Introduction

1966814_10200876746355838_646726478_n

Je viens de publier le premier billet de ce carnet (finalement!). La gestation a été assez longue, faute de temps absorbé par plusieurs activités chronophages, mais on est là, c’est parti.

En premier lieu, il faut dire deux mots sur le fait que ce carnet aspire à être le tableau derrière ma thèse. Ici, je voudrais écrire des annotations, des réflexions, des lieux et des gens que je croise au quotidien pendant mon travail et qui sont soit liés à mon sujet soit complètement détaches. Ce carnet veux être souple et flexible: je ne veux pas publier des billets de 30.000 caractères qu’on va jamais terminer de lire (parce que oui, il faut l’avouer!). Ce carnet aspire à être une trace de mon parcours et représenter les différents chemins qui m’influencent (de sorte à devenir une espèce d’Ego-Histoire? Je ne veux pas trop oser, mais j’aimerais bien).

Et donc pourquoi Terrils? Les terrils sont les dépôts des déchets qui sortent du processus de triage, lavage et trituration du charbon. Ils sont les matériaux restés en marge de la production, peut-être parce que inutiles et stériles (pour l’instant). Toutefois, le terrils sont aussi, aujourd’hui, un élément qui identifie un paysage bien spécifique: le paysage minier du Nord et Pas de Calais. Ils sont donc un élément de l’identité de ce territoire.

Ce carnet veux être donc le dépôt des matériaux qui restent en marge de thèse, mais qui peuvent, dans le futur, se révéler utiles pour d’autres choses. Ce carnet veux aussi être un tableau identitaire de ma thèse, pour la contextualiser et la placer dans le milieu d’où elle sort: le multiforme parcours de la recherche. Ma recherche.