherche, il faut sortir un résultat), mais cette envie de courir derrière la luciole nous reste, on va y revenir un jour. Et pour ça, c’est jamais fini.

J’ai vu plein de belles choses aux RDV, surtout des documentaires et présentations de BD qui m’ont touché, fait réfléchir. Moins de conférences en vraie…on passe tout le temps à aller aux conférences, au moins dans le we il faut déconnecter. Sur le train pour Paris, cependant, j’ai ressenti une certaine déception, je ne sais pas pourquoi…peut-être pour l’age moyen du public à chaque événement auquel j’ai participé ou plutôt car, parfois, les questions posées aux auteurs avaient la saveur du déjà dit mille deux cents fois. Et ça, pour moi, c’est le contraire du partir en histoire.

lucciole-nel-bosco

Je reviens alors à cette image de la luciole qui, enfin, c’est ce qu’on doit suivre – nous les gens qui écrivent l’histoire – car c’est elle qui nous sauve de l’ennui du savoir, de l’ennui du déjà dit, déjà fait, déjà écrit. Car partir c’est bouger et la nouveauté bouleverse.

 

Introduction

1966814_10200876746355838_646726478_n

Je viens de publier le premier billet de ce carnet (finalement!). La gestation a été assez longue, faute de temps absorbé par plusieurs activités chronophages, mais on est là, c’est parti.

En premier lieu, il faut dire deux mots sur le fait que ce carnet aspire à être le tableau derrière ma thèse. Ici, je voudrais écrire des annotations, des réflexions, des lieux et des gens que je croise au quotidien pendant mon travail et qui sont soit liés à mon sujet soit complètement détaches. Ce carnet veux être souple et flexible: je ne veux pas publier des billets de 30.000 caractères qu’on va jamais terminer de lire (parce que oui, il faut l’avouer!). Ce carnet aspire à être une trace de mon parcours et représenter les différents chemins qui m’influencent (de sorte à devenir une espèce d’Ego-Histoire? Je ne veux pas trop oser, mais j’aimerais bien).

Et donc pourquoi Terrils? Les terrils sont les dépôts des déchets qui sortent du processus de triage, lavage et trituration du charbon. Ils sont les matériaux restés en marge de la production, peut-être parce que inutiles et stériles (pour l’instant). Toutefois, le terrils sont aussi, aujourd’hui, un élément qui identifie un paysage bien spécifique: le paysage minier du Nord et Pas de Calais. Ils sont donc un élément de l’identité de ce territoire.

Ce carnet veux être donc le dépôt des matériaux qui restent en marge de thèse, mais qui peuvent, dans le futur, se révéler utiles pour d’autres choses. Ce carnet veux aussi être un tableau identitaire de ma thèse, pour la contextualiser et la placer dans le milieu d’où elle sort: le multiforme parcours de la recherche. Ma recherche.